Road-trip en van en Islande : 9 jours à la découverte du sud de l’ile

décembre 3, 2022

 

Je suis trop contente de revenir par ici pour vous parler de ma dernière escapade en Islande, car pour ceux qui ne le savent pas, c’est suite à mon tout premier voyage en Islande en 2017 que je me suis enfin décidée à lancer ce blog. Hormis celui-ci, mes articles sur l’Islande sont les tous premiers articles que j’ai écrit sur cette plateforme et les plus vieux que vous pourrez retrouver si vous remonter le fil de mes voyages. Petite anecdote que j’avais envie de vous dire pour commencer et avant de vous raconter mon deuxième voyage là-bas ! J’aime tellement cette petite île volcanique de l’océan Atlantique Nord que c’était une évidence d’y retourner pour moi. Je suis partie exactement à la même période qu’il y à 5 ans,  à l’automne, mais cette fois-ci j’ai opté pour la vie en van plutôt qu’en hôtel. Donc pour toutes les questions d’organisation auxquelles j’ai maintenant l’habitude de répondre au début de mes articles (avion, vaccin, monnaie, langue..), je ne vais pas me répéter et je vous invite à aller lire cet article. La seule chose dont je vais vous parler un peu plus en détails ici va concerner mon expérience en van.

 

LOUER UN VAN

Pour avoir testé deux formes de transport et d’hébergement avec mes deux escapades en Islande, je ne peux que vous conseiller d’opter pour le van. Cette île est faite pour voyager en van, même si c’est une première pour vous. On a réservé le notre chez Happy Campers, qui est réputé pour son côté friendly et ses nombreux choix de véhicules aménagés. En partant en novembre, je vous avoue que ma seule appréhension à dormir dans un van était la qualité de nos nuits. Difficile d’imaginer ne pas avoir froid à cette période où les températures peuvent tomber à 5 degrés, ressenti -10 avec le vent. On avait même prit nos sacs de couchage « grand froid » avec nous pour mettre toutes les chances de notre côté ! Résultat : on s’est réveillées en sueur au milieu de la première nuit et on a gâché de la place dans nos valises pour rien car les couettes fournies par la compagnie et le chauffage activé sur la moitié du thermostat étaient amplement suffisant pour ne pas suffoquer. Donc même si vous partez en plein hiver, aucun soucis à vous faire en ce qui concerne le chauffage, il est puissant !

Comme le van allait être notre maison, notre cuisine et notre véhicule à la fois et que les journée sont courtes au mois de novembre, on a opté pour la catégorie Happy Auto 3, habituellement fait pour les groupes de 3 à 4 personnes. Mais, comme je vous le disais, on allait passer les deux tiers de la journée à l’intérieur donc on voulait un minimum d’espace et surtout pouvoir tenir debout à l’intérieur pour que ça ne soit pas trop pénible. Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin dans ce modèle (chauffage, wifi, GPS, évier, plaques de cuisson, rangements, couettes, table..), hormis la douche et les toilettes. Pour ça, il faudra compter sur les campings ou les zones sanitaires des sites touristiques ainsi que certaines stations essence. Sachez également que depuis 2015 le marché du van a explosé en Islande et qu’il est désormais interdit de s’installer hors des campings pour passer la nuit (je ne rigolais pas quand je vous disais que c’était la destination idéale voyager en van). Certains abus ont été constaté par les islandais notamment un stationnement en masse et non respectueux de l’environnement, ce qui a incité le gouvernement à mettre en place cette nouvelle loi pour contrôler un peu plus les vanlifers. Avant de vous lâcher en road-trip sur l’île, l’équipe d’Happy Campers vous partagera une carte avec les différents campings, je vous conseille de les comparer grâce aux avis laissés sur Google et de sélectionner celui-ci qui répond le mieux à vos attentes et le mieux noter. Certains possèdent de vraies cuisines et espaces collectifs, pour d’autres il faudra rajouter une somme au prix de stationnement initial pour pouvoir accéder aux douches..)

En ce qui concerne le prix de location, il va bien évidemment dépendre de la saison où vous vous rendez en Islande, de la durée du voyage, et du type de véhicule que vous choisirez. Mais sachez qu’en partant à la même période (à l’automne) les deux fois, le budget « location de van 4 personnes avec cuisine inclue » m’est revenue moins cher que la location d’une voiture citadine + les nuits d’hôtels + les repas au restaurant. Pour 10 jours, on en a eu pour environ 1500€ de location.

 

 

 

JOUR 1 – REYKJAVIK

Arrivées en milieu de matinée à Keflavik, un membre de l’équipe d’Happy Campers vient nous récupérer directement à la sortie de l’aéroport pour nous emmener au camp de base de la Happy Campers family située à 10 minutes en voiture. On revoit ensemble la réservation faite sur internet, le fonctionnement de l’équipement de notre van (qu’on l’on surnommera Maggie tout au long du séjour), et nous voilà lâchées sur les routes islandaises pour 10 jours de road-trip ! Mais le premier stop ne se fait pas trop attendre, car puisque la journée est déjà assez entamée, on décide de commencer ce par quoi j’avais terminé mon road-trip en 2017 : Reykjavik, qui est la capitale de l’Islande. Elle est située à une petite heure de route de l’aéroport, et est réputée pour son « bon vivre » ! Impossible de vous l’expliquer, mais lorsque l’on déambule dans la rue de Laugavegur on s’y sent bien. Cette rue est remplie de magasins de souvenirs, de petits cafés, de street art et de décorations. Sans compter sur son église pour le moins atypique qui trône au bout de l’allée avec ses 75 mètres de haut. Et contrairement à mon premier voyage, cette fois j’ai prit le temps de rentrer dans ce monument. L’espace intérieur est immense, et son orgue absolument magnifique !

Comme je vous le disais, les journées sont courtes au mois de novembre. Le soleil se couche vers 16h30 et c’est maintenant l’heure pour nous d’aller faire notre plein de courses à la chaîne de magasins Bonus, qui est l’équivalent du Lidl en France pour l’alimentaire. Car tout est plus cher en Islande, et si on peut économiser quelques euros par ci par là, c’est toujours ça de gagné ! On a d’ailleurs réussit à glisser quelques sachets de purée, de nouilles et de conserves dans nos valises avant le départ, pour profiter des prix français et amortir le coût du voyage.

 

 

 

JOUR 2 – SELJALANDSFOSS, GLJUFRABUI, ET LA PLAGE DE REYNISFJARA

Cascade de Glufrabui

Premier réveil en Islande et dans notre petite maison roulante : la nuit a été chaude et le dîner d’hier soir super facile à préparer ! Pas besoin de mettre le réveil aux aurores, le jour ne se lève pas avant 9 heures. On suit la route numéro 1, la plus célèbre et celle qui fait le tour de l’île en passant par tous les spots et sites touristiques, jusqu’à la cascade de Glufrabui. Pour l’atteindre, il faut se garer sur le parking de la cascade de Seljalandsfoss et marcher une dizaine de minutes le long d’un sentier. Lors de ma venue 5 ans plus tôt, je ne savais qu’elle existait. Il faut dire qu’elle est plutôt bien cachée ! On arrive devant une petite rivière, qu’il va falloir suivre et remonter pour atteindre la cascade.  Mieux vaut ne pas avoir peur d’avoir les pieds mouillés et avoir une veste étanche si vous voulez atteindre le bas de la chute d’eau ! Car son accès se fait uniquement par là, et il faut jouer de son équilibre en repérant des pierres sur lesquelles marcher pour l’atteindre. Mais en soit il n’y a rien de très compliqué, et le spot vaut le détour ! En revanche, c’est un endroit où il se peut qu’il y aie de la queue en plein été car la localisation de cette cascade n’est plus secrète !

Prix : gratuit.

 

 

 

Cascade de Seljalandsfoss

Après avoir prit une première douche à la cascade de Glufrabui, on revient sur nos pas pour en prendre une deuxième à celle de Seljalandsfoss ! Pour le coup celle-ci je la connais déjà, c’était même ma cascade préférée du sud de l’île ! Elle mesure plus de 60 mètres de haut, et possède la particularité de pouvoir passer derrière la chute d’eau grâce à un sentier plus au moins entretenu. Il y a plusieurs jolis points de vue à observer, mais ne comptez pas repartir sec de cet endroit ! Comptez une heure sur place le temps de profiter des deux cascades.

Prix : gratuit. Seulement le parking est payant à régler directement à l’horodateur.

 

 

 

Plage de Reynisfjara

On continue notre itinéraire du jour jusqu’à la sublime plage de Reynisfjara. Mais en à peine une heure de route, le temps a bien changé ; il pleut des cordes et le vent s’est levé. Les rafales sont tellement puissantes qu’elles secouent le van entier et toutes les voitures présentes sur le parking. Si il y a bien une chose qui ne m’avait pas manqué en Islande, c’est le vent. Il faut le voir pour le croire, et il est présent la quasi totalité du temps ! On décide de cuisiner des pâtes sur le parking en espérant que ça se calme et de pouvoir profiter d’une éclaircie pour aller admirer la plage de sable noir. Et on a bien fait d’attendre, puisqu’à peine une heure plus tard, on aperçoit le soleil ! Le vent est toujours présent, mais ça reste moins pénible qu’avec la pluie. Je découvre donc pour la deuxième fois cette incroyable plage de sable noir, et son sublime mur de colonnes de basalte. Un de mes plus gros coup de coeur de l’île ! Et les jours où il n’y a pas trop de vent, vous pouvez contourner ce mur et découvrir une immense grotte faite elle aussi aussi de basalte (roche volcanique). Ne tentez pas d’y aller si les vagues sont grosses et qu’elles viennent jusqu’à ce fameux mur, car cette plage possède également la triste réputation d’être meurtrière lorsque les gens s’approchent trop près de l’eau.. D’un moment à un autre, sans explication, une vague peut tripler de volumes et se casser sur vous sans que vous ayez eu le temps de la voir venir !

Prix : gratuit.

 

 

 

JOUR 3 – ROUTE VERS L’OUEST

C’est un réveil sous la pluie aujourd’hui, même plus que ça puisqu’il tombe des cordes qui résonnent sur la carrosserie de notre Maggie. Et vu la météo annoncée, ce n’est pas prêt de se calmer. Du moins pas de la journée. Alors au lieu de perdre bêtement un jour à rester coincées dans le van, on décide d’en profiter pour faire de la route et rejoindre notre point le plus loin du road-trip qui se trouve à l’autre bout de l’île, à l’est, près du village d’Egilsstadir. Donc au lieu de faire le trajet retour d’une traite après avoir vu tous nos spots préférés de la côte sud, on fait l’inverse en espérant ne pas avoir un temps pire que celui-là au retour. Mais ça me paraît quand même difficile ! Forcément, on passe entre la lagune glaciaire de Jokulsarlon et la plage de Diamond Beach, puis par la plus belle route d’Islande d’après moi : celle qui se trouve après le tunnel près de Stokksnes. Peu de personnes vont jusque là et pourtant rien que la route aérienne vaut le détour pour admirer les falaises ! On profite donc un peu de cette journée maussade malgré tout, et on à le bonheur d’être absolument seules sur ces routes et c’est un réel sentiment de liberté ! On ne voit presque pas les 5 heures de trajet passer !

 

 

JOUR 4 – CANYON DE STUDLAGIL, VOK BATHS

Canyon de Studlagil

Une nouvelle journée plus clémente au niveau de la météo s’offre à nous ce matin, et je vais découvrir deux endroits que je n’ai encore jamais vu en Islande. Il faut environ 1 heure de route pour rejoindre le premier depuis Egilsstadir, sachant que la moitié du trajet se fera sur une route en graviers, voir même sur un chemin de montagne pour la fin. Mais sans avoir de pneus 4×4, est en roulant doucement, on n’a eu aucun problème à atteindre le parking. Il faut juste un peu de patience ! Depuis le parking situé sur la rive gauche de la rivière (il faut prendre la route de gauche une fois arrivé à la ferme, car si vous continuez tout droit vous arriverez à un grand parking de camping depuis lequel vous ne verrez rien et n’aurez aucun accès), il ne nous reste qu’une quarantaine de minutes de marche avant d’atteindre cet endroit féérique, qui a l’air tout droit sorti d’un conte de fée. Si vous êtes à l’aise et que les rochers ne sont pas trop glissants, vous pourrez même descendre jusqu’à l’intérieur du canyon pour admirer ce couloir de colonnes de basalte de plus près, ou alors monter sur l’un des deux cotés pour prendre de la hauteur.

