Découvrir la côte Amalfitaine en vespa – Italie

mai 29, 2019

 

Petite pause au milieu des articles sur le Mexique pour vous en dire un peu plus sur mon voyage de la semaine dernière en Italie. J’ai été contactée par The Vespa Trip pour découvrir une région italienne à vespa et vous faire mon retour d’expérience. Une petite escapade qui en fait rêver plus d’un  ! Qui n’a jamais rêvé de traverser les petits villages ou la côte italienne à vespa, sans avoir à se soucier de ses bagages ? On se croirait dans l’intro d’un film, et pourtant c’est la réalité. Pour passer quelques jours dans mon pays culinaire préféré et pour vivre la dolce vita, j’ai bien évidemment accepté ! J’ai choisit de découvrir la côte Amalfitaine en 5 jours et 4 nuits..

 

 

THE VESPA TRIP QU’EST-QUE C’EST ?

The Vespa Trip est une sorte de petite agence de voyage, qui est là pour vous faire découvrir une région italienne (Toscane, Sicile ou côte Amalfitaine), à dos de vespa, comme son nom l’indique. L’agence se charge de vous prêter une vespa avec des casques, de réserver vos hôtels (3 ou 4 étoiles), de vous créer un itinéraire, et de vous conseiller les meilleures adresses et spots à voir ! Vos bagages seront transportés chaque jour d’un hôtel à un autre par un employé de l’agence à bord d’un véhicule, pendant que vous profiterez de votre journée seul ou en groupe sur les routes italiennes. Un guide est mit à disposition pour tout le groupe de la semaine pour vous faciliter l’itinéraire, à vous de voir si vous préférez suivre votre propre chemin ou suivre les autres. C’est comme vous voulez !

On choisit les dates quand on veut ? Combien de temps durent les séjours ?

Les dates des séjours sont « imposées » et à choisir directement sur leur site internet, tout comme la destination ! Vous avez le choix entre la Toscane, la Sicile, où la côte Amalfitaine, avec des escapades allant de 5 à 7 jours, qui sont « actualisés » chaque année.

Tout le monde peut conduire la vespa ?

Ça va peut être vous surprendre, mais beaucoup plus de personnes que vous ne le pensez peuvent conduire une vespa ! Il suffit d’avoir son permis B. Comme l’agence le signal sur son site internet, il vaut mieux déjà avoir fait quelques essais avec le scooter d’un ami ou voisin ! Mais si vous n’en avez pas l’occasion, un cours avec un professionnel peut vous être donné sur place la veille du road trip, pour le prix de 50€. Vous pouvez également louer un GPS pour la semaine pour le même tarif !

Qu’est-ce qui est compris dans le prix ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ?

Evidemment, pour un prix aussi « bas », tout ne peut pas être compris. La somme que vous donner à l’agence vous offre les services du guide (facultatif), la location du vespa et de casques pour toutes la durée du séjour, les nuits en hôtels 4 étoiles avec petit-déjeuner (et souvent piscine), et un carnet de route vous retraçant l’itinéraire, spots, et bonnes adresses conseillées. Les billets d’avion restent à votre charge, ainsi que les visites que vous voulez faire sur place, l’essence, et les deux autres repas de la journée. Sachant qu’en vespa vous faites le plein pour 10€ pour de longs kilomètres et que les plats sont bien moins chers qu’en France (entre 8€ et 20€ par personne), vous n’allez pas débourser des fortunes !

Est-ce qu’on est obligé de suivre le groupe ?

L’idée de l’escapade est de partir avec d’autres binômes, pour rentabiliser la fourgonnette qui va voyager chaque jour avec vos valises, et pas seulement avec deux bagages à l’intérieur. Mais une fois le jour J, aucune obligation ! Certains préfèrent rester avec le guide et suivre l’itinéraire en groupe, d’autres veulent explorer les alentours seuls.. Vous pouvez chaque jour prendre la décision de suivre le guide ou pas. Ce qu’il faut en revanche, c’est savoir trouver le bon hôtel chaque soir, pour retrouver ses bagages !

 

 

 

 

JOUR 1 – Arrivée à l’hôtel, et découverte de Sorrento

Ca fait des jours que je regarde la météo pour notre road-trip sur la côte Amalfitaine, et le temps n’a pas l’air de s’arranger. Il prévoit de gros nuages, de la pluie, et des orages ! J’espère vraiment que les prévisions se trompent, et que le soleil va arriver à sortir quelques fois.. J’ai décidé de partir avec ma maman pour vivre cette expérience, elle qui aime les plats italiens autant que moi ! On se retrouve donc à l’aéroport de Marseille, pour prendre un petit vol de 1h30 jusqu’à Naples. Comme prévu, c’est bien sous la pluie que nous commençons notre escapade italienne, sous de gros nuages noirs qui ont l’air de suivre notre taxi jusqu’à Sorrente, la ville où on restera 4 nuits exceptionnellement. On ne fera donc pas un vrai road-trip en différentes étapes et hôtels, car mes dates pour tester cette escapade n’étaient malheureusement pas compatibles avec celles de autres groupes.. Mais l’agence à réussit à nous faire un itinéraire et carnet de route sur mesure pour les prochains jours.

Après un peu plus d’une heure de route, nous voilà arrivées à notre nouvelle maison avec piscine pour les 4 prochaines nuits ; l’hôtel Settimo Cielo. C’est un établissement plutôt original, car comme nous l’explique le directeur à l’accueil, l’hôtel se trouve sous nos pieds, comme accroché à la falaise. Avouez qu’il est rare d’entrer dans un bâtiment par son toit, vous ne trouvez pas ? On part à la découverte de notre chambre : époque rococo, à l’ancienne, mobilier un peu vieillot.. Mais la vue de notre petite terrasse en revanche (oui parce qu’il y a une terrasse), est à couper le souffle ! On a la mer quelques mètres plus bas, un petit port de pêche juste à côté et le volcan Vésuve pile en face de nous, avec uniquement la mer qui nous sépare ! Les clients séjournent dans cet hôtel principalement pour son emplacement stratégique à la sortie de la ville et son panorama incroyable, plutôt que pour son confort.

 

 

L’hôtel n’est situé qu’à seulement 10 minutes à pied du centre ville et de ses ruelles piétonnes. C’est vraiment pratique et rapide, on est situées du meilleur côté de la ville. La principale rue piétonne est très large, avec plusieurs magasins axés un peu luxe, et quelques restaurants. Si vous allez tout au fond de cette rue, vous trouverez encore quelques magasins et des restaurants plus fréquentés. De nombreuses ruelles plus étroites descendent sur le côté de la rue principale, avec plein de magasins souvenirs, supérettes et restaurants cachés. Nous qui ne connaissions pas l’emblème de la région.. Je crois qu’on l’a deviné ! Du jaune partout, un agrume en vente sous toutes les formes.. J’ai l’impression qu’on est au pays du citron ! Et ce qui ne nous échappe pas également, c’est la taille qu’ils font ici : ils sont plus gros que des melons, de vrais ballons de handball.

 

 

On fini par trouver notre bonheur au restaurant la Lanterne, avec un plat qu’on attendait depuis longtemps : les bonnes pizzas napolitaines ! L’établissement se trouve au fond d’une petite ruelle, avec des tables pour manger à l’extérieur. On commande nos pizzas (marguarita et buffala), qui nous sont apportées seulement quelques minutes plus tard. Je crois que c’est le service le plus rapide que je n’ai jamais vu ! On dévore nos assiettes, la pâte est à tomber.. Bref, pour conclure : personnel adorable, rapidité et produits de qualité, on reviendra !

 

 

 

 

JOUR 2 – Positano, Amalfi, Rafello, Fiordo di Furore, Marina di Praia

Le jour J est enfin là, notre road-trip va enfin pouvoir commencer ! Mais avant, un petit-déjeuner s’impose à notre hôtel Settimo Cielo. Ce n’ai pas le meilleur que j’ai mangé, mais il y a tout ce qu’il faut ; pain frais, confitures, fruits, fromage, boissons chaudes.. Comme prévu, on reçoit notre vespa pour les 4 prochains jours à 9:00 pile ! On fait le tour du deux roues avec l’homme qui l’a emmené jusqu’ici, qui en profite pour nous expliquer ce qu’il y a à savoir, et comment la conduire. Après quelques essais concluants, on part directement à la station essence, car la jauge qui apparaît sur le cadran est presque vide.. Et première grande surprise, on fait le plein pour moins de 10€ pour une vespa ! Reste à savoir si il va falloir faire le plein souvent ou non.. On reprend ensuite la route, direction la côte ! Le cadre est idyllique, c’est exactement ce à quoi je m’attendais quand on me parlait de la côte Amalfitaine..

 

 

 

Positano

Une trentaine de minutes nous séparent de notre premier arrêt inscrit sur notre carnet de route : le célèbre village de Positano. Lorsqu’on se rapproche de la ville, des bouchons apparaissent, et une longue file de voiture patiente le long de la route. Les rues sont parfois serrées, ce qui rend impossible le passage de deux voitures (ou bus) en même temps. Les hommes qui régulent le trafic à échelle humaine nous incitent pourtant à passer même si le feu est rouge, car nous sommes en scooter. Seulement les véhicules à 4 roues doivent attendre leur tour et les deux roues ont le droit de libre passage ! Un avantage conséquent vu le nombre de voitures qui attendaient. Sans parler des parkings inexistants le long de la côte.. il est très difficile de se trouver une place pour se garer, contrairement au vespa qu’on peut arrêter ou l’on veut. Mais on s’étonne quand même de voir autant de bouchons près des villes ou des virages serrés, alors qu’on est qu’au mois de mai. Apparemment, ça ressemble à la route pour aller à Saint Tropez toute l’année ici.. Je comprends mieux pourquoi autant d’italiens ont une vespa !

