Préparer son road-trip en Islande

Pour commencer, l’Islande est une île située dans l’océan Atlantique Nord, plus précisément entre le Groenland et la Norvège. Cette terre fait partie des pays les plus jeunes au monde : elle est âgée de « seulement » 20 millions d’années, contre a 4,5 milliards d’années  pour la Terre. En effet, il s’agit de volcans sortis de l’océan, qui, d’éruption en éruption, ont fini par façonner cette île hors du commun.

De plus, l’Islande a cette particularité d’être à cheval sur deux plaques tectoniques ; la plaque Américaine et la plaque Eurasienne. Il est d’ailleurs possible de placer un pied sur chacune et donc de se retrouver  sur deux continents en même temps. Incroyable n’est-ce pas? Mais celles-ci s’écartent de 2 a 3 centimètres par an il faudra donc se dépêcher de planifier votre aventure si vous voulez faire cette petite acrobatie.

L’Islande a été découverte par des moines irlandais, puis colonisée par les vikings au IX siècle. Aujourd’hui la langue nationale est l’islandais bien que la majorité des 334 532 habitants recensés en 2016 parlent Anglais. La capitale est Reykjavik (les j se prononce i ici donc Reykiavik) et se situe à environ 45 minutes de route de l’aéroport international Keflavik, au Sud Ouest de l’île. L’unité monétaire est la couronne islandaise, abrégée, ISK. A savoir qu’en 2017 120 ISK = 1.00€. Il existe un bureau de change à l’aéroport, mais vous pouvez payer directement par carte bancaire dans tout le pays, ce qui facilite la vie. A voir avec votre banque si vos frais ne sont pas trop élevés à l’étranger.

 

 

LES FORMALITÉS POUR ALLER EN ISLANDE 

Bien que l’Islande ne fasse pas partie de l’Union Européenne, elle est membre de l’espace Schengen ce qui signifie que tous les citoyens de l’union européenne et des autres pays de Schengen sont autorisés a entrer en Islande en possession d’une simple carte d’identité. En résumé :

  • Pour les membres de l’Union Européenne votre simple carte d’identité suffira a vous faire entrer sur le territoire pour une durée inférieur à 3 mois, à condition que celle-ci soit encore valable 3 mois après la fin de votre séjour.
  • Pour les pays hors Union Européenne, il vous faudra obligatoirement un passeport valable 3 mois après la fin de votre séjour.

A savoir que si votre voyage en Islande excède 90 jours, vous devez demander un visa auprès des autorités islandaises. Aucune vaccination n’est exigée. Petit conseil pour les têtes en l’air, pensez à prendre vos papiers d’identités et permis de conduire en photo sur votre portable en cas de perte, histoire qu’il vous reste une preuve de votre identité.

 

 

QUAND PARTIR EN ISLANDE ? 

Il est possible d’explorer l’Islande toute l’année, ça dépend de ce que vous recherchez à faire et ce que vous voulez voir. Deux grosses saison se distinguent malgré tout, l’été et l’hiver. Je vous parlerais également de l’automne, car c’est durant cette période que nous sommes parti.

 

HIVER

Avantages Inconvénients

– Il est facile de voir des aurores boréales.

– Vous découvrirez le pays avec ses paysages enneigés et ses cascades gelées.

– Les billets d’avion seront moins chers que pendant la haute saison.

– Les logements seront également moins chers, mais attention, certains ferment pour l’hiver.

– Il y aura beaucoup moins de voyageurs en même temps que vous sur les sites.

– Les journées sont plus courtes (seulement deux ou trois heures d’ensoleillement en janvier, puis sept heures en février).

– Le prix des activités d’hiver sont plus chers (ex : motoneige).

– La conduite peut se révéler plus compliqué pour ceux qui n’ont jamais conduit sur la neige, et il est impossible de se rendre dans les Hautes Terres pendant cette période et découvrir l’intérieur de l’île.

 

ÉTÉ

Avantages Inconvénients

– Il fait relativement bon, attention tout de même au vent qui souffle beaucoup en Islande.

– Les journées sont longues, voir très longues, au moins de juin, le soleil se lève à 3 heures du matin et se couche aux environs de 23 heures. Il y a même le soleil de minuit, vous ne verrez même pas le soleil se coucher deux jours de suite ! Incroyable, non?

– Il est possible d’accéder aux Hautes Terres de mai à octobre.

– Vous pouvez observer les macareux (espèce d’oiseau marin) jusqu’à fin juillet.

– Beaucoup d’excursions en bateau pour voir les baleines sont mises en place.

– Il fait assez bon pour camper et économiser sur son budget logement.

– Vous ne pourrez malheureusement pas voir d’aurores boréales pendant cette saison.

– Le prix des billets d’avion sera plus cher que le reste de l’année

– Le prix des logements et des locations de voitures sera également plus cher que le reste de l’année, et il faudra obligatoirement réserver à l’avance sous peine de ne plus avoir de disponibilité en temps voulu.

– Il y aura beaucoup de voyageurs en même temps que vous sur les sites, sauf si vous y aller tôt le matin.

 

AUTOMNE

Avantages Inconvénients

– L’été est terminé, mais il y a encore de très belles journées de soleil.

– Les hôtels sont moins chers et moins

fréquentés, il n’y a donc pas besoin de réserver trop à l’avance.

– Les billets d’avion sont autour de 200-250€.

– Le prix de location de voiture est moins cher également

– L’accès aux Hautes Terres peut encore être ouvert si vous partez en septembre.

– Il est possible de voir des aurores boréales le soir (de septembre à avril)

– Il y a beaucoup moins de monde qu’en haute saison sur les sites

– Les journées ne sont ni trop courtes ni trop longues (le soleil se lève à 8 heures et se couche à 18 heures).

– Octobre est le moins le plus pluvieux de l’année en Islande, et il y avait beaucoup de vent, au point de ne plus pouvoir mettre un pied devant l’autre (mais vous verrez, c’est drôle).

– La conduite peut être un peu difficile avec les routes mouillés, et le vent qui déporte la voiture.

– L’accès aux Hautes Terres risque d’être fermé pour l’hiver.

– Il n’y a pas énormément de soleil, mais les paysages de l’Islande sont tellement beaux, même sous un ciel un peu gris.

 

IMG_5840.jpg

 

COMMENT ALLER EN ISLANDE ?

Le meilleur moyen de se rendre en Islande depuis Paris est l’avion. Il n’existe qu’un seul aéroport international sur l’île, et il se trouve a Keflavik au Sud Ouest de celle-ci. De nombreuses compagnies desservent cet aéroport, mais nous avons choisi la plus low-cost, qui s’appelle WOW Air, et qui effectue toute l’année et plusieurs fois par jours des vols entre Paris et Reykjavik.

Avec cette compagnie, vous ne trouverez donc ni écran pour regarder des films, ni repas servit à bord, ni couverture, et devrez compter environ 40€  aller-retour pour un bagage en soute ne dépassant pas les 20kg. Sachez néanmoins qu’il est possible d’acheter des encas et boissons à bord. Pour notre voyage au mois d’octobre, nous avons déboursé 230€ chacun pour notre billet d’avion aller-retour, comprenant notre bagage en soute et un bagage cabine, ce qui nous semblait un prix plutôt attractif. Si vous désirez découvrir l’Islande en été (haute saison), le prix des billets peut atteindre jusqu’à 400€ l’aller-retour pour un voyageur. En revanche, si vous voulez partir en hiver (basse saison), les prix varient entre 200€ et 250€ seulement, donc quasiment divisé par deux.

Pour rechercher un vol, je vous recommande d’utiliser un comparateur de prix comme Skyscanner qui, d’après moi, est le meilleur site pour trouver des billets moins cher, surtout si vos dates ne sont pas fixes, car les prix varient énormément d’un jour à l’autre, et vous pouvez voir le prix des billets sur un mois entier sur ce comparateur, ce qui est très intéressant.

Il faudra compter environ 3h30 de vol depuis Paris pour atteindre l’aéroport international Islandais, ce qui est relativement court, pour trouver une diversité de décors surprenante  (glaciers, volcans, plages de sable noir, icebergs..)

 

 

COMMENT SE DÉPLACER EN ISLANDE ?

Pour un premier voyage sur cette île volcanique, vous allez sûrement vous contenter des incontournables de l’Islande, qui sont déjà nombreux. Et quelle chance, la route 1, aussi appelée route circulaire, à été mise en place de telle sorte, qu’elle passe à seulement quelques mètres de chacun de ces sites, et fait le tour de l’île par ses 1339 kilomètres.

Vous disposez de plusieurs moyens pour vous déplacer en Islande. Une fois encore, cela va dépendre de ce que vous attendez de ce voyage, de ce que vous voulez voir, de la saison, de votre budget, et du nombre que vous aller être à faire ce voyage

La marche : Si vous avez une âme d’aventurier, que vous voulez vous sentir au plus proche de la nature, sachez que certains ont déjà expérimenté la découverte de l’Islande seulement accompagné d’une bonne paire de chaussures et d’un gros sac à dos. Vous amortirez votre budget en ne payant aucun moyen de transport (hormis l’avion pour atterrir sur l’île), mais vous perdrez malheureusement beaucoup de temps pour découvrir l’île. Il faudra alors vous focaliser sur une seule zone à découvrir, par exemple le Sud de l’île où se trouvent des paysages très variés comme de nombreuses cascades, toutes plus impressionnantes les une que les autres, des geysers, des plages de sable noir, des sources chaudes, des glaciers.. Ou alors compter sur les automobilistes pour vous prendre en stop de temps en temps et ainsi avancer plus vite, voir faire le tour de l’île si vous avez plusieurs semaines devant vous.

Le vélo : Durant notre voyage en octobre, nous avons croisé quelques sportifs à vélo, pédalant du Nord vers le Sud, accompagnés d’un énorme sac à dos. Les routes sont longues et parfois raides, sans parler du mauvais temps et des tempêtes qui peuvent se déclencher en seulement quelques minutes en Islande. Certains disent qu’il est même possible d’avoir les quatre saisons de l’année en une seule journée. Un proverbe islandais dit d’ailleurs « Si tu n’aimes pas le temps qu’il fait, attends cinq minutes ! » Malgré tout, pour ceux que cela intéresse, les compagnies de bus islandaises acceptent de charger votre vélo à bord, si vous achetez un ticket, évidemment. Cela vous permettra de vous reposer le temps de quelques kilomètres et d’avancer un peu plus vite, surtout si la météo est mauvaise.

Le bus : L’Islande possède un réseau important de bus qui dessert toutes les régions, mêmes les Hautes Terres durant la haute saison grâce à des bus tout terrain. En revanche, il est impossible d’en profiter toute l’année car ils sont mis en place du mois de mai à mi-octobre seulement. Si vous voyagez seul et avec un petit budget, cela peut être une bonne solution. Cela sera nettement moins cher qu’une location de voiture, de plus vous aurez l’occasion de faire la rencontre d’autres voyageurs si c’est ce que vous recherchez. Il est possible d’acheter vos voyages en bus à l’unité, en montant et payant directement dans le bus, ou  d’acheter un forfait « passeport » qui est plus avantageux au niveau du prix, qui vous permettra de faire tout le tour de l’île à la vitesse que vous voulez, mais ne pouvant malheureusement pas vous permettre de revenir sur vos pas.

L’avion : Prendre l’avion est un moyen de transport très utilisé par les islandais. En effet, il existe une centaine d’aérodromes sur toute l’île, et quelques aéroports nationaux. Hormis si vous devez vous rendre à un endroit spécifique de l’Islande, cette solution ne me paraît pas vraiment idéale. Vous allez rater tellement de paysages peu commun. De plus, il vous faut un budget conséquent pour vous permettre de prendre l’avion plusieurs fois au sein d’une même île.

La voiture : D’après moi, la voiture est le meilleur moyen de transport pour l’Islande, donc celui que j’ai choisi. Surtout si vous voyagez à plusieurs, la location de celle-ci revient à un budget très correct. Pour le reste, vous n’aurez que des avantages ; partir à l’heure que vous voulez, passer par les routes que vous souhaitez,  vous arrêter où vous le désirez (et croyez-moi, vous allez vouloir vous arrêter très souvent pour immortaliser ces paysages en photos, aussi nombreux soient-ils). Vous l’avez compris, choisir la voiture pour son voyage en Islande,c’est la liberté et l’autonomie.

 

IMG_5841

 

LOUER UNE VOITURE EN ISLANDE

Si vous avez choisi de circuler sur l’île en voiture, il vous reste à choisir le type de véhicule, et la compagnie de location. Pour ma part, j’ai longuement hésité entre la citadine, et le 4×4. Pour tout vous dire, je voulais vraiment un 4×4. Avant mon départ je m’étais un peu renseigné, et beaucoup me disaient qu’il en fallait un, pour accéder à tous ce que je voulais sur l’île, et qu’il y avait parfois besoin de surmonter des gués (cours d’eau). Je m’étais donc mis cette idée en tête pour n’avoir aucun problème. Puis finalement, après avoir bien regardé les lieux où je voulais accéder, je me suis rendue compte que je n’en avais absolument pas besoin. C’était dépenser de l’argent pour rien, car oui, un 4×4 coûte bien plus cher qu’une citadine.

Donc, afin d’éviter la même bêtise que moi, regardez bien où se situent les sites que vous voulez découvrir sur l’île, la plupart se trouvent le long de la route 1 et sans le moindre gué ou route en mauvais état. Pour un premier voyage, vous en aurez déjà bien assez à voir, je vous le garantis.

Une fois votre choix de véhicule fait, il vous reste à choisir la compagnie de location. Vous pouvez vous adresser à de grandes compagnies internationales, mais les les agences locales proposent des tarifs plus attractifs (exemple : Blue Car Rentals, Sad Cars, Fair Car..). Pour notre part, on est passé par MyCar, ce qui nous est revenu à environ 380€ les huit jours, assurance graviers comprise (que je vous recommande de prendre).

 

 

SE LOGER EN ISLANDE

Une fois encore, plusieurs choix s’offrent à vous, selon votre budget et votre mode de vie.

Le camping : de nombreux campings ouvrent leur porte généralement du 1er Juin au 31 août, mais certains commencent à vous accueillir dès le mois de mai, et jusqu’à septembre. C’est un moyen d’amortir son budget, puisqu’une nuit en camping ne vous coûtera qu’une dizaine d’euros par personne, pour planter votre tente ainsi que l’accès aux sanitaires. Sachez également que le camping sauvage est autorisé en Islande, à condition que ce ne soit pas dans les parcs nationaux, ni dans les terres cultivées. Minimisez un maximum votre impact sur la nature en ne laissant rien sur place, qui n’était pas déjà là avant votre arrivée. Il s’agit d’une pratique courante en Islande, et vous n’avez rien à craindre.

Dormir dans sa voiture : si je n’avais pas programmé mon voyage à la mi-octobre, j’aurais sûrement choisi cette solution là. C’est trouver le milieu entre le côté économique et le côté pratique. De plus en plus de compagnies islandaises propose ces services ; louer une voiture ou petite camionnette, aménagée de façon d’un matelas confortable, voir même d’une cuisinière. De quoi économiser sur les repas au restaurant, et les hôtels hors de prix. Le seul petit bémol étant la douche, il est possible, en demandant aux campings, de négocier une douche contre quelques euros seulement. Vous l’aurez donc compris, ces véhicules multifonctions sont une très bonnes alternative pour les budget un peu serrés. Et il existe même des 4×4 amménagés, pour ceux qui souhaitent se déplacer jusqu’aux Hautes Terres, et autres lieux un peu plus difficile d’accès. Ces compagnies proposent même de vous louer duvets, oreillers, tables, chaises, skateboard, ou encore grill pour faire de bonnes grillades vous-même ! Je vous laisse le lien d’un site qui m’a beaucoup plu, et qui a énormément d’avis positifs ; Kuku Campers.

Les Guest houses : Le luxe d’une chambre privée, la cuisine et la salle de bain à partager. C’est encore un moyen d’économiser quelques euros pour se loger. Hormis pour prendre une douche où pour vous faire à manger, vous ne serez pas déranger. Et pour ceux qui aiment faire des rencontres, c’est un bon moyen. N’oubliez pas de réserver votre nuit dans un établissement à l’avance, surtout si vous voyagez pendant la haute saison, je ne le répéterais jamais assez. De plus, en fonction de la saison à laquelle vous partez, il se peut que vous vous retrouviez quasiment seuls dans ces grandes maisons, comme cela nous ai arrivé. Ce moyen de logement n’a donc rien  envier aux hôtels, car vous pourrez vous cuisiner de bons petits plats vous-même, à moindre coûts.

Les hôtels : Il s’agit du moyen de logement le plus cher en Islande. Vous trouverez rarement des chambres à moins de 100€ la nuit en dehors de la capitale. Et pour ce prix, ne vous attendez pas à trouver télévision, lit bien bordés, et petits produits de toilettes. Il s’agit généralement d’hôtels équivalents à des deux étoiles en France. Vous risquez de trouver le prix aussi cher que je l’ai moi-même trouvé, mais il s’agit de l’Islande, et la plupart des choses sont plus chères que chez nous, c’est comme ça. Sachez néanmoins que tous ceux dans lesquels j’ai séjourné, j’y ai très bien dormi, et leurs petits-déjeuners salés-sucrés sont très complets.

 

IMG_5842.jpg

 

Voilà pour ce tout premier article sur l’Islande. J’espère qu’il vous a plu, et qu’il a répondu à beaucoup de questions que vous vous posiez sur cette destination. D’autres articles sont à venir sur l’Islande comme les sites à visiter, le budget, les bons plans et conseils, ainsi que le lien vers les logements ou j’ai séjourné.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Islande, voici les autres articles en ligne qui peuvent vous aider :

4 Replies to “Préparer son road-trip en Islande”

  1. Pour les gesthouses tu conseilles un site en particulier ? Comment s’y prendre pour les réserver ?
    Ton article est top, hâte de voir la suite ! Je parts début mars 🙂

    1. Hello Lisa ! Quand j’ai séjourné dans des guesthouses, j’ai réservé sur booking. com, malheureusement je ne connais pas de site spécifique !
      merci beaucoup, tu vas adorer ! Tu pourras encore vois des aurores boréales en plus 😉

  2. Avec tous ces renseignements, tu me donnes envie d’y aller, surtout qu’il ne reste plus qu’à suivre tes conseils.
    Avant je pense que je ferai les Îles Lofoten, il y a longtemps que j’en parle.
    Bisous à tous les deux

    1. Ca à l’ai top aussi ces petites îles ! 🙂

Laisser un commentaire