Une semaine de road-trip à travers la Toscane, Italie

mai 31, 2024

 

Fraîchement revenue de mon escapade italienne, me voilà déjà sur le blog pour vous partager mon itinéraire et mes meilleures adresses suite à vos nombreux messages sur instagram. Ça faisait déjà quelques années que la Toscane nous faisait de l’oeil avec mon chéri, et sur un coup de tête on est parti juste après la saison de ski. Sans itinéraire, sans réservation. On s’est retrouvé assis dans la voiture en direction de l’Italie avec l’un de nous qui faisait office de pilote, et l’autre qui élaborait un itinéraire grossier de ce qu’il y avait à voir dans la région. On ne savait qu’une seule chose : qu’on allait manger des pâtes et pizzas toute la semaine. Si le séjour ne commençait pas sur les chapeaux de roue !

 

Où se trouve la Toscane ?

La toscane est une région d’Italie avec pour capitale Florence (ou Firenze) et dont font aussi parties les villes telles que Pise ou Sienne. Elle se trouve sur la côte ouest, à seulement 3-4 heures de voiture depuis la frontière française. Donc idéal pour s’y rendre en voiture si vous habitez dans le sud-est de la France !

 

Comment se rendre en Toscane ? Quelles sont les formalités d’entrée sur le territoire ?

Pour entrer en règles sur le territoire italien, il vous faut un passeport ou une carte d’identité européenne valide.

En voiture : comme je vous le disais juste au dessus, si vous venez du sud/sud-est de la France, je vous conseille vraiment de venir avec votre propre véhicule. Vous serez libre de vos mouvements du début à la fin du séjour ! Vous éviterez aussi une location de voiture sur place, et sûrement un trajet en avion tout juste plus rapide.

En train/bus : c’est une option sur laquelle je ne me suis pas vraiment renseignée, mais je sais qu’elle existe. Vous devriez trouver de nombreuses gare desservies dans la région, je sais qu’il y en a notamment à Pise et à Florence, puis à vous de voir si vous continuez ce périple à pieds où si c’est plus simple de trouver une voiture de location en fonction de votre itinéraire. J’ai même rencontré deux français qui sont venus jusqu’à Florence en Flexibus de nuit.

En avion : comme beaucoup de destinations, il est également possible de venir en avion. Ce n’est pas quelque chose que je vous recommande spécialement étant donné la distance de cette destination depuis la France et ainsi réduire notre impact écologique de prendre l’avion.. Néanmoins, sachez qu’il y a un aéroport au coeur de la Toscane dans lequel vous pouvez atterrir : à Florence !

 

Quand aller en Toscane ?

Comme pour toutes les destinations un peu plus « touristiques » et faciles d’accès, il vaut mieux y aller hors saison. En y allant début mai le timing m’a parut plutôt pas mal. Il y avait déjà un peu de monde, mais pas assez pour se marcher dessus. Il suffisait de se lever vers 7 heures le matin pour éviter la foule et profiter des lieux un peu plus calmement, ce qui nous est arrivé de faire notamment pour la cathédrale de Florence et les sources chaudes de Saturnia. Si c’est possible, éviter vraiment les mois de juillet et août (comme un peu partout j’ai envie de dire), et favorisez plutôt quelques jours en mai ou en septembre.

 

Combien de temps prévoir en Toscane ?

Tout dépend de ce que vous voulez voir en Toscane ! Si vous voulez plutôt vous concentrer sur une grande ville comme Florence un week-end peut suffire, mais si vous voulez plutôt faire le tour de la région il faudra compter plus de jours. Une semaine m’a parût le timing parfait pour profiter des meilleurs spots et principaux villages de ce coin d’Italie.

 

Quelle est la monnaie utilisée en Toscane ? La langue parlée ?

Je pense que tout le monde est au courant mais pour ceux qui ne le savent pas, c’est l’euro qui est utilisé en Italie ! Donc pas de problème de change ou de compréhension !

 

Où dormir en Toscane ?

De manière générale, j’ai trouvé le prix des logements assez chers en Toscane.. Alors qu’on était censé être en hors-saison. Pour trouver des prix convenables, il va généralement falloir trouver des logements un peu écxentrés des centres villes et villages d’intérêts, mais ça se trouve ! Je vous parle d’ailleurs dans cet article d’une petite pépite de dénichée pour moins de 80€ la nuit et qui vaut vraiment le détour près de Volterra et San Gimignano ! Mais dans tous les cas et comme dans la plupart des voyages dont je vous parle, je vous conseille de ne pas rester au même endroit toute la semaine mais de bouger pour découvrir et voir plus de choses !

 

 

JOUR 1 – Pise et Florence

Après notre fameux coup de tête à partir en Toscane en pleine après-midi sans itinéraire ni réservation, on décide de faire la route jusqu’à Pise pour en pouvoir en profiter le lendemain. C’est donc tout naturellement que j’ouvre les rideaux de ma chambre d’hôtel ce matin et que je me retrouve face à la plus célèbre tour d’Italie qui m’a en effet l’air un peu penchée ! C’est d’ailleurs une adresse que je vous conseille, l’Hôtel 5 étoiles Pisa Tower Plaza propose des chambres avec vue sur la tour de Pise pour moins de 90€ la nuit pour 2 (en tout cas en mai). Il ne se trouve pas en plein centre, mais à 20-30 minutes à pieds. C’est quelque chose qui ne nous a pas du tout dérangé, et quasiment toutes les chambres ont vue sur la tour de Pise ! Et la veille, grâce au 6 heures de trajet en voiture, j’ai déniché une pépite d’adresse un peu éloignée du centre que seulement les locaux fréquentent et où l’on s‘est régalés : l’Hostaria Le Repubbliche Marinare Pisa. C’est ici que j’ai mangé les fameuses pâtes aux truffes avec un jaune d’oeuf pour ceux qui m’ont demandé l’adresse suite à ma story instagram. Et à seulement 17€ !

 

La tour de Pise

Hormis cette petite parenthèse de bonnes adresses de la veille, on commence évidemment notre journée par le site de la tour de Pise, composé de la tour, la cathédrale et le baptistère. La place est immense, et en fonction des points de vue on voit effectivement la tour plus ou moins penchée. N’ayant pas réservé nos billets en ligne en avance, il n’y a plus de place pour monter au sommet de la tour aujourd’hui. Ni demain. On trouve une solution de dernière minute sur le tas : des billets coupe-file. Évidemment ils sont plus chers que les billets initiaux mais pas le choix, ce serait dommage d’être ici et de ne pas pouvoir visiter la tour. La queue devant le monument est plutôt bien organisée, car les billets sont vendus pour une tranche horaire précise. Le nombre de personnes à l’intérieur est limité : dès qu’un certain nombre en sort, le même nombre est autorisé à entrer ! On attend donc sagement notre tour, en contemplant ces 14700 tonnes de marbre blanc massif de 57 mètres de haut et 15,5 mètres de diamètres. Notre tour arrive, et on monte les 293 marches en colimaçon en quelques minutes. Je remarche à quel point elles sont usées par le temps et le nombre de passage, un creux s’est formé au milieu de chacune des marches, vous verrez ! Une fois au sommet, une vue à 360 degrés sur les environs s’offre à nous, c’est sublime ! Mais il n’y a pas grand chose d’autre à faire, entre ça et observer la tour de l’intérieur depuis en bas, en 30 minutes la visite est bouclée.

On enchaîne avec la Cathédrale, également surnommée le Dôme de Pise. Ici aussi il y a la queue, bien que l’accès soit gratuit. Mais elle vaut vraiment le détour, elle est très belle ! En revanche, l’accès au Baptistère est payant. D’après les avis il ne vaut pas vraiment le détour, on n’a donc pas prit de coupe-file pour celui-là.. On a préféré se balader dans les jolies rues de Pise et le long de son canal, puis de bruncher dans une super adresse (mais où il y a un peu de monde à l’heure de pointe) : Le Filter Coffee Lab. Des avocado toasts, des oeufs brouillées, des pancakes, des viennoiseries des iced coffee.. Tout était délicieux ! Vous n’êtes pas prêts, j’ai beau être partie en (very) last minute, j’ai dénichée que des adresse PÉ-PITES pour ce road-trip !

Prix : l’entrée à la Tour de Pise coûte 20€ par personne. C’est cher, mais si ça peut vous rassurer on les a payé 32€ nous. Je vous conseille de réserver vos billets en avance et le matin pour éviter de faire la même erreur. Vous pouvez les réserver ici, l’accès est ouvert tous les jours de 9 heures à 19 heures. L’entrée à la cathédrale est gratuite, mais il faut impérativement demander des billets à la billetterie ou sur internet pour pouvoir contrôler le monde à l’intérieur.

 

 

 

Florence

Après une bonne matinée à découvrir Pise, on reprend la route : direction Florence ! C’est la capitale de la Toscane, qu’on rejoint en une heure et demie. Mais à peine arrivés en ville que la première galère nous rattrape, impossible d’arriver à se garer. Il y a une circulation de dingue, des ZTL de partout (zones interdites sauf riverain et sous radar de vidéosurveillance), des parkings aux prix exorbitants et surtout qui sont complets. On tourne près de 45 minutes autour du centre ville sans trouver de solution quand soudain.. Une place gratuite se libère dans la rue, à seulement 500 mètres de notre hôtel. Houra ! Pour les deux prochaines nuits, on a préféré payé un peu plus cher, mais on voulait vraiment un hôtel confortable et dans le centre ville pour pouvoir tout faire à pieds et ne plus toucher la voiture. C’est donc à l’hôtel Atlantic Palace qu’on a trouvé notre bonheur, qui est idéalement situé. Il se trouve à 1 minute à pied du célèbre Mercato, et à 5 minutes de la Piazza del Duomo. Une fois enregistrés et nos bagages déposés, il est presque 15 heures et on ne résiste pas à partir découvrir tout de suite la ville.

 

Meilleur panini d’Italie

On se met en direction d’une adresse que j’avais repéré sur les réseaux pour gouter le meilleur panini d’Italie, et au détour d’une ruelle la cathédrale de Santa Maria del Fiore apparaît devant moi, du haut de ses 160 mètres. J’en perds les mots, j’ai l’impression de rêver ! Je ne m’attendais pas du tout à la voir, et encore moins au détour d’une minuscule ruelle piétonne. En plein après-midi la place est loin d’être tranquille et silencieuse, mais on ne résiste pas à faire le tour de cet incroyable monument en faisant abstraction de la foule. J’ai du mal à décrocher, je trouve ce monument in-cro-ya-ble. Je n’ai pas d’autres mots.

On fini par reprendre notre route en se disant que la cathédrale est au programme de demain. Puis quelques minutes après nous voilà arrivés à All’Antico Vinaio ! Il y a 3 boutiques identiques les unes à côté des autres, et peu de monde qui fait la queue à 15 heures. Une carte des différents paninis est affichée au mur, il suffit de choisir et il est préparé sous vos yeux. Bien que je trouve le concept génial, l’organisation fait un peu « usine ». Pas vraiment de sourire, il faut faire vite et sortir. Mais les paninis étaient effectivement très bons, je ne suis quand même pas certaine de les placer en première place d’Italie ahah !

Prix : comptez entre 7€ et 9€ le panini, et éviter de venir aux heures de pointe. Sacher que l’enseigne existe aussi à Rome et à Milan si vous voulez goûter !

 

 

Meilleure glacier de la ville

Bien qu’on aie eu du mal à finir notre panini, on se remet en route pour aller tester le meilleur glacier de Florence. Les 20 minutes de marche vont bien nous ouvrir l’appétit de nouveau ! Il s’agit de Sbrino – Gelatificio Contadino. Et c’est clairement un 10/10 ! J’ai prit une boule chocolat blanc et une noisette, et c’est littéralement des crèmes glacées !! La meilleure glace que j’ai mangé de toute ma vie je pense. J’en ai l’eau à la bouche rien qu’en écrivant ces lignes ! Et juste à côté de la boutique se trouve un photomaton vintage, on l’a essayé et le seul conseil que je peux vous donner c’est celui d’être prêt. Car quasiment instantanément après avoir mis votre pièce de 2€ l’appareil se déclenche ce qui fait qu’on a eu la première photo ratée sur les 4 ! Mais c’est très rigolo à faire !

Prix : 3€ la boule, 5€ les deux si mes souvenirs sont bons !

 

Bar le plus insolite du pays

Sur le chemin du retour, pot de glace à la main, on passe par la fameuse ruelle qui abrite le bar le plus insolite de Florence. Il s’agit d’une minuscule fenêtre pas plus grosse qu’une tête, où se fait commande, paiement et service. C’est assez rigolo à voir ! De mémoire les boissons proposées sont des spritz et du vin. Le « vrai » bar se situe juste à côté si ensuite vous décidez de vous assoir plutôt que de déguster votre verre debout. Je n’ai pas de photo à vous partager par ici mais une vidéo est disponible dans ma story à la une sur instagram, ça vaut le détour ! L’endroit s’appelle Buchetta del vino de Babae.

 

Piazza Michelangelo

On termine ce premier après-midi à Florence par un grand classique de cette capitale Toscane, qui est d’aller voir le coucher de soleil sur la place Michelangelo. Je m’attendais à voir un peu de monde sur place, mais il y avait 10 fois plus de personnes que ce que je m’étais imaginé. Un peu déçue au début, surtout que tous les meilleurs spots pour admirer la ville étaient bien évidemment déjà pris, mais on se retrouve à écouter un groupe de musique en live qui met une ambiance de dingue, le moment était unique, magique ! Finalement c’était encore plus sympa de partager ce moment tous ensemble en dansant et ça fera un joli souvenir !

 

 

Le Mercato

Comme je vous le disais un peu plus haut, notre hôtel en plein centre ville est situé à seulement une minute du célèbre Mercato, un incontournable à faire quand on vient à Florence. On décide de faire un dernier arrêt par ici avant de rentrer, histoire de ne plus rien arriver à avaler pendant une semaine ensuite.. Ou jusqu’à demain matin ! Le rez de chaussée est réservé aux courses alimentaires et n’est pas ouvert le soir, il faut monter au premier étage pour découvrir les nombreux stands proposés. Il y a des pâtes fraiches, des pizzas, des glaces, des bars à vin.. Et même un coin spécial truffe !! Même si il y a plein de super adresses à découvrir à Florence, c’est sympa d’y passer même pour boire juste un verre, l’ambiance est beaucoup trop cool je trouve !

 

 

JOUR 2 – Florence, visites et musées

La Cathédrale Santa Maria del Fiore

Après mon coup de foudre hier pour la Cathédrale Santa Maria del Fiore je n’avais qu’une hâte : mettre le réveil à 7 heures ce matin pour aller en profiter sans la foule. Et c’était la meilleure des décisions. Il n’y avait presque personne, tout était calme et cerise sur le gâteau le soleil se levait sur les façades de la Cathédrale, rendant le moment encore plus magique. Il a ensuite fallut tuer le temps pour attendre l’ouverture de cette dernière pour les visites à partir 10h15. Et même en arrivant sur place avant 10 heures, une file d’attente gigantesque était déjà présente sous notre nez. Tant pis. On longe le bâtiment, presque jusqu’à passer derrière ce dernier, pour se mettre dans la queue à notre tour. C’est finalement vers 11 heures, après plus d’une heure d’attente qu’on arrive devant l’immense porte d’entrée de la Cathédrale. Et le premier sentiment qui me vient en entrant est la déception. J’ai tellement, mais tellement aimé la façade extérieure de l’édifice que je le trouve sombre et vide à l’intérieur.. Pas à la hauteur de mes attentes. Est-ce que j’ai mis mes standards trop haut ? Par contre, si il y a bien une chose qui est belle dans cette Cathédrale, c’est la fresque dessinée dans la coupole. Je n’ai rien à dire là-dessus elle est sublime. D’ailleurs à l’étage inférieur du bâtiment,  vous pourrez apercevoir la tombe du dessinateur. Juste à côté de la boutique souvenir. Là dessus aussi j’ai été un peu déçue..

 

 

 

Le musée de la Galerie des Offices

On ressort donc de la Cathédrale aux alentours de midi, pile à l’heure pour aller manger une pizza au restaurant Il Pizzaiuolo Osteria. Grâce à un miroir disposé au dessus du pizzaiolo et de son four à bois, vous pouvez regarder en direct la préparation de votre commande depuis la salle, j’ai trouvé ça génial ! Et les pizzas étaient délicieuses, c’est donc encore une adresse que je vous recommande.

On décide ensuite de se rendre au musée des Offices qui est le plus réputé de la ville. Entre temps il s’est mis à pleuvoir des cordes, et comme pour la Cathédrale, il y a une file d’attente de dingue. Après presque une heure de queue on a nos tickets, et l’on rentre enfin dans cet immense bâtiment. Il y a un peu de monde, mais il y a tellement de salles et de couloirs qu’on ne le ressent pas tant que ça. Hormis près des oeuvres très connues comme la Naissance de Vénus de Sandro Botticelli. On déambules de salle en salle sans vraiment voir le temps passer ce qui fait qu’on restera plus de deux heures à l’intérieur, pile le temps de l’averse ! En sortant on tombe sur le pont « Ponte Vecchio », composé uniquement de bijouteries. C’est assez drôle à voir, c’est un incontournable à faire si vous venez à Florence !

Prix : l’entrée au musée des Offices coûte 25€ par personne pour une durée sur place illimitée. Pour éviter de faire la queue comme on l’a fait, je vous conseille de simplement réserver vos billet avec un créneau horaire défini en amont, vous perdrez moins de temps !

 

 

Le soir on est allés manger dans une adresse de pâtes fraîches faites maison et tournées dans une meule de parmesan que j’avais repéré sur internet. Il y a déjà quelques personnes qui font la queue devant le restaurant, attendant une place avec espoir. On remarque que la salle est plutôt grande et le service rapide, donc on décide d’attendre nous aussi. On patiente en regardant une dame faire les pâtes elle-même devant la vitrine. Et on a bien d’attendre car on  a mangé d’incroyables pâtes aux truffes, que je classe dans mon top 3 de ma vie ! La serveuse est venue avec son charriot à notre table pour les « cuisiner » devant nous ; elle à commencé par gratter la meule de parmesan, mettre de l’huile de truffe à l’intérieur, ajouter les pâtes puis dresser nos assiettes en râpant de la truffes blanches dessus : un dé-li-ce. J’aurais pu en prendre deux plats tellement c’était bon et crémeux ! Sans réservation il faut venir tôt sur  place pour espérer avoir une table rapidement, mais le mieux est de faire une réservation (bien à l’avance) sur internet, avec des créneaux dispos à partir de 21 heures. Le restaurant s’appelle l’Osteria Pastella.

 

 

JOUR 3 – Sienne et les sources chaudes de Bagni di San Filipo

Sienne

Après deux nuit à Florence, on quitte la capitale de la Toscane au petit matin pour de nouvelles aventures. On continue de descendre vers le sud de la région et on arrive à Siene vers 10 heures. On se gare au parking de Santa Caterina qui est proche du village fortifié et au prix de 2€ de l’heure. Petit tips qu’on a découvert complètement par hasard, il existe des escalators pour atteindre le sommet et coeur du village juste à côté du parking pour les plus flemmards ! On atteint assez rapidement l’une des places principales de la ville qui est la Piazza del Duomo. C’est ici que se tient la cathédrale et le Duomo di Siena. La billeterie pour y accéder se trouve à gauche du bâtiment, et décline ses offres en plusieurs « packs » de différents accès et visites. On décide de prendre seulement l’entrée pour la Cathédrale, et je n’ai pas eu de coup de coeur particulier pour le bâtiment. En revanche, lorsqu’on sort et qu’on commence à se perdre dans les nombreuses ruelles en pierres, je suis complètement envoutée ! La ville est magnifique ! Et au détour de l’une d’elles, on tombe sur la célèbre Piazza del Campo qui est gigantesque et en forme de coquillage. On apprend que deux fois par an, en été, une course d’équitation y est organisée avec des chevaux qui font la course autour de cette dernière. Certains vont adorer, pour ma part après avoir vu une vidéo de cet événement sur internet, je trouve ça un trop violents pour les chevaux. Je n’ai pas spécialement d’adresses à vous partager pour manger, on a déjeuné sur la place en choisissant une terrasse un peu au hasard et nos pâtes n’étaient pas incroyables.. J’imagine qu’il y a de bonnes adresses cachées dans la ville un peu moins attrape touristes que celle qu’on a faite mais au moins on avait un joli cadre et une belle vue sur la piazza del Campo !

Prix : l’entrée à la Cathédrale de Siene coûte 5€ par personne

 

 

 

Le point de vue des Crêtes de Senesi

On reprend la route en début d’après-midi, en continuant de descendre vers le sud. Et c’est ici qu’on verra nos plus beaux paysages de Toscane, ces grandes étendues de plaines et de colines à perte de vue. On découvre aussi d’immenses allées de cyprès pour rejoindre certains domaines et un particulièrement connu qui est celui de Agriturismo Baccoleno qui est aussi un hôtel où vous pouvez passer la nuit. Pour les amateurs de Gladiator, vous devriez reconnaitre quel passage du fil a été filmé ici ! Un autre lieu de tournage se trouve plus loin, mais vaut un peu moins le détour j’ai trouvé donc si vous deviez en choisir un, faites le premier. Il suffit de taper Gladiator shooting spot sur Google Map pour le trouver et se garer le long de la route pour y accéder à pieds.

Prix : les points de vue sont gratuits, mais se trouvent néanmoins tout proche de propriétés donc évitez les dégradations des entourages et de faire du bruit. Pour les deux il faudra se garer le long de la route et il n’y a que quelques places de disponibles donc il faudra être chanceux !

 

 

 

Les sources chaudes de Bagni de San Filipo

On termine cette journée aux sources chaudes di Bagni di San Filipo, à 45 minutes en voiture du dernier point de vue. On arrive sur place vers 18 heures, et on ne galère pas à trouver une place de disponible le long de la route à cette heure tardive. On s’empresse de suivre le chemin qui mène à la rivière sans s’occuper de regarder si il y a un horodateur (vous vous doutez de la suite…) et on atteint les berges en moins de 5 minutes à pieds. On commence par explorer le haut de la rivière, où se cachent quelques bassins mais qui sont encore occupés. On se dirige donc vers le bas de la rivière, et c’est ici que se trouvent les montagnes de calcaire blanches. Je suis étonnée de voir encore autant de gens sur place à cette heure ci, mais il ya assez d’espace pour que chacun profite d’un bassin. La source chaude, pour ne pas dire brûlante, jaillit du sommet de cette montagne blanche, à plus de 40 degrés. Elle ruisselle ensuite et se déverse dans les différentes bassines creusées sans le calcaire. Plus on monte, et plus elles sont chaudes. A tel point qu’il est impossible d’atteindre les plus hautes tellement nos pieds sont brûlés par la chaleur de l’eau. On profitera plus de deux heures sur place à se détendre dans notre bassin, regardant les gens quitter peu à peu le site.. Mais mauvaise surprise une fois de retour à la voiture, une amende nous attendait sur le pare-brise ! Dons ne faîtes pas la même erreur que nous et prenez le temps de mettre quelques pièces dans l’horodateur avant de rejoindre les sources chaudes !

On réserve ensuite une chambre dans un village du coin pour la nuit. Le réveil de demain est prévu aux aurores et un coucher tôt ne nous fera pas de mal ! On a trouvé notre bonheur à l’hôtel Affittacamere Canneggiatori pour moins de 60€ la nuit, la chambre et la salle de bain étaient très propres, c’est exactement ce qu’il nous fallait !

Prix : l’accès aux sources chaudes di Bagni di San Filipo est gratuit, mais n’oubliez pas de payer le parking comme je vous l’ai dit ! Je vous conseille aussi de venir ici soit tôt le matin soit tard le soir comme on l’a fait pour éviter la foule et profiter des lieux plus calmement.

 

 

 

JOUR 4 – Les sources chaudes de Saturnia, San Gimignagno et Volterra

Les sources chaudes de Saturnia

Réveil aux aurores ce matin, car on se trouve à une heure de route de notre premier spot de la journée qui est une nouvelle source chaude naturelle : Saturnia. Elle est normalement beaucoup plus connue et fréquentée que celle de la veille ! On se gare au parking aux alentours de 6h30, et cette fois-ci on n’oublie pas de payer l’horodateur. Il y a déjà une dizaine de véhicules sur place dont quelques vans qui ont l’air d’avoir passé la nuit ici. C’est donc sans surprise qu’on retrouve une quinzaine de personnes déjà sur place, dans les différents bassins. Mais le premier mot qui me vient à l’esprit est « waouh ». On est arrivés pile pour le moment du lever de soleil derrière la cascade d’eau chaude, le moment est magique ! L’eau qui fume est d’un bleu laiteux, rendant le paysage encore plus féérique ! Il n’y a pas à dire, c’est un gros coup de coeur. En revanche, je les ai trouvé bien moins chaudes que celles de la veille à San Filipo. Je dirais qu’elles sont à 25-30 degrés, ce qui peut paraître chaud, mais en restant un certain temps à l’ombre je peux vous dire que ça refroidit ! Je pensais rapidement voir du monde débarquer sur place étant donné que ces sources chaudes sont plus connues, mais il n’y a pas eu plus d’une quinzaine de personnes sur place tout le temps où on est restés, c’est à dire de 7 heures à 9 heures. Les premiers sont repartis, laissant place à de nouveaux arrivants, mais sans y avoir de foule ce qui a rendu le moment très agréable ! Je vous conseille quand même de privilégier un réveil tôt pour profiter au mieux des lieux et éviter de comparer l’endroit à une piscine municipale !

Prix : l’accès à ces sources chaudes est complètement gratuit, seul le parking est payant de 2€ par heure. Des douches sont disponibles à côté du restaurant pour ceux qui souhaiteraient se rincer après s’être baigné contre quelques euros !

 

 

 

San Gimignano

Tout juste le temps d’attraper une petite pizza chacun pour le petit-déjeuner dans une boulangerie et nous voilà de nouveau sur la route ! Deux heures et demi nous séparent de notre prochaine destination qui est le village médiéval de San Gimignano. Lorsqu’on arrive sur place aux alentours de midi, tous les parkings « officiels » sont complets, mais je repère vite des places dispos le long d’une route un peu plus bas sur Google Map et d’autant plus : gratuites. On n’est qu’à 10 minutes à pieds du centre ville et les paysages sont jolis, ça passe vite ! Lorsqu’on franchit la « porte » de la vielle ville, on se regarde et la même idée nous vient en tête : on dirait le passage de Taormina en Sicile ! Et comme évidemment les parkings étaient plein, les ruelles le sont tout autant. On arrive quand même à trouver de jolis passages après la rue commerçante principale, et le charme opère. Moi qui pensait attribuer mon plus gros coup de coeur à un village à celui se Siene, il est finalement détrôné par San Gimignano ! Toutes ces tours et tous ces recoins à explorer.. Et la place principale qui est juste à tomber ! D’ailleurs, je vous conseille de prendre une glace au glacier qui se trouve sur la place qui s’appelle Gelateria Dondoli. Elles sont faites à partir de lait bio, de fruits bios et de produits locaux, avec un emballage entièrement compostable. Mais un peu déçu de l’usine que c’est à l’intérieur suite à son succès.. Si il n’y a pas trop de monde, elle vaut le détour ! Bref, si je n’avais qu’un seul village à vous conseiller de visiter durant votre séjour ce serait celui-là, San Gimignano. Et en deuxième position Siene, mais vraiment juste derrière !

 

 

 

Agriturismo Villa Felice

Notre logement du soir mérite un paragraphe à lui tout seul tellement il a suscité de questions sur instagram et à quel point je vous le conseil. Comme d’habitude, en réservant nos logement le jour même pour le soir, on tombe sur cette petite pépite à seulement 20 minutes de Volterra, pour 75€ la nuit (au mois de mai). L‘Agriturismo Villa Felice est en réalité une sorte de maison d’hôte, un peu perdue au milieu de nul part, entourée d’animaux en liberté et avec une piscine qui donne sur les fameuses colines toscanes. Le bon-heur. C’est une dame qui nous accueille au milieu de l’après-midi car oui, après notre réveil matinal à 4 heures ce matin, notre énergie commence peu à peu à flancher et nos yeux à se fermer. Il est donc autour de 15 heures quand on s’endort sur les transats de la piscine, et on ne se réveillera qu’en début de soirée.

Prix : en regardant via ce lien, je ne vois pas les prix des chambres de l’Agriturismo Villa Felice dépasser 105€ la nuit. Je vous le redis je vous conseille vraiment cet hôtel pour son cadre, mais sachez que les chambres et salles de bains privées sont assez sommaires. Juste pour info !

 

 

 

Volterra

Après notre après-midi sieste au bord de la piscine, on a retrouvé assez d’énergie pour aller découvrir le célèbre village de Volterra en début de soirée. On arrive pile au moment où les jolies couleurs se dessinent dans le ciel et avant que le soleil ne se couche. Les couleurs du sunset se reflètent dans toutes les ruelles de la ville et sur les bâtiments, c’est sublime ! On tombe un peu par hasard, au détour d’une ruelle, sur les remparts de la ville fortifiée et on se retrouve face à un panorama d’exception. Des plaines et des colines à perte de vue, sous un ciel aux mille nuances de couleurs. On dirait une peinture ! La vidéo de ce moment est disponible dans mes story à la une sur instagram si vous voulez vous rendre compte du genre de moment auquel on a eu droit ! Je pense sincèrement que Volterra est l’un des meilleurs endroits pour profiter du coucher de soleil en Tosane ! On termine cette nouvelle journée avec une très belle adresse de dénichée et qui devrait plaire aux amateurs de truffes : Enoteca Del Duca. Le lieu est très beau, les assiettes sublimement dressées et les serveurs aux petits soins ! Un petit air de gastro en plein coeur de Volterra.

 

 

 

JOUR 5 – Randonnée sur le sentier Elsa Trail et Lucca

Randonnée sur le sentier Elsa Trail

Il est déjà l’heure de quitter notre logement au milieu de la campagne où on se sentait si bien. Un dernier au revoir à tous les animaux du coin, et nous revoilà partis sur les routes italiennes mais pas pour longtemps. On se gare dans une ville qui se trouve quelques kilomètres plus loin, au Colle di Val d’Elsa. C’est ici que se trouve un sentier de randonnée qui longe une rivière féérique, et qui est abrité du soleil par les arbres. Parfait pour trouver un peu de fraîcheur ! C’est un itinéraire aller/retour, on décide donc de le faire « à l’envers » pour éviter de suivre le plus de gens possible et d’être plus tranquille. On se gare près de la Cascade de Diborrato sur Google Map, sans galérer à trouver une place gratuite. On commence par traverser un pont, avant de trouver le sentier que l’on va suivre cette matinée sur la droite. Il descend légèrement, et se met comme prévu à longer la rivière. On tombe directement sur la cascade, qui est censée être la « récompense » de la randonnée originale, mais comme je vous l’ai dit on la commence à l’envers, c’est donc plutôt notre point de départ en ce qui concerne notre cas. C’est donc tout naturellement qu’on continue de se laisser guider à l’ombre des arbres et au bruit de l’eau. Je trouve la marche vraiment relaxante, et ça fait du bien de s’éloigner un peu des foules des villages médiévaux le temps d’une demie journée et d’être à l’ombre ! Pour certains passages, il faut traverser la rivière en marchant sur de d’énormes rochers qui dépassent de l’eau, mais avec les pluies tombées récemment, certains ne dépassent pas comme prévu de la rivière, il faut alors se mouiller un peu les pieds ! Sachez qu’il est aussi possible de se baigner donc n’oubliez pas votre maillot de bain ! Faites toujours attention aux produits qui peuvent aller dans l’eau (crème solaire non responsable, autres produits etc..) et de ne rien oublier en repartant, les déchets n’ont pas leur place ici ! Et comme pour toute randonnée, facile ou plus difficile, pensez à enfiler une paire de baskets pour éviter les accidents ridicules !

Prix : l’accès à cette randonnée Elsa Trail est complètement gratuit, même les places de stationnement que l’on a trouvé !

 

 

Lucca

On passe ensuite l’après-midi dans la ville fortifiée de Lucca, qui a la particularité d’avoir la forme d’un oeuf. Et pour être tout à fait transparente avec vous, je n’ai eu aucun coup de coeur pour cet endroit. Hormis sa place principale très insolite et bordée de restaurants je n’ai trouvé aucune plus-value à cet endroit, du moins pas autant que tous les villes et villages toscans que j’ai pu faire les jours précédents. On ne s’éternise donc pas sur place et mettons un clap de fin à cette escapade au coeur de cette magnifique région qu’est la Toscane, enfin presque…

 

 

 

JOUR 6 – Portofino

Portofino

Mais avant de rentrer en France, on fait un dernier arrêt sur la route : à Portofino ! On a passé le reste de l’après-midi d’hier et la nuit à l’hôtel Minerva – Boutique Hôtel que je vous conseille si vous avez un peu de temps pour vous détendre sur place ! Il possède une petite piscine à remous sur le toit, et leur petit-déjeuner sucré/salé est délicieux ! L’hôtel ne se trouve pas à Portofino mais à Santa Marguarita Ligure car l’astuce si vous voulez découvrir le « Saint-tropez » italien, c’est qu’il ne faut pas dormir sur place. Les prix des hôtels sont juste hallucinants, et une seule journée sur place suffit amplement d’après moi. Il ne faut pas non plus venir avec son propre véhicule, car la route le long des falaises est très étroite, il n’y a presque pas de places de parkings, et les seules disponibles sont à 20€ de l’heure. Oui oui ! Pour éviter tout ça, on se rend donc à la gare routière de Santa Marguarita Ligure à 7h30, car c’est d’ici que part la première navette pour Portofino. On achète nos billets 7€ chacun à la machine avant de monter, et on se rend vite compte qu’on est les seuls touristes à bord.. Tous les autres passagers ont l’air d’êtres des saisonniers qui travaillent au petit village de pêcheur.

C’est donc après seulement 15 minutes de route qu’on est débarqué à Portofino, avec pas un seul chat ou être humain en ville. On est complètement seuls, pour mon plus grand bonheur ! Pour avoir déjà fait Portofino il y a des années, j’avais le souvenirs d’un port complètement blindé. Je suis donc passée de tout à rien mais je trouve ça 1000 fois mieux, c’est beaucoup plus calme et agréable ! On prend le temps de se balader le long des façades colorées et dans les étroites ruelles, on voulait monter profiter de la vue depuis le château au mais il n’ouvre pas avant 10 heures, on a plus de 2 heures d’avance ! On change de programme et on prolonge notre balade en hauteur jusqu’au phare, avant de partir à la recherche de la plage secrète de Portofino de l’autre côté du village. Elle n’est en réalité pas si secrète que ça, mais éloignée du port et des commerces. Pour la trouver, il suffit de longer la route qui arrive à Portofino pendant une centaine de mètre, et vous verrez un escalier en pierres descendre sur votre droite. Il n’y a plus qu’à les suivre ! Les dernières marches vous mènent à hauteur de la mer, au coeur d’une sublime crique à l’eau turquoise ! Et comme pour le village grâce à cette heure matinale, on est presque seuls sur place : le bonheur !

On profite toute la matinée de cet endroit, et on ne retourne sur le port qu’à l’heure de déjeuner. Et là, tout autre ambiance. La place principale et le port sont aussi bondés que dans mes souvenirs. En l’espace de 3 heures, des centaines de personnes ont débarqué à Portofino. On choisit un restaurant un peu au hasard pour déjeuner avant de repartir. Je n’en ai pas forcément à vous conseiller, j’ai trouvé le notre ni bon ni mauvais, mais la note était salée avec rien qu’un spritz à 20€ ! D’ailleurs, bien que j’adore ce minuscule village coloré, je ne lui trouve aucun ressemblance avec notre Saint-Tropez français. Hormis les prix peut-être ! On repart en début d’après-midi comme on est venu, en navette (vous pouvez acheter votre ticket dans le tabac à côté de l’arrêt de bus), avant de reprendre notre carosse et de rentrer en France.. Cette fois-ci c’est la bonne !

Prix : le ticket de navette ou de bateau depuis Santa Marguerita Ligure coûte environ 7€ par personne, soit 14€ l’aller-retour !

 

 

Clap de fin pour cet article et mes conseils pour découvrir et explorer la Toscane en une semaine de road-trip avec un petit extra à Portofino sur la route du retour ! Si vous voulez revoir ma petite escapade avec plus de photos et vidéos, ou suivre mes aventures en direct, rendez-vous sur Instagram ! En attendant voici mes autres articles sur mes escapades en Italie que vous pouvez retrouver sur le blog pour vous en inspirer pour de futurs escapades : Italie.

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply