Une semaine de road-trip en Corse du sud – Mon guide complet

juillet 26, 2020

 

Hello hello ! Vous l’attendiez avec impatience et aujourd’hui ça y est, vous pouvez retrouver le guide complet et détaillé de mon road-trip en Corse ! Pour ceux qui ne me suivent pas encore sur instagram, sachez que je suis partie sur un coup de tête avec mon chéri, en réservant des billets de ferry pour le lendemain ! L’idée était de faire un road-trip sur le thème vivre d’amour et d’eau fraîche, en dormant dans notre voiture pour une expérience plus authentique. C’est quelque choser que j’ai toujours voulu essayer de faire, et je crois que c’était le bon moment et la région idéale pour ça !

 

Comment aller en Corse ?

  • en avion : avec des aéroports à Figari, Ajaccio, Calvi et Bastia, la Corse se rejoint facilement et rapidement depuis le continent ! Comptez 150€/200€ par personne l’aller-retour depuis Paris.
  • en ferry : si vous en avez la possibilité, je vous conseille de rejoindre l’île de beauté par la mer, et avec votre voiture. Ça vous évitera des dépenses supplémentaires dans la location d’un véhicule sur place, et le prix pour le ferry n’est pas plus excessif que l’avion. Si c’est impossible pour vous, pensez à réserver votre voiture de location bien en avance car les agences se retrouvent vite en rupture de stock quand la haute saison arrive, et nombreuses sont les personnes qui se retrouvent sans rien, ou a devoir payer une somme multipliée par 3 pour obtenir un véhicule.

 

Quand aller en Corse ?

Les meilleurs mois pour découvrir la Corse et éviter au maximum la masse de touristes tout en profitant des bonnes températures, sont mai, juin, septembre et octobre. Évitez les deux mois d’été où l’île est bondée de touristes et de vacanciers, et l’hiver car il y fait très froid !

 

Où Dormir ?

D’après moi, le meilleur moyen de découvrir et d’explorer l’île de beauté et de le faire en road-trip, et de dormir en van, voiture ou en camping pour plus d’authenticité. C’est quelque chose qui se fait beaucoup en Corse, car les hôtels sont peu nombreux et chers. Mais si néanmoins vous recherchez de jolis hôtels, j’avais mis ces 3 ma liste avant de partir au cas où on aurait voulu se faire plaisir une nuit :

  • Résidence les Oliviers ; de jolies chambres et villas avec piscines privées et bâtisses en pierres dans les terres, au dessus de la plage de Palombaggia – Porto-Vecchio.
  • Cocoon Village ; pour les amoureux de la nature, c’est le logement qu’il vous faut ! Des bulles suspendues dans la forêt de l’Ospédale, avec une vue panoramique sur le golfe de Porto-Vecchio – Porto-Vecchio.
  • U Capu Biancu : un hôtel à la déco sublime dans un cadre exceptionnel avec vue sur la mer et payottes sur la plage – Bonifacio.

 

Comme je vous le disais plus haut, on a décidé de vivre d’amour et d’eau fraîche durant ce road-trip, en dormant dans notre voiture et en économisant ainsi le budget logement. Rien de plus simple, on a acheté un matelas gonflable deux places qu’on a installé dans le coffre sur les sièges arrières baissés, puis ajouté deux oreillers et une couette. Un vrai lit roulant ! C’est une solution qui ne peut pas convenir à tous car ici on était parti avec le Nissan Qashqai de mon chéri, jamais cette installation n’aurait pu marcher dans ma petite clio haha. Vous pouvez retrouver les vidéos de la voiture dans ma story à la une instagram nommée « Corsica » si vous voulez voir l’organisation que ça donnait !

Pour ceux qui souhaiteraient faire pareil, sachez que le camping sauvage est strictement interdit en Corse. Et dormir n’importe où dans sa voiture c’est du camping sauvage. La police corse ne rigole pas avec ça, et l’amende qui vous attend si vous vous faites attraper est de 400€. Pour pouvoir dormir dans sa voiture en toute légalité et sécurité, il faut réserver une petite place de camping pour la nuit (qui n’excède généralement pas les 20€). En plus vous aurez les douches et sanitaires à votre disposition ! Pour ceux qui ont une plus petite voiture où il est impossible de faire rentrer un matelas pour y dormir, prenez simplement une tente que vous installerez sur votre emplacement pour la nuit ! 

 

 

JOUR 1 – Les cascades de Purcaraccia

J’ai voulu commencer ce road-trip par le spot que je voulais le plus découvrir sur l’île de beauté et qui me fait de l’œil depuis plusieurs années : les piscines naturelles de Purcaraccia ! De vrais bassins d’eau pure nichés au cœur des montagnes, entre les montagnes de Zonza et les aiguilles de Bavella ! D’ailleurs si vous êtes de passage dans le coin je vous conseille de vous arrêter au sommet du col de Bavella, la vue est sublime !

Pour rejoindre cet endroit merveilleux, il faut marcher une petite heure le long d’un sentier, qui devient un peu raide sur la fin ! Mais le panorama dont on profite pendant la randonnée puis à l’arrivée vaut largement ces derniers efforts, on est récompensé comme il se doit ! Je suis immédiatement tombée sous le charme de cet endroit, qui était encore plus beau que l’idée que je m’en étais faite.  Les piscines sont nombreuses, et on peut faire du toboggan en se laissant glisser sur les rochers grâce à une couche de mousse qui se forme sous les filets d’eau.. Si l’on me demandait à quoi ressemble le paradis, je citerai les cascades de Purcaraccia sans hésiter ! J’y ai passé une journée entière, et pourtant je n’ai pas cesser de répéter toutes les 5 minutes que je trouvais cet endroit incroyable. Une vraie merveille de la nature où je compte bien retourner un jour !

Si vous voulez plus d’infos pour accéder à ces cascades, j’ai écrit un artcile détaillé qui explique comment s’y rendre et quel sentier emprunter juste ici : Trouver les piscines naturelles de Purcaraccia.

 

 

 

 

JOUR 2 – Les plages de Palombaggia & Santa Giulia

Palombaggia

Pour notre deuxième journée de road-trip c’est un programme beaucoup plus tranquille qui nous attend, puisqu’il n’y a que de la plage au programme ! On commence par la célèbre Palombaggia en début de matinée, déjà magnifique et encore vide de ses touristes. Un kilomètre et demi de sable blanc, d’arbres pins et d’eau turquoise. J’ai envie d’y être transportée rien qu’en écrivant ces derniers mot. Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de choisir les extrémités de la plage pour étendre votre serviette, car d’après-moi c’est ici que c’est le plus beau ! A gauche de la baie se trouve de magnifiques roches calcaires rouges, et à droite les fameux rochers polis et le gros pin que l’on voit sur toutes les brochures de Palombaggia.

 

 

 

Santa Giulia

Aaaah la belle Santa Giulia ! Cette eau claire et tous ces gros rochers.. C’est un peu les Seychelles à la française ! La plage et le cadre sont magnifiques, il n’y a rien à dire. On a l’impression d’être au bout du monde.. Alors qu’on s’est seulement garé 20 mètres plus loin. Une petite déception, car ça enlève un peu de charme à l’idée que je m’étais faite de l’endroit que je pensais un peu plus à l’écart que ça de la vie humaine.. J’ai prit goût au spots qui se méritent un minimum, et pour le coup ce n’est vraiment pas le cas ! Ça a au moins le mérite de permettre au moins aux personnes moins en forme de pouvoir y accéder et en profiter sans problème ! Mais avec la beauté de cette plage et son accessibilité plus que simplifiée, qu’on soit en hors saison ou en plein mois de juillet, elle reste bondée et victime de son succès ! Petit conseil si vous arrivez tôt sur place, éloignez-vous de la plage principale en empruntant un petit sentier qui part sur sur la gauche derrière les gros rochers qui rappellent les Seychelles, il y a quelques minuscules criques à prendre d’assaut sous les arbres pour passer la journée plus au calme !

 

 

 

 

JOUR 3 – Découverte de Bonifacio à pieds et en bateau

La vielle ville et la citadelle de Bonifacio

Arrivés la veille à Bonifacio (30 minutes de route depuis Porto-Vecchio), on part découvrir les petites ruelles de la ville, encore vides au petit matin. Impossible de résister à ses tours et hautes maisonnettes colorées construites sur les falaises. Tout le monde vous le dira et je vous le confirme, Bonifacio a un charme fou ! Moi qui ne suis pas très ville, j’ai adoré celle-là.

Mes bonnes adresses à Bonifacio :

  • Mama Gina ; un petit italien situé sur le port qui m’avait beaucoup été recommandé et que je valide sans hésitation ! Leurs pâtes et pizzas sont faites maison, un délice ! Si j’avais pu y manger tous les jours, je l’aurais fait.. Mais pensez à réserver à l’avance si vous le pouvez, car le restaurant n’est pas très grand et de plus en plus prisé, ce serait dommage de rater cette adresse si vous êtes de passage !
  • A Bitiga : absolument à tester pour faire un apéro, cette épicerie fine propose différentes planches apéro de charcuterie et/ou fromage réalisées avec des produits locaux ! Le vin y est aussi excellent ! L’épicerie est située juste à côté du restaurant de Mama Gina près du port.
  • Faby Noel Boulangerie : le meilleur petit-déjeuner du séjour ! Formule à 9,50€ pour un pain au chocolat + un croissant +des tartines + un jus d’orange pressé ! La petite terrasse est située sur le port, avec vue sur les bateaux.

 

 

 

Les escaliers du Roy Aragon

La chose à faire quand vous venez à Bonifacio, c’est découvrir les célèbres escaliers composés de 187 (hautes) marches taillées à même les falaises ! Selon la légende, le Roy Aragon tout droit venu de Sardaigne, aurait ordonné a son armée dans une dernière tentative d’invasion de Bonifacio, de construire un escalier directement dans la roches des falaises en moins d’une nuit pour ne pas se faire repérer ! Malheureusement, lors de notre visite fin juin 2020 l’accès y était interdit pour cause de rénovation et sécurisation des lieux, mais j’aurais adoré descendre ces escaliers jusqu’à la mer (et je comptais aussi sur ça pour m’aider à éliminer les bonnes pizzas de la veille chez Mama Gina). La remontée est apparemment très sportive, mais la vue qui vous attend en bas imprenable ! A vous de voir si vous avez la motivation ! L’entrée est à 3,50€ pour les adultes, et 1,50€ pour les enfants. En tout cas, pas besoin de descendre les escaliers pour en prendre les yeux, la vue depuis le sommet des falaises est également à couper le souffle ! J’ai eu du mal à détacher mon regard de la mer tellement les couleurs étaient belles !

 

 

 

Le sentier de Pertusatu 

Autre incontournable si vous êtes de passage à Bonifacio, arpenter le chemin de Pertusatu. C’est un petit sentier en terre sans difficultés particulières, qui longe les falaises à l’extérieur de Bonifacio ! De ce fait, on peut admirer un tout autre panorama de la ville et vraiment se rendre compte à quel point les petite maisons sont construites tout au bord des falaises.. Il ne faut pas avoir le vertige pour y habiter, mais la vue depuis la cuisine doit être sympa à admirer tous les jours ! C’est un spot aussi très réputé à l’heure du coucher de soleil, où l’on peut admirer le ciel prendre de belles couleurs orangées et voir le soleil se coucher derrière la ville..

 

 

 

Bonifacio par la mer

A défaut d’avoir pu descendre les escaliers du Roy d’Aragon par les terres, on s’est dit qu’on allait les admirer par la mer ! Des balades en mer sont proposées directement au petit port de Bonifacio, avec des départs toutes les demies heures assurés par la compagnie SPMB. Au programme, découverte des grottes, lagons et falaises par la mer, avec quelques informations et anecdotes sur Bonifacio partagées avec humour par le capitaine ! J’ai trouvé la balade très agréable, ni trop courte ni trop longue, avec toujours quelque chose à observer ou admirer ! Nous avons choisit le « Circuit 1 – Grottes, Falaises et Calanques », pour 1h15 de balade au prix de 18,50€ par personne.

 

 

 

 

JOUR 4 – Plages du Petit et Grand Sperone

Le lagon Piantarella et la Plage du petit Sperone

Nouvelle journée spéciale plage en ce 4ème jour de road-trip, avec la découverte des Plages du Petit et du Grand Sperone, en passant par le lagon de Piantarella ! Ces deux criques sont accessibles uniquement à pieds, via un sentier qui longe la mer. Le départ se trouve au niveau de la base Piantarella Nautic, à une quinzaine de minutes en voiture de Bonifacio. Il faudra garer votre véhicule le long de la route ou au parking gratuit prévu à cet effet qui se trouve sur la gauche avant d’arriver au bout de la route. Une fois à la plage, il faut partir sur la droite et longer la mer et le sublime lagon de Piantarella aux 50 nuances de bleu ! Il m’a d’ailleurs fait pensé au lagon de Bacalar au Mexique, les mêmes couleurs et la même beauté de paysages ! Puis après une petite demie heure de marche, le sentier débouche sur la première crique du Petit Sperone, où une première baignade dans l’eau claire ne se refuse pas pour se rafraîchir !

 

 

 

Plage du Grand Sperone

Pour trouver la plage du Grand Sperone, il faut pousser la balade un peu plus loin, et traverser cette du Petit Sperone. Un escaliers en pierres grimpe au bout de la plage, puis le sentier redevient facile et à l’ombre des arbres. Seulement 15 minutes de marche supplémentaires suffisent à atteindre notre but.. Et quelle merveille ! Les avis divergent beaucoup, certains préfèrent la plage du Petit Sperone, d’autres celle du Grand.. Pour moi c’est sans hésitation le Grand Sperone qui l’emporte ! J’ai eu un gros coup de cœur en la voyant ! Une blanc de sable fin et blanc, une eau si claire qu’on dirait une piscine à ciel ouvert, et beaucoup moins de monde qu’au Petit Sperone car moins de personnes poussent la balade jusqu’ici alors qu’il ne suffit pourtant que de quelques minutes.. Pour moi, j’y ai clairement vu des similitudes avec les plages que j’avais découvert en Sardaigne l’année dernière, et plus précisément avec Calà Goloritzé ! Ma plage favorite sur la côte ouest de l’île italienne. D’ailleurs, on est si proche de la Sardaigne, qu’en plus de l’apercevoir au loin, on capte aussi le réseau italien ici ! La marche est très facile pour y accéder, avec un terrain toujours à plat (hormis les quelques marches d’escaliers), n’oubliez pas marques et tubas si vous avez, il y a du monde à observer par ici !

 

 

 

 

JOUR 5 – Les îles Lavezzi

Aujourd’hui on prend le large avec la même compagnie de bateau SPMB qui nous avait faite découvrir les calanques et falaises de Bonifacio. Direction la réserve naturelle des îles Lavezzi avec le premier départ à 9h30 de Bonifacio avec un billet à 37€ par personne (tarif que je trouve très cher pour une navette aller-retour). Le bateau nous débarque 30 minutes plus tard sur les îles, avec un retour possible toutes les heures pour rentrer.  Pour être franche avec vous, j’ai été déçue de ces îles qui sont un peu surcotées d’après moi.. Dès qu’on parle de la Corse, on nous parle des îles Lavezzi à faire absolument ! Et bien même si elles sont certes très sauvages et inhabitées, j’ai largement préféré les plages du Petit et Grand Sperone faites la veille. Alors oui, c’est vrai, les îles sont vraiment jolies, même magnifiques ! Mais si vous n’avez que quelques jours devant vous et que vous devez absolument sélectionner des endroits à voir mais pas d’autres, je vous conseille de retirer ces petites îles sauvages de votre programme..

Mais si vous décidez de les visiter je vous conseille de marcher jusqu’à la plage d’Achiarina, qui est d’après moi la plus jolie plage ! Elle se trouve de l’autre côté de l’île, ce qui fait d’elle la plus éloignée et la moins fréquentée, car il faut marcher une quinzaine de minutes avant de la trouver. N’oubliez pas d’emportez de quoi grignoter et de l’eau pour votre journée car vous ne trouverez rien sur place. N’oubliez pas aussi de ramener tous ces déchets avec vous au moment du retour..

 

 

 

 

JOUR 6 – La plage de Rocapina

En remontant par la côte ouest de la Corse, on s’arrête passer une journée à la plage de Rocapina. Mon deuxième plus gros coup de cœur de ce road-trip après les cascades de Purcaraccia. L’accès à la plage est autorisée à partir de 7 heures le matin, et se fait par une route en terre cabossée pas en très bon état, mais accessible pour tous les véhicules ! J’y ai vu descendre d’énormes 4×4 comme de petites clio, tout ce qu’il faut c’est adapter son allure pour ne pas abîmer le véhicule.. Mais ça passe ! Il n’y a aucune contre-indication et je n’ai vu personne en situation de détresse. Deux parkings vous attendent à l’arrivée, un à chaque extrémités de la plage.

Immédiatement, le coup de cœur est là. Cette plage à ce petit quelque chose en plus, un côté sauvage auquel on ne résiste pas ! Sans parler une fois encore de la couleur incroyable de l’eau, si claire qu’on voit le bout de nos orteils sans même avoir pieds ! Il paraît que cette crique est très fréquentée durant l’été.. Pourtant on a pu en profiter en très petit comité au moins de juin ! Un vrai bonheur ! Mais on n’était qu’au début des belles surprises, car le clou du spectacle se trouve au sommet de la tour génoise qu’on aperçoit au loin sur les photos.

 

 

On remet un t-shirt un des baskets, puis direction la tour génoise qui surplombe la plage et qui est accessible en seulement 20-30 minutes de marche. Le sentier qu’il faut emprunter commence au bout de la plage, à droite de la cabane en bois abandonnée. Entre le soleil qui tape et le sentier qui grimpe par endroit, l’effort se fait ressentir vers la fin, mais quand on sait ce qui nous attend au sommet, impossible de se démotiver ! Puis à l’arrivée, le spectacle est grandiose.. Je n’ai pas d’autres mots ! De la tour génoise, on profite d’une vue imprenable sur la baie de Rocapina, mais aussi sur celle de Erbaju situé juste derrière la colline ! C’est à ce moment précis que je suis tombée pour de bon sous le charme de Rocapina. Un vrai pa-ra-dis ! Vous comprenez maintenant pourquoi je classe ce spot à la deuxième place de mes plus gros coups de cœur du road-trip ?

 

 

 

 

JOUR 7 – Calanques de Piana, Réserve de Scandola et village de Girolata

Dernier jour en Corse, notre ferry nous attend ce soir à Ajaccio. On est arrivés hier soir près du sublime village de Piana, niché dans les montagne, que j’ai trouvé vraiment trop mignon ! Les calanques de Piana m’ont énormément été recommandées, et on n’a pas résisté à réserver une excursion au petit matin pour découvrir ces sites naturels classés au patrimoine de l’UNESCO. Pour y aller on silionne des routes étroites mais sublimes où on en prend plein les yeux !

J’ai beaucoup hésité à faire les calanques de Piana, la réserve de Scandola ou le village de Girolata.. Et finalement on a fait les 3 en réservant une excursion qui combinait les 3 ! On a fait confiance à la compagnie Alpana, située au cœur du petit port de Porto (port bien trop mignon et aussi charmant que le village de Piana au passage), pour une excursion en petit comité sur un bateau de l’armée. Le nombre de passager est limité à 12, et la sortie dure 3 heures et demi pour environ 60€ par personne. Il faut vous accrocher car ce n’est pas le genre de petit bateau où l’on est assis normalement, mais plutôt avec une position à cheval. Pas de baignade au programme, pour ça il faut prendre les bateaux qui vont moins vite, qui voient moins de choses et qui sont plus touristiques apparemment ! On demande quand même si c’est possible, on ne sait jamais ! Si vous voulez profiter d’une sortie plus calme il faut réserver celle qui part en début de matinée, mais il paraît que les plus belles couleurs s’observent en début d’après-midi ou au coucher du soleil. Comme on n’avait pas le choix avec le départ de notre ferry en début de soirée à Ajaccio, on a choisit celle du matin, c’était mieux que rien ! Mais si c’était à refaire, je choisirais une excursion l’après-midi pour en prendre encore plus plein les yeux !

 

On commence la sortie en découvrant les petites plages, grottes et criques d’eau bleu turquoise des Calanques de Piana, accompagnés de conseils et anecdotes avisés de notre capitaine qui est un vrai personnage ! Il nous montre aussi plusieurs nids de Bablbuzards pêcheurs, avant d’apercevoir deux fois ce fameux volatil. Apparemment on est chanceux, car on ne le voit pas à tous les coups, l’espèce est menacée ! La visite continue du côté de la réserve naturelle de Scandola, où je m’attendais honnêtement à avoir un plus gros coup de cœur que ça ! Mais la forme que prennent certains ne me laisse quand même pas indifférente, on en trouve qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la Corse et à la Sardaigne, c’est assez rigolo à voir !Puis le capitaine nous a fait la surprise de nous mener dans une incroyable crique d’eau turquoise pour nous proposer une baignade (nous avions demandé si c’était possible en début d’excursion). Quel bonheur de profiter d’un endroit pareil sans le moindre bateau à l’horizon !

 

 

La dernière partie de l’excursion consiste à faire un stop à Girolata, un petit village corse accessible uniquement en bateau, ou par un sentier de 7 kilomètres de marche. Il y a encore quelques années, une dizaine de corses y vivaient à l’année, mais maintenant ils se comptent sur les doigts de la main, les autres se sont rapprochés et installés dans des villages plus « récents » avec de l’eau courante. Ce minuscule village a été un énorme coup de cœur quand j’ai vu la particularité qu’il avait ; celle de cohabiter avec des vaches et chèvres en liberté, qui profitent de la plage comme les humains ! Entre ça et la petite paillote à la déco sublime où on a eu le temps de boire un verre, j’ai vraiment adoré cet endroit ! Bourré de charme et naturel, c’est tout ce que j’aime !

 

 

 

Clap de fin sur une semaine parfaite de road-trip en Corse ! On en a prit plein les yeux du début à la fin, et je peux vous confirmer que l’île de beauté porte bien son nom ! J’ai hâte de prévoir une nouvelle escapade là-bas, car c’est certain qu’il y en aura une autre.

J’espère vous avoir aidé au mieux à organiser votre escapade en Corse grâce à cet article et ces photos. Mais en tout cas je suis certaine que vous aimerez cette île encore sauvage autant que moi ! Si vous avez des questions, des remarques, ou que cet articles vous a simplement bien servit, n’hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir ! En attendant de nouveaux articles, on se retrouve sur Instagram ! 🙂

Et si vous voulez en savoir plus sur la Corse et mon expérience, voici les autres articles en ligne qui peuvent vous aider :

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Marie juillet 27, 2020 at 6:46

    Génial, merci beaucoup pour cet article! On part demain matin en Ferry direction Ajaccio, et on a prévu exactement le même tour ! Je me réjouis 😉

    • Reply leadorablee juillet 27, 2020 at 5:46

      Parcours de folie tu verras 🙌🏻😍

  • Reply ebele août 1, 2020 at 8:18

    j’adore ton blog et ton séjour improvisé avait vraiment l’air génial…on part en Corse début septembre pour 12 jours (arrivée Bastia, départ Ajaccio en passant par Bonifaccio) j’espère pouvoir profiter de tes bons conseils. pas trop difficile la route de montagne pour arriver aux piscines de Puracaccia ?

    • Reply leadorablee août 1, 2020 at 9:31

      Merci beaucoup pour les compliments 🙂
      La route n’a rien de compliqué elle est très bien entretenue !

  • Reply POLI août 1, 2020 at 2:22

    Bjr, petite info de la part d une bastiaise,
    À moins de vivre à 1000m. D altitude, voire plus, les hivers corses ne sont absolument pas rigoureux….
    Marie POLI.

  • Leave a Reply