Prix : gratuit.

 

 

Les sources chaudes de Vok Baths

Une heure de route en sens inverse, et nous voilà arrivées au deuxième arrêt de cette journée : les Vok Baths. Ce sont des sources chaudes récentes, et un peu particulières. Elles se trouvent sous le lac, et sont donc puisées en son fond avant d’atterrir directement dans différents bassins flottants qui sont tous à des températures différentes. C’est d’ailleurs le seul établissement qui possède une eau chaude naturelle et potable, d’autant plus qu’elle n’est pas traitée ! L’établissement à ouvert ses portes en 2019, et s’est déjà fait une renommée sur l’île car les sources chaudes sont habituellement plutôt situées à l’ouest de l’île. A l’ouverture sur place, on a pu profité près de 2 heures des lieux quasiment seules, avant qu’un bus de touristes n’arrive. On a eu le temps de tester tous les bassins, et même de faire plusieurs aller-retours entre le lac, qui était à 2°C, et la plateforme chaude à 41°C. C’était vraiment une expérience trop cool, et les Vok Baths sont les seuls à proposer cela ! Si vous cherchez à vous surpasser, c’est ici qu’il faut aller !

Prix : 6000 ISK (40€) pour l’entrée basique, je vous conseille de réserver votre crénau en avance sur internet.

 

 

 

JOUR 5 – PLAGE DE STOKKSNES, JOKULSARLON ET DIAMOND BEACH

La plage de Stokksnes

Si vous cherchez un camping pour stationner une nuit près de la plage de Stokksnes, sachez que vous pouvez dormir directement sur place avec accès à des douches chaudes et des sanitaires. C’est comme cela qu’on est arrivé dans le coin la veille, après avoir reprit la route après les sources chaudes. J’ai faillit découvrir cette célèbre plage il y a 5 ans, mais en voyant que l’accès était payant, on avait fait demi tour. Car c’est le seul endroit d’Islande où il faut payer pour y accéder. Mais cette fois-ci, je voulais vraiment la découvrir bien qu’elle se trouve toujours sur un terrain privé. On paie donc l’entrée au petit café viking, avant de se lancer sur la ligne droite qui mène jusqu’à la plage. On fait un premier stop au niveau du village viking, qui je dois l’avouer, est plutôt sympa à découvrir ! Ça prend une trentaine de minutes, mais le lieu est bien fait et entretenu. Le prochain arrêt se trouve 500 mètres plus loin et on perd nos mots avant même de couper le contact du van. WOW. L’image de carte postale qui se trouve devant moi est absolument incroyable. J’ai presque envie de me pincer pour voir si je suis bien réveillée ! On part chacune de notre côté sans se dire un mot, et en serpentant entre les petites dunes de sable. Absolument chaque centimètre carré de cette plage est sublime. Et si vous avez de la chance, vous pourrez même observer des phoques ! Ce qui n’était pas notre cas ce jour là, mais on était déjà assez chanceuses d’être sur cette plage. Avant de découvrir cet endroit, c’était la célèbre Diamond Beach qui trônait à la première place de mon classement des plus belles plages d’Islande. Mais je peux vous dire que Stokksnes l’a détrôné (presque) haut la main !

Prix : 900 ISK (6€) par personne pour l’accès à la plage et à l’ancien village de viking.

 

 

 

La lagune glaciaire de Jokulsarlon

On ne pensait pas passer autant de temps sur la plage de Stokksnes, ce qui fait qu’on arrive à la lagune glaciaire de Jokulsarlon quand la lumière du jour commence à tomber après une heure de route. Mais ça ne rend en aucun cas le lieu moins majestueux ! C’est un site qui m’avait frappé lord de ma première venue, et j’ai ressenti exactement la même chose en y revenant une deuxième fois. Les photos ne rendent pas justice à l’immensité du lieu, car les icebergs que vous voyez flotter dans la lagune peuvent mesurer jusqu’à 20 mètres de haut ! Le glacier que l’on aperçoit derrière est le glacier de Vatnajokull, qui est le plus grand d’Europe. Et ces icebergs viennent à se détacher de ce dernier avec les chaleurs, l’eau de la lagune, ou simplement les mouvements du glacier. Car si vous ne le saviez pas, un glacier est vivant, il bouge, grandit et se casse au quotidien. Et une fois détachés, ces énormes morceaux de glaces vont se laisser flotter et dériver plusieurs semaines, voir plusieurs mois dans la lagune glaciaire avant d’être aspiré par l’océan et de finir façonnés par les vagues sur la plage de sable noir de Diamond Beach. C’est un in-con-tour-nable si vous venez en Islande. L’un des sites les plus impressionnants que j’ai pu voir dans ma vie, à tel point qu’on se tait pour admirer le silence sur place. En plus, il n’est pas rare d’observer des phoques jouer entre les icebergs, j’en ai vu les deux fois où je suis venue ici !

Prix : gratuit.

 

 

 

La plage de Diamond Beach

On enchaîne rapidement avec la Diamond Beach, dont je vous parlais juste avant et qui se trouve juste de l’autre côté de la route. C’est donc ici que les icebergs de Vatnajokull viennent s’échouer après avoir dériver pendant des semaines dans la lagune glaciaire de Jokulsarlon. Le contraste entre le sable noir et la brillance des blocs de glace est magnifique, on ne peut pas y être insensible ! C’est la plage la plus atypique que je connaisse au monde !

Prix : gratuit.

 

 

 

JOUR 6 – CASCADE DE SKOGARFOSS ET L’AVION OUBLIÉ DE SOLHEIMASANDUR

La cascade de Skogarfoss

Après une nuit près de Vik i Myrdal, on se réveille une nouvelle fois sous une pluie torrentielle et un vent à décorner les boeufs ! Même plus que ça car il n’est pas loin de renverser notre van tellement il est puissant ! On attend donc patiemment et en croisant les doigts que la météo s’améliore, et c’est le cas en milieu de journée. Ni une ni deux, on fonce en direction d’une des plus célèbres cascades d’Islande : Skogarfoss. Elle fait partie des plus puissantes chutes d’eau du sud de l’île avec Gulfoss. On peut l’observer d’en bas en prenant une petite douche naturelle, mais aussi d’en haut en montant près de 450 marches ! Certains disent aussi que ça vaut le coup de continuer de remonter la rivière, mais je ne peux pas vous le confirmer car on ne l’a pas fait. Comme la journée était déjà pas mal entamée, on voulait avoir le temps de voir un deuxième spot pour rester un minimum à jour dans notre planning journalier de road-trip

Prix : gratuit.

 

 

L’avion de Solheimasandur

A 10 minutes en voiture de Skogarfoss se trouve le départ du sentier qui mène au fameux avion oublié de Solheimasandur. Il s’agit d’un ancien avion américain de l’US Navy, obligé de se poser d’urgence par manque de carburant en 1973. Tous les passagers ont survécus, mais l’avion est resté immobile depuis près de 50 ans ! Et je suis surprise de voir deux choses en arrivant sur le petit parking : il n’est plus aussi petit et discret qu’il y a 5 ans mais plus aménagé et payant, et au lieu de marcher 4 kilomètres pour atteindre la carcasse, un bus à été mis en place et peut vous y conduire toutes les demies heures pour environ 20€ par personne. Je trouve ça un peu dommage, c’était un site qui permettait de « trier » un peu les touristes car il faut marcher 1h30 aller-retour pour en profiter. Mais si un système de navette se met en place, ça incite forcément plus de personnes à venir sans le moindre effort. Et je trouve ça dommage sachant que quasiment tous les sites autour de la route 1 sont déjà accessibles sans le moindre effort..

Mais comme je sais à quel point ce site dégage une atmosphère unique et mystique, on se motive quand même à y aller entourées de plusieurs petits groupes. Evidemment on opte pour la marche, marcher 8 kilomètres après les 450 marches de Skogarfoss ne nous fera pas de mal ! Et après 45 minutes de marche, la magie opère comme la première fois. L’avion se dessine sur notre gauche pile en même temps que le coucher de soleil. C’est magnifique ! Je suis consciente que c’est un site qui peut ne pas intéresser tout le monde, mais moi-même qui suit une amoureuse inconditionnelle de la nature j’adore l’ambiance qui règne à cet endroit, j’ai l’impression que le temps s’est arrêté !

