Louer un scooter à Bali

 

Louer un scooter à l’étranger nécessite quelques documents ainsi que certaines précautions. Mais c’est très facile à régler, et cela ne prend en général qu’une trentaine de minutes. Voilà ce que vous devez savoir avant votre départ..

 

1. Ne pas oublier son permis international et son passeport.

Il est nécessaire de présenter son permis national, voir même international pour louer un scooter en Indonésie. Pour vous procurer un permis international, il faut se rendre à votre préfecture, qui vous indiquera tous les papiers à ramener pour créée ce papier. Pour ma part, nous avons appris sur place qu’il est préférable d’avoir ce permis international.. Or, nous n’avions que notre permis français. Mais heureusement, nous n’avons eu aucun soucis pour louer un scooter, ou que ce soit à Bali. Donc si vous pouvez, prenez tout de même le temps de faire ce permis international, ce sera une bonne chose de faite ! Il vous faudra également apporté votre passeport, pour pouvoir louer un deux roues.

 

2. Trouver une agence de location ou un loueur.

C’est très facile de trouver des loueurs de scooter à Bali, il en existe énormément ! Vous pouvez essayer de les trouver par vous même en vous promenant dans les rues, ou bien en demandant à l’accueil de votre hôtel. Les réceptionnistes ont l’habitude, et connaissent plusieurs loueurs. De plus, ils pourront se déplacer eux-même jusqu’à votre hôtel pour vous apporter un de leur deux roues. Rien de plus pratique et de plus efficace !

 

3. Déterminer la durée de location et négocier le prix.

Une fois face au loueur, il va falloir déterminer le nombre de jours que vous voulez le louer. Si vous dépasser les trois jours, vous allez pouvoir demander au loueur des tarifs régressifs. Partez sur un prix d’environ de 3€ par jour, puis 2€ si vous continuez la location plus de trois jours.

 

4. Vérifier l’état du scooter.

Il arrive parfois que certains loueurs essaient d’arnaquer les touristes. En effet, lorsque les clients rapportent leur scooter à la fin de leur location, un employé vient vérifier la que le scooter n’ai pas été endommagé. Si ils voient des égratignures ou un quelque chose qui ne marche pas, ils vont peut être essayer de vous faire porter le chapeau pour que vous leur donniez quelques euros supplémentaires.. Alors la meilleure chose à faire avant de partir à l’aventure sur votre nouveau bolide, c’est de regarder l’état du scooter avec le loueur. Vérifier que les phares et le klaxon et les freins marchent correctement, ainsi que l’état de la peinture. Ne surtout pas hésiter à prendre des photos du scooter sous plusieurs angles avant votre départ.

 

5. Remplir un contrat avec le loueur.

Une fois que vous avez montré vos papiers, et vérifier l’état du scooter, le loueur va vous montrer un contrat qu’il faudra signer. Sur ce papier sera inscrit le modèle du scooter, votre nom et le numéro de votre passeport, la durée de la location et le prix que vous avez négocié avec le loueur. Parfois on vous en donnera un double, parfois pas.

 

6. Payer le prix de la location.

Une fois toutes ces « étapes » remplies, il est temps de payer le prix convenu. Si jamais vous voulez prolonger votre location, il suffit simplement de repasser voir votre loueur ou d’en informer la réception de votre hôtel qui trouvera une solution.

 

 

img_3707

 

 

La conduite balinaise

Il n’existe pas vraiment de code de la route à Bali, mais il y a quelques petites choses à savoir avant d’enfourcher son bolide.. Pour commencer, on roule à gauche ici. C’est un peu déstabilisant au début, mais on s’y fait très vite ! Que ce soit pour prendre des ronds points ou des carrefours, ça va vous paraître compliqué, mais la circulation est très fluide, et tout s’enchaîne très bien. Ne vous étonnez pas d’entendre klaxonner à longueur de journée, c’est tout à fait normal. Les balinais utilise leur klaxonne pour signaler leur présence, surtout pendant un dépassement. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour vous vous reprocher quelque chose ou vous avertir d’une anomalie dans votre conduite.. Donc si une voiture ou un autre scooter vous double, vous entendrez klaxonner sur le côté. Et étonnement, cela à un côté très pratique et sécuritaire je trouve ! Certains vous diront que la conduite est très dangereuse en Indonésie, et bien je ne trouve pas. Si vous faites un minimum attention à ce qui vous entoure, il n’y aura aucun problème. Je n’ai d’ailleurs jamais vu un accident.

Pour quelques informations supplémentaires, le port du casque est obligatoire. Bien qu’une partie des balinais de le porte pas, la police peut vous sanctionner si elle vous voit sans. La plupart des parkings sont payants, un homme viendra vous voir pour vous demander une petite somme à régler en échange d’un petit ticket. En général, les routes de Bali sont en bon état, faîtes attention néanmoins dans les petites routes de campagnes, de nombreux nids de poule sont présents.

 

 

La police balinaise

La police balinaise est très présente sur les routes de Bali, et vous pouvez vous faire arrêter à tout moment pour un petit contrôle. Les agents sont friands des touristes, et vont chercher la moindre fraude. Certains vous déconseilles de vous positionner en  première ligne aux feux rouges, et de faire tête basse. Certains parlent également de corruption, et de devoir donner un petit billet si vous vous faites arrêtes..

Durant nos trois semaines à Bali, nous nous sommes faits arrêtes seulement une fois sur le bord de la route. Nous avons montré notre passeport, notre permis français et les papiers du véhicules. Le policier à prit le temps de vérifier tous les papiers avant de nous les rendre et de nous souhaiter une bonne route. Comme quoi il ne faut pas écouter tous les mauvais avis !

 

 

L’essence

Le plein d’un scooter est rapidement utilisé, mais l’essence se trouve facilement à Bali. Il existe plusieurs stations essences officielles dans les grandes villes. Vous avez seulement à faire la queue le siège relevé, et à préparer votre argent. Les pompistes se chargent du reste, et c’est à eux que vous réglerez directement la somme que vous devez.

Pour le reste du pays, de nombreuses échoppes ou petits stands vendent des bouteilles de vodka remplit d’essence au bord de la route. Les prix sont très accessibles, vous ferez le plein pour moins de 5€.

 

 

Si il y a un problème ?

Il n’est pas rare de crevé un pneu.. Mais de nombreux garages sont implantés le long des routes, et pour 3€/4€, ils vous aideront à changer la roue en seulement quelques minutes ! Si jamais vous avez besoin d’un conseil, d’un direction ou même besoin d’aide, n’hésitez pas à demander au locaux, ils seront ravis de vous aider ! N’oubliez pas de leur dire bonjour et merci, j’ai vu beaucoup d’australiens leur sauter dessus sans dire bonjour, et repartir sans leur dire merci ensuite !

 

A présent vous avez toutes les clés en poche pour louer un scooter en Indonésie !

2 Replies to “Louer un scooter à Bali”

  1. Bonjour,
    Très sympa ton petit article sur le scooter, c’est le moyen que nous envisageons mon mari et moi pour notre road trip à Bali.
    Malheureusement nous n’avons toujours pas reçu le permis international et je panique un peu quand au fait de pouvoir louer un scooter…
    Ton article m’a un peu rassurée mais pourrais-tu me transmettre le nom de ton loueur de scooter s’il te plait ?

    Merci beaucoup !

    1. Bonjour Audrey !
      Tant mieux si mon article à pu t’aider. Lorsque nous avons débarqué à Bali avec mon copain, nous n’avions pas le permis international. Et même pire, on avait oublié notre permis français en France.. Mais grâce à des proches, nous avons pu récupéré une photo resto/verso de ce dernier sur notre smartphone et nous n’avons pas eu de problème, même avec la police qui nous avait contrôlé une fois ! Malheureusement, le voyage était il y a 4 ans et je ne me souviens plus du tout du nom.. Mais n’hésites pas à demander à l’accueil de ton hôtel d’appeler une compagnie de scooter, ils savent avec qui travailler normalement ! 🙂 J’espère que ton voyage se déroulera sans problème 🙂

Laisser un commentaire