2 jours à la découverte des plus belles plages de Sardaigne

juin 28, 2019

 

Quand je parlais de ma future escapade en Sardaigne à mon entourage ou à ma communauté instagram, le lieu qui revenait sans cesse et qu’il ne fallait pas rater était le Golfe d’Orosei. Situé au large de la côte ouest de l’île, à 2 heures de la ville d’Olbia et 2h45 de celle de Cagliari, c’est apparemment ici que l’on trouve les plus belles plages de l’île. Mais pas si simple de s’y rendre, puisqu’il faut compter plusieurs heures de randonnée.. pour profiter d’une seule plage. Aucun accès en voiture n’est possible, ni en bateau pour certaines criques. Un bon moyen d’allier sport, bronzage et découvertes en vacances. Nous avons choisit de dormir au sein du village de Baunei, qui est le plus proche du départ des randonnées. Les maisons sont perchées dans la montagne, et l’ensemble du village possède une vue incroyable sur la vallée.

 

Cala Goloritzè

Pour notre premier jour à Baunei, on décide encore une fois de suivre les conseils de notre entourage, en choisissant la plage de Cala Goloritzè. Le seul et unique moyen d’accéder à cette plage, est de faire une randonnée de 4,5 kilomètres des terres jusqu’à la côte. Ça peut paraître beaucoup pour « seulement » trouver une plage, mais d’après les aperçus  que j’ai pu voir, ça vaut largement ce petit effort !

On se lève aux aurores pour essayer d’être les premières sur place, et pouvoir profiter entièrement ce cette journée. Pour se rendre au parking du départ de la randonnée, il faut suivre la route qui passe au dessus du village de Baunei, puis suivre les panneaux qui indiquent Cala Goloritzè. La route tourne en épingles, et l’on y fait de jolies rencontres au petit matin ; vaches, chèvres et ânes sauvage.. J’adore ! Quand la route en béton se transforme en chemin de terre, il faut suivre les indications « Su Porteddu ». C’est le nom du petit bar/restaurant où il faudra garer votre véhicule, au  milieu des caravanes qui y auront élu domicile pour la nuit contre quelques euros. Avec notre réveil matinal aux alentours de 6h30, on arrive pile à l’heure pour l’ouverture du sentier, qui n’est praticable qu’à partir de 7h30. Un garde est installé dans une petite cabane en bois nous demande 6€ chacune pour l’accès à la plage, qui serviront à entretenir le sentier, la plage, et à payer les nageurs sauveteurs qui surveillent la crique toute la journée. En même temps qu’il nous donne nos billets d’accès, l’homme vérifie que nous avons de bonnes chaussures aux pieds, et à boire et à manger dans nos sacs. N’oubliez donc pas de prendre de quoi vous ravitailler tout au long de cette journée, en pensant également au chemin du retour qui sera en montée et sous un soleil de plomb. Certains achètent directement leur pique-nique au restaurant du camping, mais je ne suis pas sûre qu’il soit ouvert dès 7h30.. Il nous rappelle également qu’il faut environ 1 heure de marche pour accéder à Cala Goloritzè, et 1h30 pour en revenir.

On peut enfin commencer cette petite rando, qui commence par une vingtaine de minutes de côte. Rien de très compliqué, puis avec l’excitation de la découverte, on ne s’en rend pas vraiment compte. Il y a ensuite 40 minutes de descente plus ou moins raide, où je vous conseille de bien regarder ou vous mettez vos pieds ! Le sentier est recouvert de petits cailloux, et qui peuvent vite vous faire glisser ou trébucher. Comme prévu, après 1 heure de marche, nous voilà les premières à fouler les petits galets encore vierges de toute trace de pas. On arrive même avant le garde qui vient contrôler l’accès à la plage et vérifier que vous possédez bien un ticket, donc pensez bien à le garder ! On profite d’être seules sur place pour découvrir les lieux et faire voler le drone avant que le monde n’arrive et que la plage ne se remplisse. Chose qui arrive plus vite qu’on ne le croyait ! A peine 30 minutes plus tard, aux alentours de 9 heures, les couples et familles ne cessent de se succéder et la crique devient de moins en moins sauvage.

 

 

Même si la plage « principale » est sublime, on décide de partir explorer les alentours, pour essayer de trouver un peu de tranquillité. En escaladant les rochers à gauche de la plage, on tombe sur plusieurs petites criques d’eau turquoise plus belles les unes que les autres ! On en choisit une où étaler notre bazar, et on ne sera pas déranger de la journée..

 

 

Après le réconfort, l’effort ! Pour le retour en fin d’après, on met exactement le temps que nous avait dit le garde, soit 1h30 de marche. C’est bien moins facile qu’à l’aller, mais pas insurmontable. Avec des petites pauses à l’ombre pour reprendre son souffle et boire un peu d’eau, ça se fait très bien ! Le paradis se mérite, et vaut clairement 2h30 de marche aller-retour ! Je trouve que ça donne un côté authentique et encore sauvage à ce petit bout de paradis ! On fait un stop au restaurant du camping qui ressemble étrangement à une chaumière, un peu douteuses de ce qu’on va nous servir ici, au milieu de nul part. Nos plats étaient simples, délicieux, et loin d’être hors de prix ! Une belle surprise qui a récompensé tous nos efforts, je vous le conseille si vous avez un petit creux ou si vous voulez descendre des burgers sur la plage !

 

 

Journée bateau dans le golfe d’Orosei

C’est  notre deuxième et dernier jour à Baunei, et il y a encore tellement de plages sublimes à voir.. Le meilleur moyen pour les découvrir et admirer la côte, c’est en bateau ! Une journée qui sera certainement moins fatigante que la veille, si vous voyez ce que je veux dire.. On a choisit de réserver notre sortie avec la compagnie Nautica Sea Service, qui propose des excursions à la journée, avec un départ à 9 heures au port de Santa Maria Navarrese, et un retour à 17-18 heures pour 45€ par personne. La nourriture et les boissons ne sont pas comprises dans le prix, il faudra donc que vous pensiez à acheter vos provisions avant de monter à bord. N’oubliez pas de prendre une casquette ou un chapeau, une insolation est vite attrapée sans qu’on s’en aperçoive en bateau ! Ce serait bête de rentrer d’une journée pareille avec une migraine et des maux de ventre..

Quelle chance, nous ne serons que 4 à bord de la navette, sans compter le capitaine (appelé skipper ici). Mais d’après la femme qui s’occupe des réservations, on sera plus nombreux sur le bateau au retour.. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais d’accord ! Il y a 3 grands stops prévus aujourd’hui pour profiter des lieux ; Cala Mariolu, Cala Luna, et Cala Biriala. L’excursion commence par un longement (ça se dit vraiment ?) de la côte, où le capitaine nous montre les plus hautes falaises, et nous fait découvrir les grottes creusées par la mer. C’est joli, mais ça n’a rien à voir avec celles que l’on peut trouver en Algarve !

 

 

Un peu loin, le capitaine nous débarque à Cala Mariolu, où l’eau est d’un tel bleu que je n’en crois pas mes yeux. J’ai beau avoir vu des eaux incroyables au Mexique et aux Philippines, et bien la Sardaigne n’a clairement rien à leur envier ! L’eau est d’une clarté incroyable, on dirait même qu’elle brille.. On est là pour 1h30, pas de temps à perdre ! N’oubliez pas vos chaussures sur le bateau pour explorer la plage et ses alentours, car ici encore vous ne trouverez pas du sable mais des galets ! Bien que chaque recoins soit incroyable, je vous conseille d’aller au bout de la plage où la mer forme un arc de cercle, c’est ici que l’eau est la plus belle. Cet endroit est d’ailleurs surnommé l’aquarium en raison des nombreux poissons que l’on peut observer avec des masques et tubas.

 

 

Plus les minutes passent, plus la plage se remplit de touristes débarqués par de plus gros bateaux, qui ont l’air de faire des allers-retours entre ici et le port. 11h30 semble être l’heure de pointe, car des dizaines et des dizaines de personnes se font débarquer par tous les côtes de la plage. L’image me fait un peu penser aux photos qu’on peut voir du spring break à Cancun : plein de jeunes arrivent avec musique, canettes, glacières.. Pas trop l’idée que je me faisais d’une crique paisible et accessible quasiment qu’en bateau. Heureusement pour nous, il est temps de repartir et notre capitaine nous attend pour embarquer de nouveau. Il nous explique qu’il n’y a pas encore grand monde ici à cette période, comparé aux mois de juillet et d’août. Et bien, qu’est-ce que ça doit être alors !

On passe encore par quelques coins sauvages comme Portu Pedrosu, ou encore la piscine de Venus (qui n’est en réalité qu’un nom « touristique », puisqu’elle est appelée autrement par les locaux d’après notre capitaine). On mange d’ailleurs nos pique-niques au milieu d’une crique bleue turquoise et déserte, où le skipper nous autorise également à faire quelques plongeons.

 

 

Juste après avoir fini notre repas sur le pouce, nous arrivons à Cala Luna ! Cette plage a la particularité d’avoir une rivière d’eau douce juste derrière, qui s’assèche en été. Nous disposons d’un peu plus d’une heure pour découvrir la plage et en profiter. Le coup de cœur pour la plage n’est pas immédiat.. Mais je sais que d’immenses grottes se cachent au fond de la plage, et la vue y est plutôt atypique en s’enfonçant sous la roche. On profite du temps qu’il nous reste pour étendre nos serviette sur le sable (Ouiiiii, ici c’est du sable !), et prendre quelques couleurs. A notre retour au bateau, surprise ! Nous ne sommes plus 4 mais 6 ! La fameuse navette retour avec plus de monde à bord est en marche apparemment !

 

 

On est tous déposés à peine plus loin, sur la plage de Cala Biriala. L’eau y est très belle aussi, avec un petit arc au dessus de la mer à gauche de la plage. Mais pour tout vous avouer, je n’en ai pas vu plus.. A peine les serviettes étalées pour se « poser un peu », nous voilà parties rejoindre les bras de Morphée, bercées par le bruit des vagues. On ne se réveillera qu’une heure plus tard, juste à temps pour remonter sur notre navette nautique ! Fatiguées de cette longue journée au soleil ? De la randonnée d’hier ? De nos réveils aux aurores chaque matin ? On ne le saura jamais.. Pas de nouvelles personnes à bord cette fois ci, on garde notre équipe de 6. Mais nous qui pensions rentrer, on s’arrête près des rochers à Cala Goloritzè (vous savez, ceux ou se cachent les petites criques désertes qu’on a trouvé la veille) et on prend presque une dizaine de personnes supplémentaires sur le bateau.

Je ne comprends pas.. Tout le monde n’a cessé de me répéter qu’il était impossible de venir en bateau à cette plage ! Je demande alors étonnée au capitaine comment est-ce possible, puisque lui même nous avait dit ce matin que le seul accès possible à cette plage était par le sentier pédestre de 4,5 kilomètres. Il m’explique alors que personne ne peut être débarqué ici, il faut venir à  pieds. Mais il est possible de ramener des touristes au port de Santa Maria Navaresse en fin de journée. Mais, comment font-ils ? Ils ont laissé leur véhicule là haut, au sommet des montagnes et à 30 minutes en voiture du port ? Il m’explique alors qu’il existe un service de navette, qui les dépose en voiture au départ du sentier, et que le bateau les ramène le soir pour ne pas marcher de nouveau.. Même si ça peut être plus pratique pour certaines de personnes, je trouve ça trop facile ! Le côté authentique pour profiter de cette plage n’est en faite qu’à moitié là..

Pour résumer, la sortie en bateau est d’après moi inévitable si vous passez dans le coin, car c’est le meilleur moyen de découvrir le plus de plages possible, et le plus facilement. Pour les plus sportifs, vous pourrez choisir de profiter d’une plage par jour après de bonnes randos ! Mais sachez que vous ne pouvez pas accéder autrement qu’en bateau à certaines plages.. Et dernière info, si vous recherchez des spots pour faire de la plongée, la compagnie que nous avons choisit pour cette journée propose également des sorties en plongée pour admirer les poissons et les fonds marins ! Je ne sais pas ce que ça donne vu d’en dessous, mais j’ai trouvé notre journée vraiment bien organisée avec eux, et avec un prix imbattable de 45€ !

 

J’espère vous avoir transmis un maximum d’infos pour organiser à votre tour une escapade en Sardaigne ! On se retrouve sur instagram 🙂

 

 

 

 

 

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Excursion à bateau : les plus belles plages de Sardaigne – Jelly'magine juillet 8, 2019 at 12:13

    […] d’excursion à la journée pour voir ces endroits de rêve. Et c’est avec la lecture de l’article de Léa, que nous nous sommes décidées pour la compagnie Nautica Sea […]

  • Reply lin fdl juillet 13, 2019 at 2:11

    Hello, tu es passée par quelle compagnie pour cette sortie bateau?? merci 🙂

    • Reply leadorablee juillet 13, 2019 at 4:49

      Hello 🙂 c’est écrit dans l’article normalement : Nautica Sea Service au port de Maria de Navaresse 🙂

    Leave a Reply