C’est donc au détour d’une ruelle qu’on laisse notre vespa le temps d’aller visiter et admirer le village de Positano. Il n’y a pas de doute c’est aussi beau en photo qu’en vrai ! Et je peux vous dire que j’en ai vu passer des photos sur les réseaux sociaux.. Il est 10 heures, et les minuscules ruelles qui mènent à la plage sont déjà bondées de monde. Mais ça rajoute un charme à toutes ces façades qui ont l’air si parfaites. Heureusement, une fois les pieds dans le sable noir, on respire enfin et chacun prend des distances ! On passe devant la fameuse plage privée aux transats et parasols colorés, un vrai contraste qui s’adapte parfaitement au décor. On dirait une vraie carte postale ! On tombe sur un restaurant caché tout à gauche de la plage, où j’aurais bien étendue ma serviette le temps d’un après-midi si le temps avait été plus clément et le soleil vraiment au rendez-vous ! Il est temps de revenir sur nos pas pour retrouver notre vespa et continuer notre road-trip, et je ne peux pas m’empêcher de me retourner tous les 10 mètres pour prendre une photo du panorama.. Et encore une, encore une ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce village qui à l’air tout droit sorti d’un film romantique.

 

-142702130221752990_img_8560

 

 

Amalfi

On continue notre route le long de la côte, direction Amalfi ! Un autre petit village italien, au destin un peu moins joyeux que Positano.. En 1943, un tremblement de terre suivit d’un tsunami est venu frappé la côte, ce qui a détruit toute la partie basse de la ville qui s’est littéralement effondrée dans la mer. Un bien triste sort, dont le village ne s’est jamais vraiment remit.

Il est midi lorsqu’on arrive sur place, et de gros nuages noirs se dessinent au dessus de nous. On remarque des dizaines de scooters et motos garées tout à droite sur le port, et on décide donc de faire pareil. Pour payer ce parking à 2€ de l’heure, il faut acheter un ticket à l’horodateur, qui est un peu plus exigeant que ceux en France : il faut indiquer la plaque d’immatriculation sur la borne, puis coller le sticker sur la carrosserie, et garder avec vous le double. Je me rends vite compte qu’ici, c’est aussi touristique que Positano ! Moi qui pensais être loin de la foule, c’est raté. On fait le tour du port puis du village avant de manger, pour découvrir les lieux (et aussi pour trouver un joli restaurant). Les rues sont mignonnes, mais rien de transcendant. Puis soudain, une immense église surgit sous nos yeux, qui à l’air sortie de nul part. C’est en réalité un dôme, aux couleurs magnifiques. On ne l’avait pas vu à la montée, car on était passées par une petite ruelle sur le côté. On fini par trouver un petit restaurant dans une rue un peu à l’écart pour manger sur le pouce !

 

 

 

Ravello

Prochaine étape sur notre carnet de route : le petit village de Ravello, situé seulement 7 kilomètres plus haut, niché dans les montagnes. Il faut sortir d’Amalfi, puis prendre la direction de Ravello à gauche à une intersection (pas forcément très voyante) un peu plus loin. Les épingles et virages serrés s’enchaînent, mais c’est loin d’être dérangeant en vespa ! Les bus, par contre, sont parfois obligés de passer les virages en plusieurs manœuvres, ce qui ralentit la circulation. En arrivant vers le village, ne prenez pas la route à droite et continuez tout droit en passant sous le tunnel. A sa sortie prenez à droite, puis il y aura des places pour garer votre vespa avec le même genre d’horodateurs qu’à Amalfi. L’accès au petit village médiéval est contrôlé et interdit aux véhicules, il faudra passer sous un autre tunnel, mais en piéton cette fois ci. Le lieu est très prisé pour son panorama, qui offre une vue imprenable sur la côte Amalfitaine. Malgré la pluie qui n’est pas loin et le vent qui s’est levé, on visite le jardin de la Villa Rufolo, très réputé sur la côte. Du monde se presse pour y entrer, et on a hâte de savoir ce qui nous attend ! L’entrée coûte 7€ par personne. On visite les lieux petit à petit, sans grande admiration. Effectivement, la vue sur la baie est à couper le souffle et le panorama magnifique ! Mais pour ce qui est des « jardins » je n’ai eu aucun coup de cœur, ni ma maman. Le coin ressemblait plus à un côté soigné et entretenu qu’à un jardin de fleurs et de plantes. Rien n’était fleuri, j’avais l’impression d’être seulement face à quelques géraniums comme on peut en trouver dans n’importe quelle ville se disant « fleurie ». Quand j’ai mis une photo de ce jardin dans ma story Instagram, les avis ont été partagés ! Certains me disaient de revenir le voir pendant son mois de floraison, que ça valait vraiment le détour, et d’autres m’ont dit que ce n’était pas incroyable toute l’année ! Je vous laisse donc avec ces infos opposées qui ne vont pas forcément vous aider, haha !

L’autre « attraction » de la Villa Rufolo, est une tour médiévale  qu’il est possible de visiter. Il y a une sorte de musée interactif à l’intérieur, avec la possibilité d’accéder au sommet de la tour, après avoir monté une centaine de marches. A l’accueil, la dame conseillait de prévoir 2 heures pour visiter le site, on a finalement bouclé le tour en moins d’une demie heure.. J’ai préféré visiter le village de Ravello plutôt que son parc, qui d’après moi ne valait pas les 7€ exigés à l’entrée..

 

 

 

Grotte de Smeraldo 

Il est temps de faire la route du retour puisque nous dormons à Sorrente ce soir.. Mais les « tâches » du carnet de route ne sont pas finies, puisqu’il en reste encore deux à accomplir ! Enfin, je vous rappelle que vous n’êtes obligé de rien, ce sont seulement des « suggestions » et idées d’itinéraires. On s’arrête d’ailleurs sur la route avant nos deux autres spots, car une photo sur un panneau nous intrigue. C’est une grotte à l’intérieur des falaises, où il est possible de faire un tour de barque. Pour y accéder, il faut emprunter un immense ascenseur, qui vous dépose environ 70 mètres plus bas. Un couple attend avec nous devant la grotte que la « visite » précédente prenne fin. Alors vient notre tour, et on donne 5€ chacun pour payer l’accès à la grotte et le tour en barque. La cavité est énorme et l’eau de la grotte tellement sombre.. Ça n’a rien à voir avec les cenotes que j’ai vu au Mexique il y a quelques semaines. Un homme nous invite à monter sur sa barque, en faisant les présentations. Il nous indique aussi (et surtout déjà) qu’il ne faudra pas oublier le pourboire pour le « capitaine ». La balade commence en même temps qu’un chant italien qui sort de son portable. On se rend tous vite compte que la grotte n’est pas plus grand que lorsqu’on la voyait à l’entrée, pas de passage secret à l’horizon.. Le « capitaine » tourne en rond et nous montre un coin d’eau turquoise dû à un trou dans la paroi, des stalactites aux formes familières, et une crèche soit disant « naturelle »avec Jesus au fond de l’eau. Voilà, balade terminée ! En moins de 10 minutes cette histoire est réglée et nous remontons par où nous sommes arrivées : l’ascenseur.

Cette activité est d’après moi un peu un attrape touriste, surtout quand on vous demande sans cesse des pourboires, avant même que quoi que ce soit n’est commencé. Pourquoi pas le faire si vous avez du temps à tuer devant vous, mais c’est loin d’être un incontournable.. J’ai quand même préféré dépenser 5€ ici plutôt que 7€ à la Villa Rufolo !

 

 

 

Plage Marina di Praia 

Le prochain arrêt est donc pour la plage Marina di Praia comme indiqué sur le carnet de route, située juste un peu plus loin. Il est bientôt 17 heures, et il n’y a plus grand monde sur place. Mais l’endroit reste magique, avec le reflet du soleil qui fait scintiller l’eau. Vous pouvez venir ici passer un moment sur un transat, et même faire une sortie en bateau pour admirer la côte et les villages comme Positano depuis la mer. Dommage que la journée soit si avancée (et le temps si incertain), j’aurais adoré pouvoir profiter de cet endroit quelques heures ! Quelques places de parkings sont disponibles sur place, gardées et surveillées par des locaux en échange de quelques euros.

 

 

 

Fiordo di Furore

Et le dernier arrêt de la journée est réservé à l’un des spots que j’attendais le plus de voir aujourd’hui ; le fameux pont Fiordo di Furore. Il est situé à peine plus loin que la plage Marina di Praia, et quelques kilomètres avant Positano (environ 15 minutes). Heureusement qu’on est en deux roues, parce qu’il n’y a absolument aucun endroit pour se garer, et ça aurait été impossible de s’y arrêter en voiture. On arrive à trouver un minuscule enfoncement juste au bout du pont, qui nous permet de laisser notre vespa quelques minutes. Il existaient plusieurs accès pour descendre à la crique/plage, mais depuis quelques semaines, tous ont été condamnés avec des murs en béton hauts de 2 mètres.. Le lieu est devenu dangereux, car les parois de certaines falaises s’effondrent petit à petit. Heureusement, il reste un joli point de vue derrière la petite plage accessible à pieds (enfin si vous êtes vous aussi en deux roues pour vous garer). Le passage se trouve à gauche du pont, et ne dure pas plus de 2 minutes. La vue est sublime, et si photogénique, j’aurais été déçue de rater ça !

Après ce dernier arrêt de la journée, on rentre sur Sorrento où l’on commence déjà à avoir nos petites habitudes et repères. J’aime tellement cette ville ! On trouve un petit resto sympa parmi toux ceux qu’il y a, avant de rentrer à l’hôtel nous reposer et nous préparer pour la journée du lendemain.

 

 

 

 

JOUR 3 – Les bains de la reine, le belvedère, et le village de Monte Faito

La journée commence avec un ciel qui se bat entre le soleil et les nuages. Notre carnet de route journalier nous conseille un itinéraire loin de la foule, dans les montagnes de la côte Amalfitaine, avec 3 activités ; admirer la vue sur la côte d’un belvédère, découvrir les alentours du village de Monte Faito, et se baigner dans une crique où la reine Giovanna avait l’habitude de venir avec ses amants. En vue des conditions méteo de ce début de matinée, on décide de rejoindre la crique secrète directement, avant que le ciel ne se couvre entièrement et que la pluie ne tombe..

 

Les bains de la reine Giovanna

Situés à seulement 10 minutes de notre hôtel, il n’y a pas besoin de faire beaucoup de route pour accéder aux fameux bains de la reine. On suit à la lettre l’itinéraire indiqué sur notre carnet de bord, qui nous emmène comme prévu devant deux portails. Il faut emprunter celui de gauche à pieds, car les véhicules sont interdits. D’ici commence un chemin piéton en pierre d’environ 700 mètres, qui vous mène droit vers la mer et vers la crique ! Les lieux paraissent féeriques, surtout quand les rayons du soleil arrivent à traverser les nuages et a éclairer la vasque d’eau située en contre bas. D’un certain point de vu, la crique forme un joli cœur aux couleurs émeraudes. Et l’eau n’est pas aussi fraîche que je l’imaginais, puisque j’y ai même fait une petite baignade ! Les alentours sont aussi très jolis, et je vous invite à les découvrir comme je l’ai fait ! Si vous continuer un peu le chemin du littoral, vous trouverez un sublime panorama avec un chemin en bois au dessus de la mer, et d’autres coins d’eau.

 

 

 

Le belvédère de Santa Maria del Castello

Fini de se prendre pour une reine dans une crique idyllique, le temps tourne radicalement et de gros nuages gris apparaissent dans le ciel.. On ne voit même plus le soleil. Mais on ne se démotive pas, et on continue notre itinéraire, direction les montagnes à présent ! Heureusement que je suis partie avec ma maman et qu’elle a pensé à prendre des vestes et imperméables, sans elle je me serais sûrement retrouvée en short à subir le froid. Le vent souffle très fort aujourd’hui, et on sent que la pluie n’est pas très loin.. Après 45 minutes de route loin des villes, on passe devant le village de Monte Faito, sans s’y arrêter. On veut d’abord aller admirer la vue du belvédère, qui est situé quelques virages plus loin ! Un petit parking en terre permet de nous garer sans problème, il n’y a plus qu’à suivre un petit sentier quelques secondes. Ce dernier nous emmène jusqu’à un sublime panorama au dessus du village de Positano ! Cette vue digne d’une carte postale récompense nos longues minutes en vespa face au vent. Je crois qu’il est aussi possible de faire une randonnée en partant directement de Positano pour les plus courageux !

 

-4032317658829304991_img_8878

 

 

Le village de Monte Faito

En revenant sur nos pas pour traverser le village de Monte Faito et trouver le départ de notre petite randonnée, les nuages éclatent et des trombes d’eau nous tombent dessus ! J’aurais eu l’air maligne avec mes petits shorts moi ! On laisse tomber cette idée de randonnée, et on retourne directement sur Sorrente. C’est complètement gelées qu’on débarque en ville, avec nos allures d’inspecteurs gadgets casqués. On ne réfléchi pas à 10 fois et on fonce à notre resto préféré du premier soir ; « La lanterna » pour manger et nous réchauffer.  Tout se passe aussi bien que la première fois, et on est toujours aussi ravies du service et de la qualité des produits ! On a même craquer pour un délicieux tiramisu en dessert, avec une crème mascarpone à tomber !

Comme la tempête ne se calme pas, on passera l’entière après-midi à l’hôtel à nous reposer. Mais vers 19 heures, nos estomacs crient famine, et il va falloir encore braver le temps pour se rendre en ville. Notre choix de ce soir se porte sur un bar à mozzarella pas très loin de notre hôtel, appelé Inn Bufalito. Lorsqu’on arrive, le restaurant est déjà quasiment complet ! Sur Tripadvisor, beaucoup de commentaires conseillaient de réserver si vous souhaiter y manger en plein été. On commande un plateau de dégustation de mozzarella accompagné de foccacia, un délice ! Enfin moins pour la burrata fumée, qui avait trop le goût de « cheminée » pour moi ! Très bonne note également pour leur tiramisu (oui oui, j’en ai mangé deux dans la journée..). Les serveurs ont été adorables, notre commande est vite arrivée, et les produits étaient très bons, je vous recommande cet endroit ! Retour à l’hôtel toujours sous la pluie, en espérant que demain le temps sera plus clément.. Car si on passe plus de temps dans les restaurants qu’à découvrir la région comme aujourd’hui, on risque de prendre pas mal de kilos en très peu de temps ! Haha.

 

 

 

 

JOUR 4 – Volcan du Vésuve, ruines de Pompei

Ce sont deux classiques de Naples que l’on va visiter aujourd’hui : le volcan Vésuve, et les ruines de Pompéi. Le temps est toujours incertain, et c’est en jean et gros pulls qu’on quitte l’hôtel. Il nous faut un peu plus d’une heure pour rejoindre le volcan et faire son ascension. Petite surprise en cours de route, mon Gps (qui est Google Map), nous fait suivre un itinéraire qui passe par l’autoroute. C’est donc un peu par hasard qu’on se retrouve devant le guichet pour payer.. à bord d’une vespa. Mais apparemment, c’est quelque chose qui se fait, je ne le savais pas ! Je vous avoue que c’est une expérience un peu spéciale, entre l’humour et l’appréhension. On se colle sur la ligne de droite, regardant les énormes camions et autres véhicules nous doubler à une allure qui paraît folle ! On arrive quand même à atteindre la barre des 90 km/h, ne faisant pas trop « tâche » au milieu du décor. La voie rapide dure moins d’une dizaine de minutes mais nous permet de gagner un temps considérable sur notre itinéraire ! Il faut emprunter la sortie « Ercolano » puis continuer votre chemin jusqu’au volcan.

 

Le volcan Vésuve

La route n’est pas très indiquée, on a même eu peur de s’être complètement trompées ! Entre ça et notre passage sur l’autoroute.. Ça aurait été le pompon ! Mais heureusement, on peut toujours faire confiance à Google Map. On arrive vers 9 heures (heure d’ouverture) à une sorte de barrage installé sur la route, où l’on doit payer une place de parking 3€. Comme on est en deux roues, l’homme nous indique qu’on peut monter directement avec la vespa jusqu’à l’entrée pour l’ascension au cratère, en gardant bien notre papier de parking. Les autres véhicules doivent se garer ici et faire 10 minutes de marche à pieds en plus ! Certains m’ont dit qu’il y avait un système de navette, qui peut vous emmener jusqu’au départ contre 1€..  Il faut acheter les billets pour l’ascension au cratère dans le virage sous le départ, au prix de 10€ par personne. Et bien que l’ouverture soit annoncée à 9 heures, l’homme qui est chargé de vendre les billets n’a pas l’air pressé de faire son travail, puisqu’à 9:15, il est toujours en train de fumer une cigarette avec ses collègues dehors, alors que la file d’attente s’agrandit. Il finit enfin par se décider à venir nous vendre des billets, la rando peut commencer ! C’est le premier volcan que je monte de ma vie, et celui que je vois depuis 3 jours de ma chambre d’hôtel. Il n’y a encore quasiment personne, et on fait parti des premières à gravir le volcan aujourd’hui. Le chemin est large, parfois un peu raide, avec une vue spectaculaire sur Naples et ses alentours. La montée est moins longue, et beaucoup moins dure que ce que je m’étais imaginé ! La plupart des commentaires que j’avais lu conseillaient entre 30 et 40 minutes de marche, on est arrivées au cratère en moins de 20 minutes en marchant à un bon rythme.

Le sommet du volcan à la tête dans les nuages, la brume donne un côté mystique autour du cratère, on se croirait presque sur la lune. Et quel bonheur de pouvoir profiter du volcan quasiment toutes seules ! Le sentier est rouge avec des roches volcaniques qui ressemblent à des météorites, j’adore cette ambiance ! Sans parler du panorama sur Naples, les villes alentours et la mer qui est incroyable, on a l’impression d’être si haut c’est fou ! Dans le prix du billet est compris un guide, qui peut vous faire la « visite » des lieux, et vous en apprendre plus sur le volcan. Pour ça il faut attendre au premier « magasin souvenir » (car oui, même au sommet du volcan il y en a). Toutes les 20 minutes, une mini excursion en groupe est possible en anglais, italien, français et même allemand. Vous n’avez rien à débourser de plus, car comme je le disais, c’est compris dans le prix du billet que vous achetez. On a vu ça seulement au retour, puisqu’on avait raté le premier groupe parti avec le guide.. A la descente, on voit beaucoup plus de personnes monter au cratère, la foule est arrivée ! Des bus entiers déchargent des groupes touristiques et groupes scolaires devant l’entrée. On a bien fait d’y être tôt, cela n’aurait pas été pareil je pense..

 

 

 

Les ruines de Pompei

On reprend l’autoroute en sens inverse, direction Pompéi ! Une petite ville antique qui, après plusieurs tremblements de terre auxquels les habitations ont eu du mal a faire face, s’est retrouvée complètement ensevelit de lave suite à l’éruption du volcan Vésuve en 79 après j-c. Les dégâts ont été désastreux, avec une ville ravagée et plus de 3000 morts. Le site est extrêmement connu et touristique aujourd’hui, puisqu’il fait entrer près de 8000 visiteurs par jour. Il y a même une gare pour ceux qui souhaitent venir en train ! Lorsqu’on arrive pour se garer au parking touristique, le directeur qui tient l’hôtel juste à côté nous fait signe, et nous propose son emplacement contre 5€ pour la journée. Un réel avantage, sachant que le parking « officiel » vous demande 3€ de l’heure, et que personne ne reste moins d’une heure sur place ici.. Une bonne affaire si vous êtes en vespa, donc n’hésitez pas à demander au personnel à l’accueil de l’hôtel si c’est possible. Les billets coupes-files s’achètent près de la gare, et les billets normaux directement à l’entrée des ruines. Bonne surprise, si vous êtes un européen de -25 ans, l’entrée ne vous coûtera que 2€ ! C’est donc un site à visiter avant d’avoir un quart de siècle, car le tarif est de 17€ pour les autres. Pour acheter nos billets, il nous aura fallut faire la queue pendant près de 20 minutes. Si vous voulez éviter la foule, il faudra venir sur place avant l’ouverture, ou après 15 heures.. Et sachez également que les casques de moto sont interdits, mais des casiers gratuits sont mis à votre disposition sur place.

Avant même d’entrer sur le site, je trouve la vue sur les ruines magnifique, et les alentours bien entretenus. Il y a énormément de monde à l’intérieur, mais une fois la place principale passée, les groupes se dispersent et tout le monde reprend de l’espace. On dirait presque que le temps s’est arrêté. Le site est vraiment immense, avec énormément de choses à voir. On ne sait plus quelles ruelles emprunter, ni quoi regarder tellement il y en a.. Des quartiers, des églises, des parcs, des maisons.. Il y a même une salle avec des corps de pompéiens. Rassurez-vous, ce ne sont pas les vrais. Lorsque les personnes ensevelis ont été déterrées, un homme en à profiter pour verser de l’argile à l’intérieur de la lave séchée pour garder une marque de cette catastrophe. On peut donc voir les expressions figées des habitants, surpris par l’éruption.. On fini presque par se perdre vers la fin, avec toutes ces ruelles et ses carrefours symétriques qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Les guides et forums conseillent de consacrer au moins une demie journée pour visiter le site. Si vous êtes vraiment passionné par les ruines, je vous conseille même s’y passer la journée en emmenant un pique-nique avec vous, ou en prévoyant de manger un morceau au petit restaurant à l’intérieur du site, qui a des prix corrects et sandwichs très bons ! N’oublier pas de prendre un plan à l’entrée, voir même un audio guide en français pour avoir un maximum d’explications sur les ruines et les ruelles. Pour notre part, presque 3 heures sur le site ont été suffisantes, même si on a raté énormément de choses..

 

-8898880501755294768_img_9071

 

 

 

JOUR 5 – Escapade sur l’île de Capri

Dernier jour de notre road trip italien.. Pas de carnet de bord aujourd’hui, on a quartier entièrement libre pour faire ce que l’on veut ! Notre transfert jusqu’à l’aéroport est prévu à 13:00, et hors de question de passer la matinée à ne rien faire, surtout que le temps est incroyable aujourd’hui, que du soleil ! Pourquoi ne pas s’aventurer sur l’île de Capri qui n’est pas très loin ? On sait que le premier bateau Sorrento-Capri part aux alentours de 8 heures, on s’est rendu au port de la ville pour acheter nos billets. L’aller-retour avec la compagnie SNAV nous à coûté 39€ chacune, pour environ 20 minutes de traversée.

Je suis assez surprise de voir le nombre de passagers déjà présents sur place, pour prendre le premier bateau.. Il est complet ! On arrive comme prévu 20 minutes plus tard au port de Capri où une mélodie italienne me vient immédiatement en tête en voyant ces petites maisons près de l’eau. La première idée que j’avais en venant ici, c’était de découvrir la célèbre grotte bleue, connue dans le monde entier. Mais après réflexion, c’est peut être mieux de faire l’impasse cette fois-ci.. Entre tous les avis négatifs (trop cher et trop d’attente) et le peu de temps que l’on passe sur l’île, ce serait du temps de gâché.

