Itinéraire d’un road-trip d’une semaine en Suisse

octobre 5, 2022

 

De retour par ici pour vous partager plus en détails mon deuxième road-trip en Suisse, à quasiment un an d’intervalle avec le premier que j’avais réalisé fin octobre pendant 3 jours. Les couleurs avaient été absolument magnifiques, mais le timing un peu court pour voir tout ce qui est sur ma bucketlist de ce pays depuis des années. Et même en partant une semaine cette fois-ci, j’ai dû faire des sélections.. Il y a tellement de choses à voir pour les amoureux de la nature et de la montagne !

 

Comment aller en Suisse ?

En fonction de votre situation géographique en France, plusieurs moyens de transports s’offrent à vous :

  • la voiture : si comme moi vous habitez près de la frontière suisse, la solution la plus simple, la plus pratique et la plus économique sera la voiture. Vous gagnerez du temps, mais aussi de l’argent puisque vous n’aurez pas besoin d’en louer une sur place !
  • le train : la Suisse est assez bien desservit en ce qui concerne les trains, surtout Genève qui fait parti des grandes lignes et qui propose des trajets directs depuis Paris. Il y a également beaucoup de trains qui circulent sur le territoire suisse entre vallées et montagnes.
  • l’avion : quelques aéroports internationaux vous permettent d’atterrir en Suisse, notamment à Genève, Lausanne, Bern.. A vous de voir ce qui est le plus simple pour votre situation, mais dans tous les cas je vous conseille de louer une voiture pour la suite de votre périple.

Formalités d’entrée sur le territoire suisse : bien que la Suisse fasse partie de l’Europe, elle ne fait pas partie de l’Union européenne mais de l’espace Schengen. Ce qui signifie que la douane contrôle les entrées et sorties de son territoire bien plus assiduement que pour l’Italie par exemple.

 

Quand aller en Suisse ?

La Suisse est le pays des montagnes, des lacs, et des glaciers, puisqu’il fait parti de la chaîne des Alpes et plus précisément des Alpes suisses. Mais c’est un pays qui se visite à toutes les saisons ; l’hiver pour ses célèbres stations de ski, et le reste de l’année pour ses superbes et nombreux chemins de randonnée. A vous de voir ce qui vous intéresse le plus, sachant qu’il y fait relativement frais toute l’année ! Pour ma part, j’ai une petite préférence au moment de l’automne, à partir du mois d’octobre. Pour l’avoir fait, je vous assure que les couleurs des paysages sont absolument dingues et valent clairement le détour !

 

Combien de temps partir en Suisse ?

Pour les amoureux de la nature, il y a énormément de choses à voir en Suisse.. Ce pays est un vrai tableau grandeur nature ! Il y a de nombreux lacs, glaciers, lagunes, cascades, ponts suspendus, villages montagnards.. etc à observer et découvrir. D’après-moi, la durée idéale pour avoir le temps de se déplacer sur le territoire et de voir différents paysages à travers les randonnées, est d’une bonne semaine. Ou alors de prévoir plusieurs escapades de quelques jours dans les différentes régions du pays pour se concentrer sur un plus petit terrain de jeu et éviter de faire de la route tous les jours. En tout cas, je pense que peut importe le temps que l’on consacre à la Suisse, ce sera toujours une bonne idée !

 

Comment se déplacer en Suisse ?

Pas de doute là-dessus, le meilleur moyen pour découvrir la Suisse est la voiture, voir même le van ou camping car pour un road-trip au plus proche de la nature (et des économies de faites par rapport aux hôtels et aux restaurants). Mais pour les moins aventuriers, le combo voiture +hôtel reste le plus simple. Je vous conseille de prendre la vignette à 40€ pour les autoroutes dès votre arrivée sur le territoire, vous pouvez les trouver au passage des douanes ou alors dans certains tabacs ou stations essences. Une fois la vignette en poche, plus besoin de savoir si vous pouvez emprunter telle ou telle route. vous êtes complètement libre de circuler où vous voulez ! A savoir que les « trains-voiture » en sont pas compris dans la vignette si vous les empruntez. Il faut payer chacun de vos passages au péage avant de monter sur le train.

 

Où dormir en Suisse ?

Si vous décidez de voyager en van, vous ne pourrez pas faire du camping sauvage (dormir en van fait parti du camping sauvage), où vous voulez. Tout dépend des cantons, certains l’autorisent, d’autres pas et il vous faudra passer une nuit au camping. Vous verrez rapidement où c’est autorisé et où ça ne l’est pas, de nombreux panneaux avec « camping interdit’ seront implantés là où ce n’est pas possible. Pour être honnête avec vous, on a essayé de se poser sur l’une de ces places en bord de route à la fin du séjour à Trin, on a eu à peine le temps de boire une bière que l’on a été délogées et invitées à se rendre dans un camping. Des équipes de ronde tournent régulièrement pour vérifier qu’aucun véhicule ne stationne sur ces places autorisées uniquement la journée et ne salissent les alentours. D’ailleurs si vous faites du camping sauvage, que ce soit en tente ou en voiture, ne laissez jamais de déchets sur place. Tout ce que vous avez emmené doit repartir avec vous. Je fais une petite piqûre de rappel parce qu’apparemment certains n’ont toujours pas compris que les déchets ne se dégradaient pas tout seuls dans la nature et abîmaient les sols..

 

 

JOUR 1 – Barrage de Tseuzier

Barrage de Tseuzier

C’est parti ! Après 4 heures de route et un plein de courses en passant par l’Italie, nous voilà arrivées à notre premier stop du road-trip ; le barrage de Tseuzier. Pour l’atteindre, il faut emprunter une route de col qui devient plus serrée sur la fin, avec un tunnel étroit qui ne laisse passer qu’une voiture alors que c’est une route à double sens. N’hésitez pas à passer ces deux tunnels pour vous garer au plus près du lac, il y a des places de disponibles le long de la route et aussi près du restaurant. En revanche, mieux vaut y aller tôt ou en basse saison car avec sa facilité d’accès, les places peuvent rapidement se retrouver complètes. Une fois sur place l’intérêt est de faire le tour du lac à pieds, ce qui prend environ 1 heure/1 heure et demie sans difficulté particulière ni de vrai dénivelé. On commence donc cette courte randonnée en début l’après-midi, en passant par le barrage et la rive droite. Dommage pour nous, les nuages étaient de la partie ce jour-là, ce qui fait qu’on n’a pas pu profiter pleinement de la couleur turquoise et laiteuse du lac, mais plutôt d’un bleu intense et de jolis reflets. C’était déjà ça ! Mais en voyant la couleur que pouvait avoir l’eau lorsqu’un rayon de soleil arrivait à percer, c’est sur qu’on ratait quelque chose ! On a malgré tout beaucoup aimé se promener à notre rythme le long du sentier, entre cascades, balançoire et passerelle suspendue au dessus du lac ! 

Prix du parking : gratuit.

 

 

 

JOUR 2 – Blausee et le lac d’Oechinensee

Blausee

Pour changer de canton hier soir et passer du Valais à l’Oberland , on a dû prendre un train sur lequel on monte en voiture ! Si vous me suiviez déjà sur instagram l’année dernière, vous avez déjà dû voir les vidéos ou je film ce moyen de transport un peu étrange que l’on n’a pas l’habitude de voir en France. Et à chaque fois, les sensations sont un peu spéciales ! Se retrouver assis dans son véhicule et avancer grâce au train dans le tunnel.. C’est atypique !  Mais ça permet d’éviter de faire 3 heures de route en contournant plusieurs montagnes, puisqu’ici on les traverse ! Le prix pour ce trajet qui dur une vingtaine de minutes est de 29 CHF (30,20€).

Ce matin et pour la troisième fois en quelques années, c’est le célèbre lac de Blausee qui est au programme ! La toute première fois que je l’avais découvert c’était en hiver 2019, et la deuxième en octobre 2021. Je connais donc par cœur le fonctionnement ; les 4 CHF (4,20€) de parking et les 9 CHF (9,30€) d’entrée par personne à scanner au tourniquet. Vous l’aurez compris, rien de très naturel mais plutôt un parc bien entretenu et construit qui propose également restaurant et jeux pour enfants sur place. Je dois bien l’avouer, à chaque fois c’est une petite déception de voir tous ces aménagements.. Mais si c’est pour garder le site et le lac propre au vu de son accessibilité, soit. Ça perd simplement un peu de son charme (et de son porte-monnaie). Ici, chaque saison est différente et les couleurs ne se ressemblent pas. J’ai trouvé que l’eau avait du mal à ressortir avec toutes ces feuilles verdoyantes, j’avais gardé un souvenir incroyable de ma venue en automne dernier ! Je vous invite d’ailleurs à comparer les deux saisons à Blausee en allant voir mes photos du lac dans cet article.

En bref, Blausee reste un incontournable si vous venez découvrir la Suisse car il fait parti des plus beaux lacs du pays, mais pour ma part je pense que l’avoir vu 3 fois à 3 saisons différentes me suffit, j’en ai fait le tour !

Prix : 4 CHF (4,20€) pour le parking, et 9 CHF (9,30€) par entrée en semaine et 12 CHF (12,50€) le week-end.

 

 

 

Oeschinensee

Après une petite heure à Blausee, on enchaîne sur le lac d’Oeschinensee qui pour le coup est sans hésiter mon lac préféré du pays ! Je l’ai découvert l’année dernière fin octobre, mais comme la saison était terminée, l’option d’emprunter le télécabine pour ne pas trop se fatiguer n’était pas possible. On avait dû monter les 500D+ à pieds jusqu’au lac. Mais cette fois, on veut faire le chemin de rando numéro 8 qui débute au niveau du lac et qui fait lui aussi 500D+, soit près de 1000D+ en partant du parking du téléphérique. On hésite longuement à monter à pieds ou en cabine, car le trajet a quand même un certain coût. Mais un imprévu de dernière minute (nos chaussures de marche oubliées sur notre spot dodo de la veille) nous fait perdre du temps et nous conforte dans l’idée d’opter pour le télécabine. On gagne donc une bonne heure de marche en dix minutes pour atteindre le lac. C’est maintenant que les choses sérieuses commencent. Comme d’habitude on double certains randonneurs qui n’ont pas d’équipements adaptés, c’est à dire en jean avec des chaussures de ville. S’il vous plaît ne faites pas parti de cette team là.. C’est comme ça que les accidents les plus banales comme une cheville ou un genou arrivent et font mauvaise réputation aux randonnées alors qu’il n’y a rien de dangereux ou de difficile initialement ! Le sentier grimpe mais se fait plutôt bien car il n’est pas monotone, avec des passages aériens, à flancs de falaises et des escaliers. Plus on monte, plus le lac se dessine à travers les arbres, ce qui est encore plus motivant ! Puis au bout d’une demie heure, on arrive sur la plateforme principale et le spectacle est grandiose, avec une vue panoramique sur l’ensemble du lac et quasiment à hauteurs des glaciers qui nous font face ! C’est clairement le genre de paysage qui laisse sans voix et devant lesquels on pourrait rester des heures.. C’est d’ailleurs l’endroit qu’on a choisit pour manger notre pique-nique et pouvoir en profiter plus longtemps. Une fois en haut, le sentier devient un chemin balcon qui longe la montagne et permet de garder une vue en hauteur sur Oeschinensee, avant de redescendre doucement vers le lac en passant par un refuge avec des moutons et des vaches.

Arrivées au niveau du lac, on aperçoit des barques à louer pour partir pagayer sur l’eau. Ayant un excellent souvenir de notre embarcation sur le lac de Braies au printemps, on n’hésite pas une seconde pour récidiver l’expérience en Suisse ! Bon, par contre, l’homme qui s’occupe des locations est beaucoup moins sympa qu’en Italie, on n’aura pas réussit à lui décrocher un sourire.. Mais on s’en fiche, il est presque 17 heures, il y a encore du soleil, et on se retrouve absolument seules au milieu du lac. On a l’impression que le temps s’est arrêté, on se regarde et on se dit « c’est incroyable ce qu’on vit, on a tellement de chance ». 18 heures, l’heure de ramener la barque à l’homme le plus souriant de Suisse et de redescendre en courant jusqu’au parking. On prend la route dans la foulée pour se rapprocher des spots et activités de demain, situés environ à 2 heures de là.

Prix tu téléphérique : 22 CHF (22,90€) l’aller, 30 CHF (31,20€) l’aller-retour

Prix de la barque : 17 CHF (17,70€) la demie heure, 28 CHF (29,20) l’heure complète

 

 

 

JOUR 3 – Lac de Gelmersee, funiculaire de Gelmerbahn et glacier du Rhône

Lac de Gelmersee

Après une nuit à 20 CHF (20,50€) dans un espace référencé sur l’application Park4Night situé juste à côté du parking du funiculaire du Gelmerbahn, on commence cette journée en allant retirer nos billets achetés en ligne la veille à la petite cabane au pied de « l’attraction » car on en aura besoin au moment de redescendre de notre randonnée. On laisse ensuite le van sur place, car c’est ici que commence la randonnée pour atteindre le lac du Gelmersee. Le sentier débute juste à gauche de l’hôtel de l’autre côté de la route. Il n’y a pas de difficulté particulière pendant la première partie, le chemin monte doucement le long de la rive droite de la rivière. C’est une fois à la deuxième partie, après avoir traversé la route et un petit lac que la rando devient un peu plus sportive. D’énormes pierres bien alignées servent de grosses marches pendant une dizaine de minutes, je peux vous dire que ça chauffe les fesses !

Mais une fois ce passage derrière nous, on arrive au fameux lac de Gelmersee où les sommets se reflètent dans l’eau à la perfection car le soleil n’a pas encore fait son apparition. Après quelques photos, on commence à faire le tour du lac par sa droite et le timing est parfait : le soleil se montre enfin et change d’un coup la couleur du lac d’un bleu intense et foncé à un bleu clair et laiteux. La première chose qui me vient en tête est le lac de Sorapis en Italie. L’eau a exactement la même couleur que l’un des plus beaux lacs des Dolomites (vous pouvez d’ailleurs retrouver mon article sur mon road trip dans les Dolomites juste ici), sauf qu’ici le lac est 5 fois plus grand et il n’y a quasiment pas de touristes sur place. On est quasiment seules aux pieds de ces nombreux glaciers qui nous entourent ! Le tour du lac prend environ 1 heure, et le sentier se fait tout seul ! Il y a des passages sur des ponts, au dessus des rivières, le long de falaises avec des lignes de vie et même sous un gros rocher. Je ne peux que vous recommander cette sortie car je l’ai adoré ! Ce lac du Gelmersee est clairement sous-côté à cause du funiculaire du Gelmerbahn qui se trouve juste devant, où les gens y font la queue sans parfois même regarder ce qu’il y a autour.

 

 

 

Funiculaire Gelmerbahn

C’est le moment de redescendre du lac de Gelmersee, et on a opté pour une option qui va beaucoup plus vite qu’à pieds.. C’est le célèbre funiculaire de Gelmerbahn dont je vous parlais juste avant ! Il y a quelques années, sa fonction était d’acheminer des matériaux vers le lac afin de construire le barrage. Il a plutôt bien été réaménagé puisque aujourd’hui il sert de funiculaire, et c’est le plus raide d’Europe ! Si vous optez comme nous de le prendre à la descente, n’oubliez surtout pas de récupérer vos tickets datés au pied du funiculaire avant de monter jusqu’au lac. Et n’oubliez pas aussi de réserver vos places en avance sur le site officiel sans quoi vous risquez de ne pas pouvoir monter à bord par manque de place. En haute-saison, il faut parfois réservez ses billets des semaines à l’avance tellement la demande est forte !

Notre billet est daté pour 12h30, mais comme on aimerait être aux premières loges pour la descente, on arrive 20 minutes plus tôt pour être les premières de la queue. Et ça marche ! On se retrouve donc installées à la première ligne, avec une vue plongeante sur les les rails et le trajet qui nous attend. Petite déception lorsque le funiculaire démarre ; il va au ra-len-tit. Il n’y a rien de très spectaculaire, jusqu’au moment où la pente atteint les 106% (ce qui revient à environ 45 degrés), et que l’on voit la gare d’arrivée quasiment sous nos pieds mais des dizaines de mètres plus bas (je vous conseille d’aller voir ma vidéo de ce moment dans ma story à la Une sur instagram) ! C’est pour vous dire à quel point ça paraît raide ! Il n’a pas volé son titre de funiculaire le plus raide d’Europe, je peux vous l’assurer ! Vous tomberez aussi sur un joli pont en bois à l’arrivée, qui n’a pas grand intérêt mais où il est sympa de faire l’aller-retour au dessus du vide.

Prix du téléphérique : 18CHF (18,90€) l’aller, 36CHF (37,70€) l’aller-retour. J’ai trouvé les prix très chers, donc je vous conseille de ne faire qu’un aller plutôt qu’un aller-retour, et de monter ou descendre à pieds comme on l’a fait pour limiter les dépenses « inutiles », bien que ce funiculaire soit à faire au moins une fois dans sa vie.

 

 

 

Glacier du Rhône

Prochain stop de la journée après avoir mangé un bout rapidos dans le van, le fameux glacier du Rhône niché dans un col 30 minutes plus loin ! Je dis fameux glacier, car cela fait des années que je venir ici, dès que je prévois une escapade en Suisse ! Mais à chaque fois, le temps nous manquait, à mes acolytes d’escapade ou à moi-même.. Jusqu’à ce road-trip ! Comme on le dit souvent, « la troisième fois c’est la bonne ». J’ai donc pu un peu suivre l’évolution de ce glacier à distance pendant des années grâce aux réseaux sociaux, et ça fait mal en arrivant sur place. On se rend vite compte que la lagune glaciaire prend de plus en plus de place, au détriment de la glace du glacier qui remonte chaque année (pour ne pas dire chaque mois) un peu plus vers les sommets. On se rend vite compte que la partie qui se cache sous d’immenses bâches blanches est le point d’accès pour les galeries de glace à explorer. Double pincement au cœur. Elles ont été mises en place pour tenter de ralentir leur fonte à cause des chaleurs, et de pouvoir conserver ces tunnels au public le plus longtemps possible. Une fois à l’intérieur, le spectacle est merveilleux et désastreux à la fois.. La glace rayonne d’un bleu intense, et le contraste avec les planches en bois est magnifique. Mais l’on découvre également ces murs de froid fondre sous nos yeux, ruisselants d’eau sans interruption malgré ces bâches qui les surplombent.. Le tunnel n’est pas très long, et après une trentaine de mètres on arrive au bout de la galerie où trône un drapeau Suisse. 

Prix : 9 CHF (9,40€) par personne

 

 

 

JOUR 4 – Glacier de Griesslisee, Cascades de Berglistüber et Seerenbach

Glacier de Griesslisee

Après une nuit du côté de Unterschachen, sur un terrain répertorié sur la carte Park4Night à 20CHF (20,50 €) et avec accès aux sanitaires, on repart une nouvelle fois sur la route. On s’arrête quelques kilomètres plus loin, au parking du col de Klausenpass, car c’est ici que commence notre petite rando du jour. On commence à suivre un large chemin, pour bifurquer sur un sentier de randonnée plus étroit 10 minutes plus loin. La rando n’a rien de compliqué, on aperçoit même le lac plus tôt que prévu à peine 30 minutes de marche plus tard ! Et on reste bouche-bée face à ce panorama froid et sublime, qui trône un peu plus bas. Un sentier permet d’accéder au lac en descendant par la gauche, ensuite libre à vous d’explorer les alentours ! C’est ce qu’on à fait, beaucoup trop curieuses que nous sommes. On voulait admirer cette eau laiteuse remplit de minéraux et ces glaciers de tous les angles possibles. Mais en arrivant au pied de la glace, on se rend vite compte que l’endroit est beaucoup plus dangereux que ce que l’on imaginait. Les murs de glace sont recouverts de pierres tombées de la montagne, et attendent patiemment leur tour pour tomber du haut de la glace au lac… Directement sur nos têtes. Encore une fois on est témoins de ce réchauffement climatique dramatique, car plus les minutes passent et le soleil se lève, plus les cailloux et rochers avancent et glissent sur la glace qui fond pour s’échouer sur le sol. Après avoir profité de ce cadre incroyable pendant près d’une heure tout en restant à distance et en sécurité, on redescend jusqu’au col par le même sentier qu’à l’aller.

Conseils : la randonnée n’a rien de difficile, comptez moins d’une heure pour accéder au lac pour environ 200D+, mais pour votre sécurité, restez loin des murs de glace.

 

 

 

Cascade de Berglistuber

Un peu plus loin sur la route se trouve notre prochain stop : la cascade de Berglistuber. Il faut cette fois se garer juste avant une épingle, il n’y a que quelques places de stationnement disponibles alors il faut être chanceux ou avoir un bon timing en haute-saison ! Pas de problème pour se garer au mois de septembre pour notre part, on se retrouve même seules à la chute d’eau après seulement 5 minutes de marche ! La particularité de cette dernière est le fait de pouvoir l’observer sous tous les angles, puisqu’il est possible de passer derrière la cascade comme pour Seljalalandfoss en Islande ! Et quasiment de n’importe quel endroit, on peut admirer plusieurs arc-en-ciel se dessiner autour de la chute d’eau et de sa vasque turquoise, ce qui rend le lieu encore un peu plus féerique !

 

 

Cascade de Seerenbach

Prochain stop de cette journée au joli lac de Walenstadt. On arrive sur place en début d’après-midi, sous un joli ciel bleu contrairement à ce matin. On se gare près du lac, juste après le restaurant de Lago Mio. Il fait encore très chaud pour un mois de septembre, et de voir les gens autour de nous se baigner nous donne vraiment envie de troquer notre troisième spot contre une baignade et une sieste au soleil. Mais on se remotive en se disant que ce serait dommage de rater ce point de vue, on remet donc la baignade à plus tard, à notre retour au parking. On continu de suivre la route bétonnée qui longe le lac à pieds, et l’on trouve de jolies grottes pendant le passage des tunnels. Puis une fois la route terminée, on commence à prendre de la hauteur en suivant les panneaux qui indiquent la cascade de Seerenbach. Plus on monte, plus j’ai l’impression que c’est le lac d’Annecy qui se dévoile devant moi. Il y a vraiment une ressemblance flagrante ! Après une bonne heure de marche facile (peu de dénivelé mais pas mal de kilomètres), nous voilà arrivées au fameux point de vue où l’on peut observer les cascades et le lac à la fois. Le spot est vraiment canon et rafraîchissant, les chutes d’eau sont tellement puissantes qu’elle servent de brumisateur géant ici ! On prend notre temps pour la redescente, et on n’oublie pas ce qui nous attend à l’arrivée : la fameuse baignade dans le lac ! L’eau est fraîche mais ça fait un bien fou ! 

Après cette journée bien chargée direction notre dernier spot à 30 minutes d’ici pour passer la nuit et se rapprocher des coins que l’on veut voir demain : direction le Camping Trin ! Avec un van et deux personnes, on s’en sort pour environ 35 CHF.

 

 

 

JOUR 5 – Lacs de Caumasee et Crestasee et Vallée de Lavertezzo

Ça fait 4 jours que la météo nous annonce de la pluie et on est toujours arrivées à passer à travers les gouttes jusque là. Mais ce matin on se réveille avec des trombes d’eau qui tombent sur le toit du van, et vu ce qu’annonce la suite, ça ne va pas s’arrêter pendant 48 heures. On préfère alors annuler notre journée dans le coin, et partir directement pour la ville suivante ou le temps se calme apparemment en fin de matinée. Les aléas du voyage et de la météo ! On fait donc une croix définitive sur les lacs de Caumasee et Crestasee qui ont la réputation d’avoir une couleur incroyable au petit matin, mais on tente tout de même de s’arrêter à la vallée de Lavertezzo sur la route. Mauvaise idée.. Cette rivière qui est connue pour être si claire qu’on peut observer chaque pierre en son fond est d’une couleur boueuse, à cause de ces fameuses trombes d’eau qui ont lavé les montagnes et fait glisser de la terre jusqu’au petit matin.. Direction notre prochain et dernier stop du séjour comme on supprime toute une journée de notre programme : la vallée d’Arolla !

 

 

JOUR 6 – Lac Bleu, glacier d’Arolla et Sources chaudes

Lac Bleu

De retour à l’un de mes endroits préférés dans le Valais et en Suisse : Arolla. Contrairement à la veille, ici le camping sauvage est autorisé, on a donc pu dormir dans notre van tranquillement sans devoir payer le terrain ou le bord de route. On commence au petit matin par le Lac Bleu, pour éviter la foule et pouvoir profiter de la tranquillité des lieux. Pour l’avoir fait l’année dernière à l’automne avec tous les mélèzes en feu, je sais qu’il vaut le détour ! Le sentier grimpe un peu mais n’est pas très long, on atteint le lac en une trentaine de minutes. Comme prévu il n’y a pas encore grand monde sur place, le cadre est si apaisant et l’eau aussi claire que dans mes souvenirs ! Mais je dois vous avouez que j’ai quand même ma petite préférence pour l’automne, j’étais vraiment restée sans voix en arrivant sur place, et aujourd’hui j’ai l’impression qu’il manque un petit quelque chose au paysages.. Des petits groupes commencent à arriver petit à petit et quasiment tous tente la baignade dans le lac ! Chacun s’encourage à aller à l’eau, je trouve ça rigolo et bon enfant ! On ne s’éternise pas non plus, car entre les autres spots qui nous attendent et la route pour rentrer en France, notre journée est loin d’être finie !

 

 

Glacier d’Arolla

Après le lac Bleu, on enchaîne sur le glacier d’Arolla qui se situe au fond de la vallée. On se gare sur le même parking sur lequel on a dormi cette nuit, puis on continue de suivre le large chemin de terre jusqu’au barrage. Ici commence un sentier qui indique « le glacier du bas », qui est tout juste discernable au milieu des pierres. Mais on aperçoit notre but au loin : la grotte du glacier d’Arolla. C’est une grotte de glace récente, qui s’est creusée dans le glacier à cause des mouvements de ce dernier combinés au malheureux réchauffement climatique. On l’atteint vingt minutes plus tard et on reste quelques secondes à l’entrée à observer cette immense construction naturelle qui nous entourent. Puis on essaie de faire quelques pas à l’intérieur, mais en voyant de gros rochers tomber du plafond de manière aléatoires, on décide de reculer et de se contenter du paysage de l’extérieur seulement. C’est trop dangereux. On fini par redescendre doucement jusqu’au parking, et à l’heure où je vous écrit ces lignes, cette célèbre grotte présente à Arolla depuis quelques années s’est effondrée il y a quelques jours. Plus précisément une dizaine de jours après notre venue. On fait probablement partie des dernières personnes à avoir observer cette ice cave, et on a clairement remarqué les débuts de son effondrement en étant sur place et en voyant tomber des morceaux de rocher et de glace du plafond. On a eu chaud !

 

 

 

Sources chaudes

Direction le tout dernier spot du jour et de cette escapade suisse d’une semaine entre copines qui sont des sources chaudes. Lorsque j’étais venue faire mon road-trip automnale l’année dernière, une personne de ma communauté m’avait écrit sur instagram pour me notifier que des sources chaudes se cachaient dans le coin.. J’ai donc fait des petites recherches de mon côté entre-temps, j’étais bien prête à les trouver cette année ! Comme une lettre à La Poste, je n’ai eu aucun problème à tomber dessus, nichées près de la rivière. La température de ces bassins varie entre 25 et 30 degrés, ce qui n’est pas très chaud mais quand même bien plus que l’eau de la rivière qui coule à côté et qui doit être à 5 degrés.

Pour ce qui est de sa localisation, je préfère ne pas la révéler aussi facilement et vous donner son point GPS. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elles se trouvent entre Arolla et Evolène. Avec ça et quelques minutes de recherches sur internet j’ai réussit à les trouver toute seule ! Donc vous devriez en être capable également 🙂

 

 

Le Budget

Clap de fin pour ce road-trip de fin d’été chez les voisins suisses ! Encore une fois, on revient avec de belles images plein la tête ! Pour cette itinéraire de 6 jours en van et sans restaurant, nous avons dépensé environ 750€ tout compris (essence, nourriture, camping, télécabine..), ce qui revient à 375€ par personne. En revanche, il y une chose que l’on possédait déjà et qui n’est pas négligeable si vous n’en avez pas : le van. Mais cela reste une escapade nature accessible à tous et au plus près de la nature. Le meilleur remède en terme de ressourcement !

 

Si vous voulez revoir ma petite escapade avec plus de photos et vidéos, rendez-vous dans mes story à la une sur Instagram ! Et si vous avez des questions, des remarques, ou que cet article vous a simplement bien servit, n’hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir ! 🙂

Puis si vous voulez en savoir plus sur la Suisse ou mes autres escapades en Europe,  il suffit de cliquer sur les mots soulignés 🙂

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Daniel octobre 7, 2022 at 10:24

    Bonjour Léa,

    Je te remercie pour ton article intéressant. Je ne connais pas du tout la Suisse mais ça a l’air magnifique d’après tes photos, ça donne très envie d’y aller.

    A bientôt.

  • Leave a Reply