Préparer son voyage en Égypte – Sécurité et organisation

novembre 22, 2022

 

Comme vous le savez, j’ai énormément de choses à vous dire en ce qui concerne mon voyage en Égypte en octobre 2022. Et j’ai reçu tellement de questions sur instagram pendant et après mon voyage en ce qui concerne le pays en lui-même et sa sécurité, qu’il a fallut que je sépare mon itinéraire de mon organisation en deux articles distincts pour ne pas faire un roman à rallonge et que ce soit plus clair pour vous. En tout cas, j’ai pu remarquer que vous étiez vraiment très nombreux à rêver également de l’Egypte et à projeter un voyage la bas. Clairement, ce qui vous retient en majorité jusque là et c’était aussi un peu mon cas : la sécurité. Un pays qui a un peu mauvaise réputation depuis les derniers attentats envers les touristes, que ce soit en visant un avion à Sharm El Sheikh en 2015, un bus au Caire en 2019, ou directement des personnes aux pyramides de Gizeh en 2017. Je vous l’accorde, ça peut faire peur. Mais on a eu la même chose en France, et ce n’est pas pour cela que le tourisme s’est arrêté. Ça l’a ralentit comme ça l’a ralentit en Égypte, mais le pays est conscient que leur tourisme est impacté, c’est pour cela qu’ils ont déployé des militaires pour escorter, encadrer et surveiller les touristes pendant de longs mois, qui se sont transformés en années. Il ne faut pas voir ça d’un mauvais œil, au contraire ils voulaient montrer aux étrangers qu’ils seraient en sécurité avec ces forces déployées. Mais au final, ça a plutôt eu tendance à nous faire peur d’imaginer un pays de cette façon, nous qui aimons tellement notre liberté !

Enfin bref, je vous reparlerais de la sécurité et de mon ressenti un peu plus bas, tout ça pour vous dire que j’ai sélectionné les questions qui revenaient le plus dans ma boite à question sur ce voyage sur instagram, les plus importantes et les plus pertinentes pour vous répondre avec mon ressenti.

 

 

QUAND ALLER EN EGYPTE ?

L’Égypte est un pays chaud qui peut se visiter quasiment toute l’année, seulement les mois de juillet et d’août sont à éviter. Pendant cette période, le thermomètre peut sans problème dépasser les 40 degrés, rendant le séjour moins agréable que prévu. La saison idéale pour y aller est l’hiver, pour profiter des températures plus douces, sans qu’il ne fasse froid pour autant. D’après les égyptiens que l’on a rencontré sur place, les deux meilleurs mois pour venir seraient octobre et mars, pour des températures idéales et éviter la grosse saison touristique qui s’étend principalement sur le mois de décembre avec les fêtes de Noel, du nouvel an et de février. Mais dans tous les cas, sachez qu’il ne pleut que 3 fois par an en moyenne en Egypte, la plupart des locaux ne se rappellent même pas la dernière fois qu’ils ont vu une goutte de pluie ! Pour ma part je suis partie début octobre, et je vous confirme que les températures étaient parfaites !

 

 

LES FORMALITÉS D’ENTRÉE EN ÉGYPTE

Pas besoin de vaccin spécial pour rejoindre l’Égypte. Ni d’acheter un Visa en avance sur internet car se sont souvent des arnaques et ils sont vendus plus chers pour absolument aucune raison. Il suffit de les acheter directement en arrivant à destination, dans un kiosque que vous ne pourrez pas rater, avant de passer la sécurité pour récupérer vos bagages. Le Visa coûte 25$, à payer en dollars que vous pouvez retirer sur place grâce aux distributeurs. Il suffit ensuite de coller la jolie vignette dans votre passeport, et vous voilà en toute légalité dans le pays pour une durée maximale de 30 jours. N’oubliez pas également de vérifier la validité de votre passeport, qui doit être encore valable de minimum 6 mois à votre retour de voyage.

 

 

COMMENT ALLER EN ÉGYPTE ?

Question à laquelle j’ai l’habitude de répondre dans tous mes articles car je fais beaucoup d’escapade en Europe, ici la réponse me paraît évidente : en avion. A moins qu’un ferry existe et vous permette de rejoindre le pays africain en 7 jours de navigation, la solution la plus simple et rapide est bien sur par les airs. En fonction de vos attentes du pays et des activités que vous voulez faire, à vous de choisir votre aéroport d’arrivée : le Caire pour commencer par les pyramides et le désert, Hurghada pour la station balnéaire et l’ambiance très européenne sur place. Vous pouvez aussi très bien arriver à l’un des deux et repartir par l’autre. C’est ce qu’on aurait dû faire, mais avec une organisation de dernière minute et aucun programme ou itinéraire défini (vous commencez à me connaître) à moins de deux jours du départ, on s’est rajouté des transport inutiles en prenant un bus de 7 heures de Hurghada au Caire pour prendre notre avion retour.

Vous pouvez trouver des vols direct depuis la France au départ de Lyon ou de Paris, ou de Genève pour la Suisse. A savoir que les prix varient toute l’année en fonction de la haute et basse saison, et du fait que vous aurez une escale ou non. En partant juste avant la haute-saison et avec une escale à Djeddah en Arabie Saoudite plutôt qu’un direct (oui, c’est frustrant de survoler le Caire pour aller faire une escale de 3 heures, 2 heures de vol plus loin), on a trouvé un prix plus qu’attractif à seulement deux semaines de notre départ. A vous de voir les horaires qui vous conviennent le mieux, si vous optez pour un vol direct un peu plus cher, ou un vol avec escale moins coûteux mais plus long de 5 heures.. Dans tous les cas et comme d’habitude, je vous conseille de vous rendre sur le site Skyscanner pour pouvoir comparer tous les vols proposés et choisir celui qui vous convient le plus. A l’aller comme au retour, on a voyagé avec la compagnie Air Saudia qui est vraiment top. Les hôtesses étaient toutes adorables, des films en anglais et français sont disponibles à bord, et des couvertures et coussins sont distribués pour les trajets. La nourriture n’est ni bonne ni mauvais, des menus classiques d’avion, et Une prière rapide en arabe est récitée sur les écrans avant chaque vol.

 

 

 

LE DÉCALAGE HORAIRE

Lorsqu’on est à l’heure d’été en France, il n’y a aucun décalage horaire avec l’Egypte. Si il est midi ici, il sera également midi au Caire ! Si vous partez à l’heure d’hiver en France, entre novembre et mars, il y aura en revanche une petite heure de décalage entre les deux destinations. Mais quasiment rien, pas la peine de redouter un éventuel jet-lag, simplement la fatigue du voyage !

 

 

COMBIEN DE TEMPS PARTIR EN ÉGYPTE ?

Il y a 1001 choses à voir et à faire en Egypte. Les temples, les pyramides, le désert, le Nil, la mer Rouge.. Pour avoir un bon aperçu du pays, je vous conseille d’y consacrer au moins une dizaine de jours, idéalement deux semaines. En étant partie 12 jours, il m’aurait fallut 3-4 jours supplémentaires sur place pour voir tout ce que je voulais voir, j’ai donc dû faire des choix. C’était soit le Black & White désert.. Soit Siwa, le célèbre petit oasis à 12 heures de bus du Caire. Et comme il y a déjà énormément de distance entre les points « classiques » à voir en Egypte, on a préféré faire 10 heures de taxi aller-retour pour le désert, plutôt que 24 heures pour les petites piscines salées de Siwa. Aucune déception, si c’était à refaire je ferais la même chose pour le côté authentique, la déconnexion totale et les paysages incroyables et lunaires que l’on a eu l’occasion de voir. Cette nuit en plein cœur du désert fait partie des plus belles de ma vie et je m’en souviendrais longtemps ! Mais comme je vous le disais plus haut, si j’avais disposé de 3-4 jours supplémentaire, c’est quelque chose que j’aurais intégré à mon planning ! A vous d’organiser votre road-trip en fonction de vos préférences si comme moi vous n’avez pas une durée sur place illimitée.

 

 

ORGANISER SON VOYAGE EN SOLO OU VIA UNE AGENCE ?

Cette question fait partie du top 3 des questions que vous m’avez le plus posé. La plupart d’entre vous ne pensaient même pas que c’était possible de visiter le pays sans tour organisé, et d’autres pensaient même que le pays était « fermé » aux touristes. Pour ma part, le voyage a été organisé entièrement par mes soins et sur place, car vous l’aurez compris, on n’est pas partis très organisés à cause de nos emplois du temps chargés de cet automne. On savait malgré tout les gros points que l’on voulait visiter (le Caire, Louxor, Assouan, Hurghada..), sans avoir réservé d’excursion, ni d’hôtel au préalable. On avisait principalement la veille pour le lendemain, et ça nous allait très bien comme ça ! Vous voyez donc à quel point c’est facile d’organiser son voyage en Égypte, ou en tout cas pas plus difficile que dans un autre pays ! D’après-moi, les agences vont clairement se faire une fortune sur votre dos si vous décidez de passer par l’une d’elles. C’est une destination qui attire beaucoup les français, mais qui leur fait aussi très peur. Moi-même je n’étais pas des plus rassurées au départ, en ayant entendu que les cars de touristes étaient escortés par des militaires jusqu’aux lieux touristiques, et qu’il ne fallait surtout pas s’éloigner de la route principale, que c’était dangereux. Mais il n’en ai rien de tout ça. Et les agences profitent de cette appréhension des touristes étrangers pour faire grimper leur prix et proposer toujours plus de voyages organisés.

Après, je sais aussi que c’est le type de voyage que certains ont l’habitude de faire peu importe les pays, pour un problème d’organisation. Je comprends le confort que cela peut être de n’avoir qu’à payer une grosse somme au départ, et de se laisser plus que guider de spots en spots et d’hôtels en hôtels en suivant un simple planning. Mais ce n’est clairement pas l’idée que j’ai des voyages pour ma part, j’aime l’immersion avec la population, faire des rencontres inattendues, pouvoir changer mon planning si besoin, et négocier les taxis comme les locaux. C’est des souvenirs qui resteront autant gravés dans ma mémoires que la visites des pyramides ou des temples d’après-moi ! Et c’est surtout comme cela que les anecdotes se font et que le voyage devient plus marquant ou non. Mais je le répète, je peux comprendre ce type de voyage et je respecte ce choix, qui se révèle parfois plus simple si l’on est en famille ou autre !

 

 

COMMENT SE DÉPLACER EN ÉGYPTE ?

Si j’ai une chose à vous dire à propos des déplacements en Égypte, c’est qu’il faut aimer les transports. Les points les plus intéressants à visiter et découvrir se trouvent loin les uns des autres. Très loin les uns des autres. Ce sont des distances que l’on n’imagine pas forcément avant de se pencher sur l’organisation de son voyage, et qui m’a moi-même un peu surprise au départ. Il faut compter environ 10 heures de route entre le Caire et Louxor, 4 heures de route entre Louxor et Assouan, 3 heures de route entre Assaouan et Abu Simbel, 4 heures de route entre Louxor et Hurghada.. Ça fait un paquet de kilomètres de réalisés à la fin du voyage ! Et pour être honnête avec vous, je crois qu’on a utilisé tous les types de transports possibles : le taxi, le bus, le train, l’avion.. La seule chose que l’on a pas faite c’est de louer une voiture. J’ai longuement hésité car j’ai l’habitude de choisir ce mode de transport quand je voyage, pour être plus libre de mes mouvements et de mon temps ! Mais comme le conseillaient la plupart des blogs que j’allais voir, 90% utilisaient les transports en commun et disaient que c’était le meilleur choix à faire. Apparemment il n’existerait pas de code de la route en Egypte, c’est pourquoi vous verrez probablement des routes avec 9 lignes de voitures, qui slaloment entre elles et se double à droite et à gauche. Rajouté à ça des scooters, calèches et piétons, et vous pouvez imaginer la vie quotidienne des égyptiens ! En plus de ça l’essence coûte 4 fois moins cher qu’en France ce qui fait que les taxis ne coûtent rien, tout comme le bus ou le train. Pour savoir pour quel moyen de transport opter, tout dépend du lieu et de la distance à parcourir :

 

  • Uber : un des meilleurs conseils que je peux vous donner si vous allez en Égypte, c’est de télécharger l’application Uber. C’est la même application qu’en France, ça marche exactement comme en France, mais ce sont des prix égyptiens. Les vrais prix égyptiens, pas ceux qui vous donnent leur tarif en vous sautant dessus à l’aéroport et que vous pouvez trouver aux abords des sites touristiques. Petit exemple entre le prix qu’on a payé le trajet entre l’aéroport et notre hôtel en taxi puis en Uber : 400LE (20€) contre 110LE (5€). C’est quand même un quart de la somme, alors qu’on les avais négocié pourtant les 400LE ! L’application Uber est disponible dans seulement deux villes égyptiennes : le Caire et Hurghada. Les autres agglomérations sont trop petites pour permettre à l’application de s’y installer.

 

  • Le taxi : La deuxième option pour Louxor ou Assouan par exemple, c’est de se référer à la bonne vieille technique du taxi dans la rue. Et comme je vous le disais un peu plus haut, le pays ressemble beaucoup au Maroc ou à la Turquie : il faut négocier et ne jamais accepter le premier tarif proposé. Vous pourrez quasiment à chaque fois le diviser pas deux ! Mais vous vous ferez vite à cette petite habitude, qui devient vite un jeu de « suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis » entre les taxis-men et vous ! Mais si vous êtes sûr du tarif que vous annoncez, il ne faut pas hésiter à être ferme et à imposer ce que vous serez prêt à payer pour la course c’est à prendre ou à laisser. Et vous verrez très vite que les taxis finiront par accepter après vous avoir fait croire que ce n’était pas assez ! Au début les prix peuvent vous paraître dérisoires, mais ce sont les bons prix pratiqué au pays. Pour vous donner une idée des tarifs à donner pour le temps de trajet, voici ceux que j’ai pratiqué en octobre 2022 : 10/15 minutes de taxi : 30LE (1,50€), 30 minutes de taxi : 50LE (2,50€), 1 heure de taxi : 120LE (6€). Et si vous décidez de garder le même taxi la demi-journée ou la journée entière (chose qui vous sera souvent proposé par les taxis-man) voici  le prix que l’on a payé pour notre chauffeur à Louxor pour qu’il nous emmène et nous attende sur chaque site que l’on visite de la journée pendant 5 heures : 300LE (15€) pour deux pour nous emmener à la vallée des Rois, la vallée des Reines et le temple d’Hatchepsout qui se trouvent à l’opposé de notre hôtel Hilton, à 45 minutes de route l’aller.

Et n’oubliez pas de toujours négocier le prix de la course avant de monter dans le véhicule pour éviter tout malentendu à la fin ! Je vous conseille de vous déplacer en Uber ou en taxi dans les villes, mais pas entre deux grandes villes car les trajets sont longs.

 

  • l’avion : pour les plus grandes distances il est possible d’opter pour l’avion, qui réduit considérablement la durée des déplacements car il y a plusieurs vols nationaux par jour entre les villes du Caire, de Louxor, Assouan, Hurghada.. Les prix sont forcément si élevés que ça, c’est environ 40€/60€ par personne entre ces destinations. Mais c’est quand même 3-4 fois plus cher que le bus ou le train qui ne durent pas énormément plus longtemps si on compte les temps de check-in, boarding, et récupération des bagages. Comme pour les vols internationaux, vous pouvez comparer tous les vols d’une journée et leurs prix directement sur Skyscanner. C’est une option qu’on a testé entre le Caire et Assouan, car on venait de faire plus de 10 heures de voiture en deux jours, on voulait faire au plus vite pour ce trajet.
  • le train : le transport que l’on a prit cette fois-ci entre Assouan et Luxor. Vous pouvez prendre vos billets sur internet ou faire comme nous en les achetant sur place, au guichet. Je vous recommande de prendre la première classe pour une peu plus de confort, les billets sont à peine plus chers que les simples. L’horaire que nous voulions n’était malheureusement plus disponible en première classe, mais comme le prochain train pour Louxor était 3 heures plus tard avec cette petite exigence, on a accepté quand même pour la seconde. C’est au moment de monter dans le train qu’un  homme qui travaille sur place nous demande de quel pays nous venons, avant de nous demander de le suivre pour nous installer en première classe. On vient d’être surclassé ! Et après être passée devant les wagons de secondes classes, je vous conseille vraiment de réserver la première car ils sont remplis et bien moins spacieux que ceux de la première classe. Le train est parti à l’heure à Assouan, mais est arrivé 30 minutes plus tard à Louxor. Ça reste correct ! Et pour ce trajet de 3 heures, on a payé 70LE (3,50€) par personne. Vous pouvez prendre le train entre le Caire et Assouan, et vous arrêter sur les petites gares entre, notamment Louxor.
  • le bus :  la dernière option va pour le bus. Sur le site Gobus, vous pourrez savoir toutes les destinations que dessert la compagnie à travers l’Égypte. Il faut réserver vos billets directement en ligne, et montrer le mail de confirmation avec vos sièges attitrés en arrivant sur place. Les horaires sont généralement respectés, aucun problème à vous signaler avec nos deux trajets, les bus et sièges sont confortables (choisissez les bus les plus chers sur le site pour plus de confort, exemple : la catégorie Elite Bus). On les a payé nos trajets de Louxor à Hurghada 350LE (15€) par personne pour 5 heures de trajet, et de Hurghada au Caire 250LE (12,50€) par personne pour 6 heures de trajet. C’est le moyen le plus économique pour se déplacer entre les grandes villes, et ça se fait bien !

 

 

 

LA MONNAIE

En Égypte, c’est la livre égyptienne (LE) qui est utilisée comme monnaie dans le pays ! Vous pouvez venir avec du cash en euros ou en dollars à changer directement à l’aéroport, dans les bureaux de change dans les grandes villes ou dans les grands hôtels. Il vous suffit sinon de faire comme nous et de retirer directement des sommes aux distributeurs quand vous en avez besoin, à voir combien votre banque prend de taxes dessus (en général quelques euros). On retirait régulièrement 4000LE (200€) qui nous servait sur plusieurs jours pour payer les taxis, les entrées aux sites et les restaurants, on payait les hôtels et plus gros transports (avion, train, bus) directement par carte en ligne. Vous pouvez aussi avoir des frais soustraient en ligne en fonction de votre banque et votre carte.

Petit tips : pour avoir une idée rapide du prix que l’on vous annonce en Livre Égyptienne (LE), il suffit de supprimer le dernier chiffre du numéro, et de diviser ce chiffre restant par 2. Exemple : 250LE = 25(0) % 2 = 12,50€ ! Ça vous donne une idée grossière du prix sans utiliser de convertisseur.

 

 

LA LANGUE

La quasi-totalité des égyptiens parlent anglais ! Très peu parlent uniquement l’égyptien, ils ont au moins quelques bases et il n’est pas difficile de se faire comprendre. Vous tomberez aussi sur de nombreux égyptiens qui parlent très bien le français sur les sites touristiques, pratique si vous avez besoin d’un guide et que vous ne parlez pas très bien anglais. Il faut parler un minimum anglais pour partir en Egypte hors d’un circuit organisé !

 

 

LA NOURRITURE

Apparemment, vous étiez nombreux à avoir des idées reçues en ce qui concerne la nourriture égyptienne. Et bien moi, en tant que végétarienne, j’ai trouvé ça délicieux ! Les égyptiens cuisinent beaucoup de légumes : salades, moussaka, falafels, purée d’aubergine.. Et pour les non végétarien, l’un des plats les plus réputés à goûter là-bas est le pigeon fourré au riz ! Apparemment c’est délicieux ! Puis dans les villes très touristiques comme Hurghada, ou Sharm El Sheikh vous trouverez de la nourriture européenne, comme des pizzas ou des burgers. Mais je vous conseille 1000 fois de plutôt opter pour la nourriture égyptienne qui est bien meilleure ! Que des choses healthy ! En général on s’en sortait pour 15€ à deux pour les restaurants égyptiens, et 25€ à deux pour les restaurants plus touristiques et et typés « européens ».

 

 

LA SÉCURITÉ, FAUT-IL AVOIR PEUR ?

C’est LA question qui est la plus revenue, qui a submergé ma boite de DM instagram et ma boîte à questions en story : est-ce que ce n’est pas trop dangereux de voyager en Égypte en ce moment ? Ma réponse est non. A aucun moment du voyage je me suis sentie en danger ou dans une situation délicate. Après c’est comme partout et comme en France, mieux vaut éviter certains endroits à certaines heures, notamment la nuit. C’est le cas pour le quartier pauvre de Gizeh où traînent tout au long de la nuit les égyptiens. On dirait qu’il n’y a pas d’heure ici ! C’est ici qu’était situé notre tout premier hôtel, avec la vue incroyable sur les pyramides. On a seulement commandé un Uber pour aller manger dans un restaurant au nouveau Caire à 40 minutes de route, qui nous a aussi ramené. Mais je vous confirme qu’on s’est legèrement demandé où on arrivait le premier jour lors de notre arrivée plus que tardive à cet hôtel à environ 4 heures du matin. On a directement mit les pieds dans le quartier le plus pauvre qu’on verra du séjour. Il faut simplement y être un peu préparé.

Pour le reste du pays, encore énormément de zones rouges sont affichées sur les sites officiels pour les touristes français. Et pourtant ce sont les endroits où je me suis sentie le plus en sécurité de tout le voyage, notamment dans le White Desert. A savoir qu’absolument aucune zone du pays n’est identifiée en tant que « vigilance normale », et que la « vigilance renforcée » longe seulement le Nil du Caire à Abu Simbel et s’étend à l’Est jusqu’à la mer Rouge. Le reste de l’Égypte est considéré comme « déconseillé sauf raison impérative » et « Formellement déconseillé » comme pour la région de Siwa et le Black & White Desert dont je vous parlais. Mais, c’est mon avis et il n’engage que moi », je pense que cette carte devrait être revue à l’heure actuelle, car comme pour moi le désert n’est pas à risque (ce qui ne signifie pas non plus le nombre zéro par précaution mais comme partout), et je pense que c’est pareil pour le célèbre village de Siwa qui a fait sa renommée grâce à ses bassins concentrés en sel qui se trouve près de la frontière Lybienne. C’est un spot qui attire de plus en plus de monde, et où tout le monde en vente ses paysages et la gentillesse des locaux en rentrant. A aucun moment du séjour on ne s’est retrouvés escorté par des camions de militaire non plus, on en a d’ailleurs vus peu, surtout au niveau des pont égyptiens et un barrage lors du trajet entre Assouan et Abu Simbel car le temple se trouve proche du Soudan et des vérifications des coffres sont rapidement contrôlés par les militaires.

 

Voyager entre filles ? Voyager seule en étant une fille ?

Je ne saurais vous répondre précisément pour cette questions. Toutes les personnes avec qui j’ai échangé sur ce sujet n’étaient pas forcément très favorable à un voyage si vous êtes une fille seule. Par contre entre plusieurs filles je ne vois pas de danger à première vue. Vous serez probablement un peu plus regardées par les égyptiens en étant sans garçon, mais je ne pense pas que vous soyez embêtées plus que ça non plus. Les locaux sont profondément gentils et chercheront à vous aider ! Mais c’est vrai qu’en tant que fille seule, j’aurais tendance à stresser plus facilement et me méfier de tout et tout le monde. Mais je ne doute pas que c’est quelque chose qui doit se faire pour celles qui ont l’habitude de voyager seule et qui l’ont déjà fait dans d’autres pays !

 

 

LES ARNAQUES TOURISTIQUES – FAUT-IL TOUJOURS NÉGOCIER ?

Encore une fois, comme je vous l’ai déjà dit deux fois plus haut, le pays ressemble beaucoup au Maroc, ce qui signifie que : tout se négocie. D’une simple course de taxi à une activité touristique, il y a toujours moyen de gagner quelques euros sur le prix de base ! On a beaucoup rigolé avec les égyptiens en leur disant que dans leur pays la négociation était un vrai sport, qu’ils sont vraiment très forts ! En ce qui concerne les autres éventuelles arnaques connues que vous pourrez retrouver en Égypte (je ne sais pas si on peut vraiment appeler ça des arnaques), elles se passent au coeur des temples et sites touristiques. Certains de ces stratagèmes sont maintenant bien rodés. Il y a les locaux qui vont s’approcher de vous et vous donner des petits détails et des petites informations sur les sites, notamment les personnes dessinées sur les peintures ou autres, puis qui vont vous demander un tips à la fin alors que vous ne leur avez rien demandé mais que vous les avez écouté par politesse. Je vous l’ai dit, ils sont très forts ! Et c’est difficile de leur dire non gentiment, sans passer pour des touristes froids et hautains. Le plus simple est d’essayer de croiser leur regard le moins possible, de décliner gentiment leur proposition et de ne pas les suivre quand ils vous le demande pour vous montrer quelque chose. Sur les sites comme la Vallée des Rois ou le temple de Karnak à Louxor, ces mêmes locaux vont vous inciter à passer une barrière ou un passage interdit pour vous faire croire que vous êtes privilégié, et vous demander encore une fois un tips pour le « risque » qu’ils ont prit ou « l’avantage » qu’ils veulent bien vous faire croire. Ça nous ai arrivé à la Vallée des Reines où l’un a essayé de nous faire croire qu’il restait une momie cachée dans une pièce à l’accès soit disant fermé, et à Karnak pour accéder à certains coin du temple qui sont également barrés. Mais comme je m’étais (au moins) renseignée sur ça avant notre départ, on savait qu’il fallait refuser. On a donc eu aucun souci de ce genre ou d’arnaques de ce style sur place. Il faut simplement en être informé en avant !

 

 

 

COMMENT S’HABILLER EN ETANT UNE FEMME EN ÉGYPTE ?

C’est une question que je me posais beaucoup avant mon départ en Égypte. Est-ce que j’ai besoin de couvrir mes épaules partout ? Est-ce que les robes et les jupes sont autorisées  si elles arrivent au niveau des genoux ? Est-ce qu’il faut s’adapter partout ou seulement dans des lieux spécifiques ? Je n’ai pas trouvé de réponse précise et récente avant mon départ, donc dans le doute j’ai rassemblé tous les vêtements « longs et couvrants » que j’avais, en emportant aussi des tops un peu plus décolletés, à bretelles, et des robes un peu plus courtes que j’ai l’habitude de mettre lors de mes autres voyages. J’avais surtout peur de mourir de chaud en étant couverte de la tête au pied dans ce pays, et donc d’avoir une autre alternative avec moi si c’était possible et autorisé. Et à ma grande surprise, c’était clairement loin des idées que j’avais de l’Egypte. C’est un pays très ouvert, qui n’exige pas de tenue particulière sur ces sites comme les Pyramides de Gizeh, Abu Simbel ou le temple de Karnak et Louxor. Je veillais toujours d’avoir avec moi un long pantalon en toile et une chemise légère si jamais quelqu’un venait à me dire quelque chose. Je restais en robe ou short plus pour une question de confort, car il fait très chaud à l’intérieur des monuments et si il était possible d’avoir un peu les bras et les gambettes à l’air libre, je ne voulais pas m’en priver ! Et sur l’ensemble des sites, j’ai pu constater que la quasi totalité des touristes étaient habillés en version « été », avec des robes ou des shorts sans malgré tout porter des tissus trop courts ou provoquants. Et je n’ai jamais vu quelqu’un se faire embêter ou quoi que ce soit, c’est complètement normal ! En revanche, dans les coins un peu moins touristiques comme les centre villes ou alors les musées, je veillais à plus me couvrir, d’avoir au moins un pantalon. Et lors de ce voyage je n’ai jamais subis de regards lourds et insistants. Les égyptiens n’étaient absolument pas choqués ou quoi que ce soit, ça leur était égal. Il y avait bien quelques regards curieux notamment  de jeunes à la gare de Assouan, mais je vous le redis, aucun regard déplacé comme on peut pourtant avoir le droit en France.

Et en ce qui concerne la place de la femme dans la société en général en Égypte, j’ai un peu deux avis. Lors de mon arrivée à l’aéroport du Caire au début du voyage, quelques hommes ne voulaient même pas croiser mon regard. Par exemple quand je tendais mon passeport pour vérification du visa avant de récupérer nos bagages. En plus de ne pas me regarder, il n’a pas voulu toucher ce passeport que je lui tendais et m’a immédiatement signifié de ne pas m’arrêter avec un coup de tête alors qu’il contrôlait ceux de tout le monde un par un. Et ce sont des choses qui sont arrivées à 2-3 moments du voyage, j’avais parfois l’impression d’être un bagage supplémentaire de la personne qui m’accompagnait, que je n’étais pas forcément une personne à part entière ou que je pouvais donner mon avis. En revanche, lors des activités, aux hôtels, taxis ou autres sites touristiques, je comptais presque plus en étant une femme ! Tout dépendait des attentes qu’ils avaient envers moi finalement. Mais je prenait ça a la rigolade, je ne me suis pas du tout sentie rabaissée !

 

 

MES COUPS DE COEUR EN ÉGYPTE

J’ai quasiment tout aimé en Égypte. Que ce soit les histoires grandioses des temples et pyramides, de l’expédition dans le Black & White Desert, de la plongée dans la mer Rouge.. J’ai été fascinée par ce pays, et pas déçue des attentes que j’en avais après en avoir rêvé depuis tant d’années ! L’Égypte est belle et fascinante, remplit d’histoires et de mystères ! Ça fait parti des pays où j’aimerais revenir dans le futur, d’autant qu’il y a plein d’endroits que j’ai encore envie de voir et que j’ai raté faute de temps illimité sur place. A ça j’ajouter la gentillesse des égyptiens, bien que ceux sur les zones touristiques soient un peu lourdeaux. Ils essaient de gagner un maximum de salaire pour leur qualité de vie inférieure à la notre alors est-ce qu’on peut vraiment leur en vouloir ?

 

 

CE QUE J’AI LE MOINS AIMÉ EN ÉGYPTE

J’en parlais juste au dessus en tant que petit point négatif donc je suis bien obligé d’en reparler ici : le racolage permanent sur les sites touristiques. Si ce n’est pas les guides qui vous courent après ou les monteurs de chevaux ou de calèches, ce sont les marchands des boutiques qui n’hésitent pas à vous barrer le chemin pour vous proposer toutes leurs babioles et autres gadgets. Il faut s’y préparer et tracer son chemin en essayant d’avoir le moins de eye-contact possible malheureusement. Je trouve qu’ils gagneraient nettement plus en restant plus discret et à nous laisser visiter leurs étalages tranquillement sans nous sauter dessus.. Mais dès qu’un touriste leur passe sous le nez, ils se sentent obligé de se jeter sur nous avec toutes sortes de propositions pour un même homme : un souvenirs, un taxi, organiser une excursion ou n’importe quoi d’autre, sachez qu’un égyptien est un vrai couteau suisse et voudra vous prouver qu’il peut vous rendre service et gagner quelques euros supplémentaires peut importe la mission demandée !

Le deuxième point que je n’ai pas du tout apprécié concerne les animaux. Ça a commencé dès notre premier jour aux Pyramides de Gizeh, lorsqu’on nous a pas loin d’harceler pour monter sur les dromadaires épuisés ou faire un tour de calèche avec leurs chevaux maltraités. Hormis ces pauvres animaux sous alimentés et fatigués qui passent toutes leurs journées sous le soleil et sans eau à subir les ordres et les coupes de leurs maitres, c’est la bêtises humaine qui m’a achevé. Il ne faut pas avoir BAC+4 pour voir que ces pauvres bêtes sont mal en point, mais ça amuse la moitié des touristes de quand même monter dessus « pour l’expérience » alors que l’animal souffre clairement à se lever son ton poids et se déplacer. Donc s’il vous plait, peu importe le nombre de propositions qu’on peut vous faire à la minute en Egypte, ne faites pas parti de ces personnes cruelles, et refusez les transports animal en ville ou sur les sites touristiques. Il n’y a rien de d’amusant à faire ça, et que ce soit 5€, 2€, 1€ ou gratuit, c’est NON. C’est la seule chose qui puisse un peu faire réagir les égyptiens, car d’après notre chauffeur de Taxi à Louxor, depuis quelques années les chevaux sont mieux nourris et soignés (vous verrez sur place que ce n’est quand même pas ça), car ces dernières années les touristes refusaient de monter sur leur dos ou dans leurs calèches en soulignant que les bêtes étaient trop maigres et malades. On n’est pas impuissants, et à tous on peut faire bouger les choses ! Hormis les dromadaires et les chevaux, ce sont les chiens et les chats qui sont un petit peu les vilains petits canards d’Égypte. Personne ne se préoccupe d’eux, et ils vagabondent seuls dans les rues à la recherche d’un peu d’eau ou de nourriture pour survivre. Et les pauvres sont remplis de puces et d’insectes, même en Indonésie je n’avais pas vu ça ! Donc pareil, si vous avez un petit contenant et une bouteille d’eau pour permettre à ces courageux de trouver un peu d’eau par-ci par-là, n’hésitez pas à le faire..

Le dernier petit point négatif de ce voyage, ou du moins ce que j’ai le moins aimé, c’est notre excursion à Orange Bay à Hurghada. Mais je vous raconte cette journée plus en détails dans mon deuxième article qui raconte notre itinéraire de 10 jours et notre périple. Mais en gros, ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais !

 

 

LE BUDGET

Vous l’aurez compris, la vie n’est pas chère en Égypte. Hormis votre billet d’avion international, ce qui va vous revenir le plus cher, c’est le choix de vos hôtels, de vos déplacement dans le pays entre les grandes villes (si vous choisissez l’avion plutôt que le bus), et les activités. Mais vous avez clairement le moyen de réduire le total que je vous indique juste en dessous en prenant un bus plutôt que l’avion entre le Caire et Assouan, et surtout en prenant des hôtels à des tarifs abordables. On a voulu se faire un peu plaisir aussi pendant ces vacances, et après deux voyages en van dans les Dolomites et en Suisse dans l’été, je voulais un peu de confort dans un joli cadre 4 nuits sur 12. On a donc payé près de 1000€ les 3 nuits aux Hilton Luxor Hilton Louxor(repas inclus) et 460€ notre dernière nuit du voyage au Casa Cook El Gouna, qui sont deux hôtels 5 étoiles. Mais il est facile de trouver des alternatives à ces hôtels, notamment l’hôtel Jolie Ville Spa & Kings Island à Luxor, qui ressemble beaucoup auHilton, mais qui n’aura probablement pas la même qualité de standing. Pour nos 1450€ en 4 nuits, vous pouvez facilement trouver des hôtels qui vous en proposeront moins de 500€, qui seront très bien et qui vous permettront de diviser mon coût d’hôtel par 3. Ce qui reviendrait à un total du séjour pour deux personnes à 3200€ (1600€ par personne), soit 1000€ de moins que ce que l’on a payé.

Avion international : 816€

Avion national le Caire – Assouan : 188€

Visa : 50$

Bus entre les grandes villes : 56€

Uber/Taxi/Taxi boat : 108€

Entrée sur les sites/musées : 180€

Restaurants : 255€

Hôtels : 1900€

Activités/excursions : 800€

TOTAL POUR 2 PERSONNES 4200€(2100€ par personne)

 

 

Clap de fin pour ce petit guide d’organisation qui, j’espère, vous servira à organiser votre propre voyage en Egypte très bientôt et sans agence ! C’est un voyage magnifique et remplit d’histoire, qui restera longtemps gravé dans votre mémoire. On en revient plus riche qu’on ne l’était avant de partir ! N’oubliez pas que mon deuxième article sur l’Égypte est disponible juste ici. Je vous détails notre itinéraire d’une dizaine de jours, partage mes meilleures adresses entre hôtels et restaurants et vous donne les activités à ne surtout pas manquer lors de ce voyage, tout ça illustré de nombreuses photos d’Égypte !

Si vous voulez revoir ma petite escapade avec plus de photos et vidéos, rendez-vous dans mes story à la une sur Instagram ! Et si vous avez des questions, des remarques, ou que cet article vous a simplement bien servit, n’hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir ! 🙂 Puis si vous voulez en savoir plus sur mes autres escapades en Europe ou dans le monde il suffit de cliquer sur les mots soulignés 🙂

 

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Théo Médori novembre 24, 2022 at 4:47

    Hello, merci pour ton guide très détaillé qui nous permettra de préparer notre voyage en janvier !

  • Leave a Reply