Prix : gratuit pour l’accès a la carcasse, mais il faut payer le parking en ligne et le bus en supplément si vous ne voulez pas marcher.

 

 

 

JOUR 7 – LE CERCLE D’OR : GEYSIR ET GULFOSS

Le site géothermique de Geysir

La journée d’aujourd’hui est consacrée au Cercle d’Or ! Le circuit le plus touristique d’Islande dû à sa situation géographique proche de la capitale et de l’aéroport. Il comporte : le site géothermique de Geysir, la cascade de Gulfoss et le parc national de Pingvellir. Le plus proche sur notre route est Geysir, mon préféré ! On se rend vite compte qu’on est de retour dans les zones les plus touristiques qui existent sur l’île, où les bus s’enchaînent et déversent leurs passagers par dizaines sur les sites avant de repartir vers le prochain. On était mieux un peu plus loin sur la côte ! Le plus gros geyser du site est celui qui a donné à ce site : « Geysir ». Mais il est très rarement en éruption, il faudrait vraiment que vous ayez un coup de chance pour le voir exploser. En revanche, son voisin un peu plus petit, Strokkur, est bien actif lui. Et c’est lui que tout le monde vient voir, car il bouillonne et jaillit environ toutes les 10 minutes et jusqu’à 20 mètres de haut ! C’est un phénomène impressionnant qu’il ne faut rater sous aucune prétexte si vous allez en Islande. C’est un spectacle devant lequel je peux rester scotchée des heures !

Prix : gratuit.

 

 

 

La cascade de Gulfoss

Dix minutes plus loin, on s’arrête sur le parking de la cascade de Gulfoss, tout aussi touristique que Geysir. C’est l’une des plus puissantes chutes d’eau d’Islande avec Skogarfoss et Detifoss, qui détient même le record européen. Je vous en parle plus en détails lors de mon road-tri de 2017, si ça vous intéresse car Detifoss se trouve dans la partie nord de l’île. On peut l’observer de face, d’en haut, de près, de loin.. Les sentiers ont été très bien pensés et aménagés !

Prix : gratuit.

 

 

 

JOUR 8 – SKY LAGOON ET BALADE À CHEVAL 

Le Sky Lagoon

Aujourd’hui est une journée que j’attendais avec impatience, le programme qu’on l’on a prévu est digne d’un rêve ! Spa, et sources chaudes ! On a réservé il y a quelques jours nos entrées au créneau d’ouverture du Sky Lagoon, de toutes nouvelles sources chaudes qui ont ouverts il y a à peine un an et qui se sont déjà fait une belle réputation ! En même temps il y a de quoi, c’est le plus beau spa que je n’ai jamais vu de ma vie ! Le décor est fait de lave noire, avec une cascade et un bassin à débordement avec vue sur l’océan. Avec l’entrée classique on n’a pas le droit à l’accès au sauna avec vue, mais le lieu vaut déjà le détour rien que pour le lagon. Si je n’avais qu’une seule source chaude à vous conseiller lors de votre voyage en Islande, c’est sans hésiter le Sky Lagoon !

Prix : 6000 ISK (40€) par personne pour l’entrée classique, sans accès au sauna.

 

 

 

La balade à cheval

Tout juste le temps de se faire cuire des pâtes après 2 heures de spa, que c’est l’heure de notre seconde activité de la journée : une balade à cheval ! C’est quelque chose que je voulais vraiment faire, car les poneys et chevaux islandais possèdent des allures différentes des chevaux « ordinaires », et sont uniquement des purs races car aucun animal n’a le droit d’être importé sur l’île. On a réservé la veille pour le lendemain via ce site, il y a un horaire le matin et un l’après-midi, avec un niveau débutant ou expérimenté ! Le centre équestre se trouve un peu au milieu de nul part, mais à proximité de Reykjavik. On commence par s’équiper puis les chevaux nous sont distribués en fonction de notre niveau. C’est comme ça que je rencontre mon binôme : Madonna ! Immédiatement c’est le coup de foudre, elle est super câline ! On passe les deux heures de balade à arpenter les sentiers entre rivières et forêts, les paysages sont magnifiques ! On essaie plusieurs fois les allures particulières de ces poneys et je peux vous dire une chose : c’est que ça secoue, ahah ! Au retour on s’occupe tous de déseller nos montures et de leur dire au revoir. C’était une activité vraiment sympa à faire, et vous pouvez en trouver un peu de partout en Islande, par exemple sur les plages de sable noir près de Vik ! Ça doit être magique de monter par là-bas !

Prix : 15000 ISK (100€) par personne pour 2 heures de balade.

 

 

 

JOUR 9 – BLUE LAGOON ET RANGEMENT DU VAN

 Le Blue Lagoon

Ça y est, c’est officiellement notre dernière journée en Islande. Pas notre dernier réveil dans le van car on le rend demain matin à 8 heures, mais bien la dernière journée. Et au programme une chose, un incontournable à faire lors d’un voyage en Islande : les célèbres sources chaudes du Blue Lagoon. Je m’étais faite avoir en 2017, en me pointant sur place comme une fleur sans réservation. Si vous voulez venir ici, prévoyez de régler vos entrées bien en avance sur leur site, parfois de plusieurs semaines ! Le bassin est absolument immense ! Bien plus grand que ceux des Vok Baths ou du Sky Laggon, on sent tout de suite que le lieux est moins intimiste. Sans vous parler des vestiaires qui sont minuscules et vieillots comparés aux deux autres spas. Ça commence bien ! Avec notre entrée « basique » à près de 90€, on a le droit à un smoothie au pool bar et un masque au masque bar. Il leur fallait un moyen de justifier ce prix d’entrée exhorbitant ! On prend le temps de découvrir toutes les parties du Blue Lagoon, tous les bassins, mais je ne m’y sens pas vraiment à l’aise. On dirait une énorme piscine municipale où tout le monde crie, avec des maitres nageurs qui vous surveillent de l’extérieur. On en aura fait le tour en une heure avant de resortir. J’en garde un petit goût de déception tout de même, bien que je m’y attendais. Mais en ayant testé d’autres sources chaudes avant j’étais obligée de comparer la qualité des services. Si vous n’avez le temps d’en faire qu’un à Reykjavik, foncez au Sky Lagoon.

Prix : 13000 ISK (88€) pour l’entrée normale, qui comprend un verre au bar au choix et un masque.

 

 

Clap de fin pour ce deuxième voyage en Islande, puisqu’on passera notre dernier après-midi à nettoyer notre Maggie pour la rendre comme neuve demain matin à sa maison chez Happy Campers ! Par contre je peux vous conseiller une dernière chose, une pizzeria près de Reykjavik où on a dévoré 2 délicieuses pizzas faites sous nos yeux au feu de bois : Flatey Pizza. Notre budget total pour ces 10 jours de road-trip sur l’île de feu aura été d’environ 1900/2000€ tout compris (van, avion, essence, courses..) J’espère vous avoir donné envie d’y aller autant que j’aime ce pays ! Et comme on dit.. Jamais deux sans trois !

Si vous voulez revoir ma petite escapade avec plus de photos et vidéos, rendez-vous dans mes story à la une sur Instagram ! Et si vous avez des questions, des remarques, ou que cet article vous a simplement bien servit, n’hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir ! 🙂 Puis si vous voulez en savoir plus sur mes autres escapades en Islande , il suffit de cliquer juste ici 🙂

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply D décembre 13, 2022 at 1:49

    Super article !

    Je retrouve plein de belles adresses !

    Merci pour ton écriture !

  • Reply Élise décembre 27, 2022 at 12:28

    Waouhhh c’est magnifique ! Je viens de découvrir votre blog tout est tellement bien expliqué et détaillé.
    Ça donne vraiment envie
    Bravo

    • Reply leadorablee décembre 27, 2022 at 8:27

      Merci beaucoup pour ce commentaire Elise c’est adorable 🤗

  • Reply Manon janvier 4, 2023 at 9:17

    Tes photos sont toujours wahou et je trouve que l’article est riche, bien écrit et super pratique pour se faire nous-même notre programme !
    On a très envie d’aller en Islande mais en hiver pour voir les aurores boréales… le rêve de Monsieur 😉

    Belle journée Léa !

    Manon

    https://lesvoyagesquonm.wixsite.com/blog

  • Leave a Reply