Pour atteindre le sommet de l’île, vous  pouvez y aller à pieds ou utiliser un funiculaire qui relie le port à la ville de Capri. Le billet coûte 2€ par personne et s’achète à une billetterie à droite en sortant du port et non pas directement au funiculaire situé juste en face. La montée ne dure que quelques instants, et nous voilà au milieu d’un village tout droit sorti d’un film ! A droite, une minuscule gare routière se fond dans le décor, avec des bus qui attendent pour vous emmener voir les plages de l’autre côté de l’île. A gauche, ce sera les magasins et minuscules ruelles piétonnes. Tout est propre, carré, et il y a beaucoup de boutiques de luxe. C’est comme à Saint Tropez ! J’ai du mal à trouver du charme au lieu, car tout ici paraît un peu faux, surtout à cette heure matinale ou personne ne traîne encore dans les rues. Je regrette presque qu’on ait abandonné l’idée de l’excursion en bateau pour la grotte bleue, ou pour quoi que ce soit d’autre à vrai dire.. On tombe finalement face à un panneau, qui nous indique plusieurs jolis points de vue à voir autour de l’île, notamment un belvédère à seulement quelques minutes à pieds. Ni une ni deux, on fonce sur l’occasion pour découvrir le côté un peu plus sauvage de Capri. On emprunte un sentier qui s’enfonce entre les arbres, et passe derrière d’immenses villas et hôtels de rêve ! Tout est calme, rien personne n’est encore réveillé.. Entre quelques branches et feuilles, on aperçoit d’incroyables paysages, qui me donnent une nouvelle vision de Capri ! On arrive en quelques  minutes au belvédère, qui nous offre une vue à couper le souffle !

 

 

Le chemin continue sous la plateforme du belvédère, toujours sous les arbres. On s’y aventure en n’oubliant pas de regarder l’aiguille de notre montre, puisque dans 4 heures il faut qu’on soient prêtes à sauter sans le taxi à notre hôtel Settimo Cielo, à Sorrente. Plus on avance, plus on s’approche la mer.. Je sens que la remontée va être moins drôle que la descente ! Lorsque le passage sous les arbres se termine, c’est comme si on sortait un peu la tête de l’eau, face à un paysage brut et incroyable. Il y a ici deux petits restaurants cachés, qui proposent aussi des transats sur des sortes de plateformes en pierres avec des échelles pour aller se baigner. Coup de cœur immédiat pour cet endroit et belle surprise de la journée ! Finalement, je crois que j’aime beaucoup plus Capri qu’à mon arrivée..

 

 

On remonte en direction du village, et comme prévu c’est beaucoup moins fun qu’à la descente ! Surtout avec le soleil et la chaleur qui sont arrivées. De retour en ville, je trouve le village beaucoup plus mignon, allez savoir pourquoi ! Les ruelles sont plus fréquentées, le centre animé, et la couleur de la mer à tomber. N’ayant plus le temps pour une autre « mini rando », on se contente d’arpenter toutes les ruelles de Capri, tellement jolies et qui commencent à être fleuries ! Mais si vous voulez vraiment voir l’île pendant sa plus belle saison, c’est à la fin du mois de juin qu’il faut venir, car c’est à ce moment là que tout est en fleur, des jardins aux murs de boutiques !

 

 

Il est temps pour nous de redescendre au port, par le même funiculaire qui nous a monté ici trois heures plus tôt. La queue pour passer au guichet puis monter à la ville de Capri est impressionnante. Il doit y avoir au moins une cinquantaine de personnes qui se pressent et se tassent devant l’entrée. Heureusement qu’on était seules quand c’était notre tour à 8:30, l’expérience n’aurait pas été la même avec cette file d’attente de touristes pressés !

On mange une dernière glace (8€ la glace quand même) sur le port face à la plage, avant de retourner prendre notre ferry et de rentrer sur Sorrente.. Je ne pensais pas que l’île avait autant à offrir, ne serait-ce qu’en randonnées, plages, restaurants et coins secrets ! Pour moi, l’activité principale de l’île était l’incontournable grotte bleue, et les autres tours en bateau quelconques qui y sont proposés. D’ailleurs, quand on s’était renseigné pour une excursions sur l’île à la journée sans tour de bateau, on s’est empressé de nous répondre que ça ne servait alors à rien d’y aller, que Capri était beaucoup plus belle vue par la mer. Et bien je ne suis pas du tout d’accord avec ça, et je vous recommande de ne pas aller à Capri uniquement pour voir la grotte bleue comme je voulais le faire au début, car l’île possède tellement plus de trésors à contempler !

 

2187229435928201838_img_9285

 

Le retour en bateau se fait aussi rapidement qu’à l’aller, et on fait nos au revoir au sublime port de Sorrente, qui est si beau et si atypique ! Pour les personnes à mobilité réduites ou même les autres, sachez qu’il y a un ascenseur de la plage du port au centre ville, qui vous évite de faire la montée à pied contre 1€ par personne. Autre petit conseil, si comme nous une journée à Capri vous tente, je vous conseille de venir un peu plus tôt et de vous garer en ville juste au dessus pour éviter de payer le stationnement. Vous l’aurez compris, la ville de Sorrente a été un vrai coup de cœur pour moi, et ‘est vraiment un endroit que je vous conseille de visiter si vous êtes de passage ! Le centre ville et le port sont immanquables pour une première visite.

 

 

Voilà, c’est la fin d’une escapade italienne sur la côte Amalfitaine en vespa. Merci à The Vespa Trip de m’avoir fait confiance pour vous partager mon expérience. C’est un séjour que j’ai adoré, et que je ne peux que vous recommander ! Comme d’habitude, on se retrouve sur instagram pour plus de vidéos et de photos 🙂

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply